PDA

Voir la version complète : Chute de la demande en gaz des entreprises européennes


mendz
24/04/2009, 18h24
La demande en gaz naturel des entreprises européennes a connu une forte chute, qui pourrait atteindre 25%, déclare un vice-président de GDF Suez.
"Dans l'ensemble de l'Europe, nous constatons une baisse notable de la demande du secteur industriel (http://fr*****.yahoo.com/bourse/secteurs/industriels/actualites.html)", a déclaré Edouard Sauvage à Reuters, en marge d'une conférence sur la sécurité énergétique dans la capitale bulgare, Sofia.

La baisse de la demande s'établit en France entre 5% et 10%, et elle est encore plus marquée en Belgique, où GDF est un important fournisseur de gaz naturel, a-t-il expliqué.

"Selon nos informations, les chiffres en Belgique sont encore plus importants, entre 10% et 20%, voire 25%", a ajouté Sauvage.
L'une des principales raisons de cette tendance est le recul de la consommation (http://fr*****.yahoo.com/finance/secteurs-industriels/consommation/actualites.html) électrique en Europe.

Le phénomène est particulièrement prononcé dans les centrales électriques, notamment en Italie et en Belgique, où les générateurs à gaz ne fonctionnent plus en permanence mais seulement durant les pics de consommation (http://fr*****.yahoo.com/finance/secteurs-industriels/consommation/actualites.html).

La consommation (http://fr*****.yahoo.com/finance/secteurs-industriels/consommation/actualites.html) de gaz se maintient toutefois en Grande-Bretagne, où son prix a baissé plus que dans le reste de l'Europe, poussant les producteurs d'électricité à préférer le gaz au charbon.

"Mais en raison du froid dans la majeure partie de l'Europe de l'Ouest, la demande globale est restée à peu près stable", a souligné Sauvage.

Dans le monde entier mais surtout en Europe, de plus en plus de centrales électriques optent pour le gaz naturel, relativement moins polluant que le charbon.

Le gaz est également largement employé pour le chauffage domestique en Europe de l'Est et du Nord.

Version française Gregory Schwartz (Reuteurs)

Cookies