PDA

Voir la version complète : Le Sénégal renonce à rendre France telecom majoritaire dans Sonatel


Hamza
04/05/2009, 21h53
Remarquez le "professionalisme" des sénégalais, et dire que certains affirment que le RAM est l'origine de la crise d'ASI..
---------------------------------------------------------------

L'Etat sénégalais a renoncé à la vente partielle de ses actions dans Sonatel à France Télécom, alors qu'une opération permettant au groupe français de devenir majoritaire au sein de l'opérateur historique des télécoms au Sénégal était planifiée de longue date.

Si France Telecom se montre peu locace sur le sujet - voire même surpris - notons toutefois que la position sénégalaise a été précédée de quelques signes annonciateurs.



"L'Etat renonce à la vente de ses actions à France Télécom", a déclaré vendredi le coordonnateur de l'Intersyndicale des salariés de Sonatel, Mamadou Aïdara Diop.


En lieu et place de la vente d'actions à France Télécom, Sonatel effectuera un nantissement auprès de banques ainsi qu'une OPV (offre publique de vente), le but étant d'"impliquer le secteur privé" national.

Selon le syndicaliste, cette décision a été prise lors d'une réunion tenue jeudi entre des syndicalistes de Sonatel et des responsables de la présidence sénégalaise dont Thierno Ousmane Sy, conseiller spécial du président Abdoulaye Wade pour les Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).

Pour rappel, le groupe France Télécom détient 42,3% du capital de Sonatel et l'Etat sénégalais 17,28%, le reste étant partagé entre institutions, grand public et salariés.

Le 8 avril dernier, Dakar a signé un protocole d'accord pour céder au groupe français 987.000 de ses actions (9,87% de ses 17,28%) et encaisser ainsi 200 milliards de francs CFA (305 M EUR). Cette vente devait permettre au groupe français de devenir actionnaire majoritaire avec 52,2% du capital.

Les autorités sénégalaises l'avaient justifiée par "un besoin urgent d'argent" pour financer la construction de routes et le paiement d'arriérés au secteur privé.

Mais le projet avait suscité une vive protestation des syndicats de Sonatel, lesquels redoutant notamment une réduction des effectifs (2.340 agents permanents au Sénégal) et souhaitant empêcher la prise de contrôle de l'entreprise par France Télécom, synonyme pour eux de "recolonisation des télécommunications" dans cette ex-colonie française.

Mi-avril, l'intersyndicale des employés de Sonatel avait annoncé le dépôt d'un préavis de grève couvrant un délai de 30 jours. "Nous avons travaillé pour faire de Sonatel un bijou. Nous n'accepterons jamais la recolonisation du système des télécommunications par les Français" avait alors affirmé Mamadou Aïdara Diop.

A Dakar, l'opération est souvent considérée comme "un bradage" des intérêts nationaux. "Le Sénégal escroqué", a ainsi titré un hebdomadaire. "Si on touche à la Sonatel, il y aura un effet global sur l'économie ", avertit M. Mbodj, responsable du Forum civil, antenne de Transparency international. "L'Etat sénégalais doit prendre ses responsabilités. Pourquoi ne pas vendre ces actions au secteur privé national?" interrogeait-t-il alors.

Sonatel est aujourd'hui "la première capitalisation boursière" de la Bourse régionale des valeurs mobilières d'Abibjan. Le groupe, qui a adopté la marque commerciale Orange en 2006, a des filiales au Mali, en Guinée-Bissau et en Guinée. Ses bénéfices nets ont triplé entre 2003 et 2007, passant de 56 milliards FCFA (85 M EUR) à 161 (245 M EUR). France Télécom a fait son entrée il y a 12 ans dans le capital de l'entreprise privatisée.

Rappelons par ailleurs, que le président sénégalais Abdoulaye Wade a nommé jeudi à la tête du gouvernement le ministre de l'Economie maritime Souleymane Ndéné Ndiaye, suite à la démission du Premier ministre Hadjibou Soumaré.

Le président Wade, 82 ans, a procédé à cette nomination, alors qu'un important remaniement ministériel est attendu depuis la percée de l'opposition aux élections locales du 22 mars.

Le Blog Finance

simo33
04/05/2009, 22h17
ils ont retenu la lecon avec la ram

zmigri
05/05/2009, 14h50
cela s'appelle la souverainté nle. Que peut apporter F.T au sénégal: l'hadra f'rrih. Il n'ya que les investissemnts dans le tissus industriels qui peuvent aider cette ancienne colonie. L'ancien colon et ses relais marocains se sont spécialisés à "dépecer" les pays de la régions: la où il ya des services incompressibles et des usagers ils vous tombent dessus, tels que le transport aérien, les telecoms, la gestion de l'eau...etc.

Pihman
05/05/2009, 15h23
il y a ce que l'ont appelle crédibilité d'unn gouvernement

il faut toujours éviter de changer de regle du jeu en cours de partie

l'instabilité est très mal vue par les investisseurs (étrangers et locaux)

des revirement pateils démontre que le gouvernement n'a pas de vision stratégique mais des réactions à des luttes intestines

absent
05/05/2009, 15h40
Si tous les secteurs sont detenus par les societes francaises que restera t il de la souverainete nationale ?


Belle reserve pour dire non au neo-colonialisme.

Bravo le Senegal !!!
On va a l'independance totale

oceon
05/05/2009, 21h16
Si tous les secteurs sont detenus par les societes francaises que restera t il de la souverainete nationale ?


Belle reserve pour dire non au neo-colonialisme.

Bravo le Senegal !!!
On va a l'independance totale


on est en 2009 et il ya encore des gents qui pensent comme ça ??

Karim28
05/05/2009, 21h41
oceon,

Oui et les premiers qui pensent comme ca sont les pays du nord.
Tu crois qu'ils vendent des entreprises strategiques a des entreprises etrangeres?

oceon
05/05/2009, 22h21
si karim , je te contredi pas , je suis completement d'accord avec toi , mais la , on joue pas dans la meme division , des pays comme le sénégal , le maroc , l'algerie , tu crois qu'ils sont vraiment souvrain ???

nasser a nationalisé le canal et tou le monde a creer victoire , mais , la vérité, si que l'egypt de nasser sans l'aide et le soutien de l'urss ne tien pas le cou ..nous devons terminer avec ses discours révolutionnaire de kadafi et etre un tou peti peu réaliste ...

qu'on nationalise une entreprise ou deux ,ça va pas empecher al harag de traverser la mer , ni diminuier le fil d'attente devant l'ambassade de la france..
la vrai nationalisation pour moi.. c'est la nationalisation de nos dirigeants..

Karim28
05/05/2009, 22h27
C'est pas un discours revolutionnaire Oceon.
J'ai pas dis qu'il ne faut pas du tout vendre des parts mais moins que 51%.
Une entreprise etrangere avec 49% siege au conseil, apporte son savoir faire, a des interets etc etc.

Cookies