PDA

Voir la version complète : Sahara occidental : Le Front Polisario souhaite une nouvelle approche américaine


nacer-eddine06
29/04/2009, 15h15
28-04-2009 à 21:37 EL MOUDJAHID
Taille du texte: http://www.elmoudjahid.com/accueil/themes/default/img/font_decrease.gif (javascript:tsz('article_body','12px')) http://www.elmoudjahid.com/accueil/themes/default/img/font_enlarge.gif (javascript:tsz('article_body','16px'))
http://www.elmoudjahid.com/accueil/thumbnail.php?file=rasd_731800655.jpg&size=article_medium EM

Le représentant du Front Polisario à l'Onu, M. Ahmed Boukhari, a affirmé à New York que les Sahraouis attendent de la nouvelle administration américaine une "nouvelle approche" pour la question du Sahara occidental. "Nous espérons une nouvelle approche américaine sous l'Administration d'Obama pour la question du Sahara occidental et nous verrons si le changement promis dans le fameux +Yes we can+ du président américain concernera aussi la cause sahraouie'', a indiqué M. Boukhari dans une entretien à l'APS.
Le président américain Barack Obama ''a promis le changement de la politique américaine aussi bien dans la forme, la tonalité, que dans la substance. Nous avons déjà vu, dans certains dossiers de politique extérieure très sensibles, le début de la réalisation de cette promesse. Il est très tôt pour juger. Ceci dit, nous souhaitons bénéficier d’une nouvelle approche américaine concernant la question du Sahara occidental'', a-t-il ajouté. Soutenant que le Front Polisario a donné des "preuves tangibles" pour être considéré comme ''partenaire sérieux dans la recherche de la paix et la consolidation de la sécurité régionale et internationale'', le diplomate sahraoui a avancé que "la première manifestation de l’Administration Obama sur le dossier du Sahara occidental aura lieu au cours de la négociation et de l'adoption du projet de résolution sur le rapport actuel du secrétaire général de l'Onu". "Nous et nos amis dans la région et dans le monde attendons avec un intérêt légitime cette première manifestation de la politique américaine pour voir si le changement promis dans le fameux +Yes we can+ (Ndlr: slogan de la campagne électorale du président Obama) concernera également le Sahara occidental'', a-t-il encore souligné. ''Les Etats-Unis avaient accompagné le processus de paix au Sahara occidental de manière positive entre juin 1990 et juin 2004, date de la démission de James Baker. Ils nous avaient dit à un moment qu’ils n’avaient rien contre un Sahara occidental indépendant comme résultat d’un référendum d’autodétermination", a-t-il rappelé, relevant que "le soutien inattendu mais acquis par le Maroc dans certains cercles de l’Administration Bush entre 2006 et 2008, notamment de l’ancien membre du National Security Council, Elliot Abrahams, s’est joint à la position partisane de la France pour entraver le processus de décolonisation au Sahara occidental". Commentant le contenu du rapport présenté au Conseil de sécurité, M. Boukhari a estimé qu'il est "équilibré" et "prudent". Sur la substance, ajoute-t-il, "il a, en quelque sorte, rétabli les paramètres essentiels pour la poursuite des négociations dans le cadre défini par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1754 d’avril 2007 qui avait déclenché le processus de Manhasset". "Ces paramètres avaient été l’objet de tentatives échouées de la part du Maroc et de l’imprudent ancien Envoyé personnel, M. Pieter Van Walsum, pour les dénaturer en vue d’imposer la soi-disant proposition d’autonomie", a-t-il encore rappelé.
Le processus de Manhasset est basé sur le principe de l’autodétermination
Interrogé sur l'opportunité de la proposition de Christopher Ross pour la tenue d'une réunion préparatoire informelle, M. Boukhari a indiqué que le Front Polisario a accepté cette idée par "esprit de coopération" avec l’Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies car, a-t-il expliqué, "en fin de compte, nous ne considérons pas qu’une telle réunion soit vraiment nécessaire dans la mesure où les deux parties avaient déjà accepté d’aller directement au 5e round''. "Ce qui a toujours manqué, dans tout ce processus, est la volonté politique du Maroc de respecter l’engagement qu’il avait pris devant l’autre partie et devant la communauté internationale d’aller de l’avant en vue de la mise en œuvre intégrale et ordonnée des différents plans de paix endossés par le Conseil de sécurité et auxquels le Maroc avait souscrit, (...) notamment l’organisation d’un référendum d’autodétermination", a-t-il