PDA

Voir la version complète : Lorsque s'en vient le soir


Tad
14/11/2005, 12h55
Lorsque s'en vient le soir
Jean Ferrat

Lorsque s'en vient le soir qui tourne par la porte
Vivre à la profondeur soudain d'un champ de blé
Je te retrouve amour avec mes mains tremblées
Qui met la terre tendre entre les feuilles mortes
Et nous nous défaisons de nos habits volés

Rien n'a calmé ces mains que j'ai de te connaître
Gardant du premier soir ce trouble à te toucher
Je te retrouve amour si longuement cherché
Comme si tout à coup s'ouvrait une fenêtre
Et si tu renonçais à toujours te cacher

Je suis à tout jamais ta scène et ton théâtre
Où le rideau d'aimer s'envole n'importe où
L'étoile neige en moi son éternel mois d'août
Rien n'a calmé ce coeur en te voyant te battre
Il me fait mal à force et rien ne m'est si doux

Tu m'es pourtant toujours la furtive passante
Qu'on retient par miracle au détour d'un instant
Rien n'a calmé ma peur je doute et je t'attends
Dieu perd les pas qu'il fait lorsque tu m'es absente
Un regard te suffit à faire le beau temps

Lorsque s'en vient le soir qui tourne par la porte
Vivre à la profondeur soudain d'un champ de blé
Je te retrouve amour avec mes mains tremblées
Qui m'es la terre tendre entre les feuilles mortes
Et nous nous défaisons de nos habits volés

ANISSA1
24/11/2005, 15h51
C'est un poème d'Aragon, me semble t-il, car d'ailleurs Jean Ferrat en a repris pas mal.
C’est une très jolie composition, mêlant poésie, amour et sensualité et qui rend ainsi hommage à la Femme représentant l'avenir de l'homme.

Très belle référence Tad ;)

Tad
25/11/2005, 09h29
Bonjour Anissa1,

En effet, c'est une jolie composition teintée de beaucoup de volupté mais aussi chargée de plein de sensibilité. J'adore m'imprégner des poèmes d'Aragon, surtout ceux adaptés en chanson par Jean Ferrat, leur écoute me transporte toujours vers mes doux territoires de nostalgie et mes jardins secrets d'émotions... :redface:

Cookies