PDA

Voir la version complète : france:PRÉCARITÉ - 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en France


nacer-eddine06
06/05/2009, 11h16
Environ 7,9 millions de personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté en France en 2006, soit 13,2 % de la population. C'est ce que révèle l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans son étude parue mercredi (http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?codesage=REVPMEN09) intitulée "Inégalités de niveau de vie et mesures de pauvreté en 2006". En 2004, rappelle l'Insee, ce chiffre s'établissait à 11,7 % de la population, soit près de sept millions de personnes.

Au cours des 10 dernières années, la baisse de la pauvreté a plutôt bénéficié aux familles nombreuses - couples ayant trois enfants ou plus -, dont le taux de pauvreté a diminué de l'ordre de cinq points, alors que la situation des personnes seules et des familles monoparentales a peu évolué. L'emploi reste une protection contre la pauvreté, observe aussi l'Insee. Ainsi, en 2006, 9,8 % des personnes actives, au sens du Bureau international du travail (BIT), c'est-à-dire occupant un emploi ou en cherchant un, avaient un niveau inférieur au seuil de pauvreté, alors que 15 % des inactifs étaient dans cette situation. Un retraité sur dix sous le seuil de pauvreté

Près d'un retraité sur dix (9,6 %) avait un niveau inférieur au seuil de pauvreté, ce qui représentait 1,2 million de personnes. Les taux de pauvreté des enfants et des étudiants vivant chez leurs parents étaient élevés, respectivement 17,7 % et 18,2 %. L'Insee souligne par ailleurs qu'en 2006, le niveau de vie était globalement croissant avec l'âge jusqu'à 59 ans, puis décroissant. À partir de 50 ans, la taille des ménages commence à se réduire avec le départ des enfants qui ont grandi, et le niveau de vie moyen est ainsi maximum pour la tranche d'âge 55-59 ans. Après 60 ans, le revenu est principalement composé de pensions et retraites, qui sont inférieures aux revenus d'activité de la période précédente. De plus, les générations n'ont pas toutes au même âge des niveaux de vie équivalents. Si les générations nées avant 1950 ont, à chaque âge, un niveau de vie supérieur à celui de leurs aînés, ce n'est plus le cas pour les générations suivantes.

L'Insee observe par ailleurs qu'en 2006, le niveau de vie médian, qui partage la population en deux parties égales, était de 17.600 euros, soit 1.470 euros mensuels. Le niveau de vie des 10 % de personnes les plus aisées était 3,4 fois supérieur à celui des 10 % des personnes les plus modestes.

Cookies