PDA

Voir la version complète : L'Algérie face à la crise économique mondiale


nassim
08/05/2009, 01h19
La crise financière internationale et la place de l'Algérie dans le contexte économique mondial seront au cœur de la cinquième édition du Forum international de la finance, lequel se tiendra les 12 et 13 mai en cours à l'hôtel Aurassi. Selon les organisateurs de l'évènement, le 5e FIF sera une opportunité pour les banques, les compagnies d'assurance, les sociétés de services financiers, les organismes et institutions étatiques, les entreprises de production et de services et les experts de mieux cerner les enjeux que suscite la crise financière internationale sans précédent, crise dont les effets semblent s'installer dans la durée et dont les conséquences et les implications marquent déjà à la fois l'économie mondiale et les économies nationales. Ils se sont donc assignés pour objectif de fournir une analyse exhaustive de la situation financière mondiale, et par conséquent nationale et régionale, de mesurer l'impact de la déréglementation des marchés financiers et de la désorganisation des relations économiques entre les pays et surtout de montrer les voies les plus appropriées à la redynamisation et la stimulation des investissements et des échanges, principalement en direction des pays comme l'Algérie, à travers, notamment, des communications et exposés en plénière, des travaux en ateliers autour de questions de l'heure.

Aussi, le 5e FIF offrira un cadre de mise en relations d'affaires et de confrontation d'idées sur ce qui devra être un effort commun à l'instauration d'un ordre financier international plus juste, plus cohérent et équilibré. Pour les organisateurs de ce Forum, en mettant en contact le monde des banques, des assurances, de la finance, les pouvoir publics, les opérateurs économiques et les spécialistes nationaux et étrangers, il s'agira surtout d'examiner les évolutions enregistrées ces deux dernières années par l'actualité financière internationale, de tracer des pistes et esquisser des solutions en mesure de faire face rapidement aux contraintes nées de la crise. Le 5e FIF développe ainsi un riche programme de communications, interventions, exposés thématiques, analyses, démonstrations, rendus d'expérience, mises en relations d'affaires et oppositions de partenariats et de collaborations autour des différents volets liés à la crise financière et à son actualité. Il est prévu, à la séance inaugurale, une communication du ministre des finances, M. Karim Djoudi, sur "l'Algérie face à la crise financière internationale", tandis que le ministre de l'Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, s'exprimera sur la "crise financière internationale et crise énergétique : quelle stratégie et quelles perspectives pour l'Algérie ?" D'autres thèmes seront également abordés en plénière, notamment les effets de la crise financière internationale sur les économies en développement, la situation, les perspectives et l'évolution des relations entre les banques d'affaires d'Afrique du Nord et de l'Afrique subsaharienne, l'industrie bancaire face à la crise actuelle, les expériences bancaires maghrébines (Algérie, Maroc, Tunisie), les relations Suisse-Algérie, l'apport des compétences algériennes en Suisse et diverses autres questions en rapport avec le monde de la finance au travers desquelles les experts nationaux et internationaux développeront leurs expériences ou tout simplement présenteront des projets susceptibles d'être développés en Algérie.

Un éclairage particulier sera consacré à travers les interventions en plénière et durant des ateliers thématiques sur une série de sujets sensibles comme, tout d'abord, la crise financière et la nouvelle régulation mondiale ; ensuite le rôle de l'Etat dans la gestion de la crise et les différents types de risques, la crise financière internationale et son impact sur l'économie algérienne, l'impact de la crise sur le programme de réforme du système bancaire algérien, la stratégie de gestion basée sur les programmes de développement en période de crise internationale, les opportunités d'investissement et de partenariat en temps de crise financière, la stratégie pour les IDE, la crise financière et la crise énergétique, stratégie et perspective pour l'Algérie, enseignements tirés de la crise pour la formulation de politiques de gestion financière des ressources pétrolières, enfin l'expérience de la gestion des ressources financières à travers les "fonds souverains" : analyse de l'expérience internationale. Un second volet, non moins important, sera consacré, durant le forum, à la façon de gérer la fortune du patrimoine public, à la gestion administrative moderne des banques, qui comprend le management du risque bancaire, le système d'informations bancaires et en dernier la finance islamique.Durant cette première journée, outre la poursuite des travaux en plénière et des mises en relations d'affaires et des contacts professionnels, une présentation technique des outils destinés au cryptage, à la protection et à la sécurisation des données bancaires et des échanges d'informations interbancaires est prévue en marge du programme.La deuxième journée plus technique, s'articulera autour de cinq ateliers sur la banque et les moyens de paiement, la gestion du changement et la stratégie de communication des pays, la gestion des risques pays et des liquidités, l'assurance et la bancassurance, la finance islamique le rôle de l'Etat dans la gestion de la crise, les opportunités d'investissement et de partenariat en temps de crise financière, la gestion de fortune du patrimoine public, la gestion administrative moderne des banques ou la crise financière et la nouvelle régulation mondiale. En marge des travaux seront, par ailleurs, organisés des stands qui donneront la possibilité à plusieurs établissements financiers et à des sociétés intervenant dans le secteur économique de mieux faire connaître leurs savoir-faire, leurs compétences et leurs besoins et d'offrir des services, instruments et solutions à même d'aider des pays comme l'Algérie à assumer la modernisation de leurs réseau financier, notamment les banques et les compagnies d'assurance.

source : Le Maghreb DZ

Cookies