souligné. "Le processus de Manhasset, ajoute-t-il, est basé sur ces paramètres inexorables, c'est-à-dire sur le principe de l’autodétermination. On peut donc régler ce problème dans un mois ou deux du fait que tout le processus référendaire a été, avec l’accord et la signature du Maroc à Houston, détaillé et couvre toutes les étapes jusqu'à la proclamation de résultats du référendum". Sur la question des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental, M. Boukhari a estimé que le rapport a été "très timide" là-dessus. "Nous aurions voulu que le rapport eut recommandé au Conseil de sécurité de prendre les mesures nécessaires pour que la Minurso puisse être chargée de la protection des droits humains dans les territoires occupés". Plusieurs organisations internationales ainsi que des délégations officielles mandatées par le Haut commissaire des Nations unies chargé de droits humains et par le Parlement européen "ont tour à tour demandé à l'Onu d’établir un mécanisme au Sahara occidental dans le cadre de la Minurso pour l’observation et la protection des droits humains dans l’attente d’une solution juste et définitive du conflit. On se demande pourquoi le Sahara occidental fait toujours l’exception à la règle générale", a-t-il regretté. Pour lui, "le Maroc a perdu des occasions en or offertes par les Nations unies en 1991 pour sortir, de manière honorable, de ce conflit qui a trop duré et il a tourné le dos aux opportunités offertes par James Baker entre 1997 et 2004". "Nous leur avions offert une opportunité similaire et même plus bénéfique à travers notre proposition d’avril 2007. Nous les avions sondés à Manhasset, en marge de sessions officielles, pour essayer de réfléchir ensemble, en tant que frères maghrébins, loin de préjugés et des positions figées.
Mais ils sont restés enfermés derrière un discours peu convaincant, rigide et même insultant", a-t-il encore ajouté. Dans la poursuite de l’opération de conquête du Sahara occidental, a-t-il fait remarqué, "le Maroc a déjà dépensé près de 200 milliards de dollars sans, toutefois, convaincre et le peuple sahraoui et la communauté internationale de la justesse de l’opération", affirmant qu'il n'excluait pas la possibilité, "pour le moment lointaine", d’une "véritable" rencontre à même de "nous conduire vers la direction correcte".
Une ONG espagnole interpelle le président français sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination
"Aucune stratégie ou jeu politique d’Etat ne peut occulter la légitimité et le droit international concernant le peuple sahraoui sans conséquences et responsabilités", a affirmé la Coordination espagnole de soutien au peuple sahraoui (CEAS), dans une lettre ouverte au président français, Nicolas Sarkozy, à l’occasion de sa visite d’Etat en Espagne. Pour la CEAS, qui regroupe près de 200 associations solidaires avec le peuple sahraoui, "il n’y a pas de +grandeur+ qui se construit en justifiant ou légitimant l’illégalité ou qui conditionne la justice aux intérêts de la Méditerranée, de l’Europe, y compris du monde développé et encore moins de tout autre pays comme la France ou l’Espagne". "Cette politique de mépris à l’égard de la légalité pour prétendre imposer un faux +accord+ préconçu dans les bureaux et dans les chancelleries, à savoir l’autonomie, n’a pas de fondement, contredit les accords internationaux ainsi que la volonté manifeste des Sahraouis et le souhait du peuple espagnol de voir garanti l’avenir de la population sahraouie sur la base de l’exercice du droit à l’autodétermination", poursuit la CEAS.

galem99
29/04/2009, 15h42
dans une lettre ouverte au président français, Nicolas Sarkozy, à l’occasion de sa visite d’Etat en Espagne. Pour la CEAS, qui regroupe près de 200 associations solidaires avec le peuple sahraoui, "il n’y a pas de +grandeur+ qui se construit en justifiant ou légitimant l’illégalité ou qui conditionne la justice aux intérêts de la Méditerranée, de l’Europe, y compris du monde développé et encore moins de tout autre pays comme la France ou l’Espagne". "Cette politique de mépris à l’égard de la légalité pour prétendre imposer un faux +accord+ préconçu dans les bureaux et dans les chancelleries, à savoir l’autonomie, n’a pas de fondement, contredit les accords internationaux ainsi que la volonté manifeste des Sahraouis et le souhait du peuple espagnol de voir garanti l’avenir de la population sahraouie sur la base de l’exercice du droit à l’autodétermination"
Il a le temps jusqu au mois de juin pour réfléchir , on es patient ;)

Cookies