PDA

Voir la version complète : La mutation des prénoms, de l’Amazigh à l’Arabe à travers les siècles


hiemsal
13/05/2009, 16h56
le passage de prénoms berbères à la langue arabe. Une mutation intéressante à plus d’un titre.thème permanent car il concerne notre identité, de notre naissance à la fin de notre vie, et même bien au-delà, puisqu’on en laisse des traces pour la postérité.
Effectivement, par l’étude des prénoms et des noms, on va savoir leur sens, et en plus on peut mieux comprendre l’histoire et les traits identitaires des personnes, des familles et des groupements humains qui les portent. Il s’agit, là de l’anthroponymie ; « la science des prénoms ».
travaux réalisés par des anthropologues ,des linguistes et des historiens comme le "livre des prénoms" de Ghita Alkhayat,les chroniques de Abdelghani alkhaldi et de Michel Amengal.
aprés s'etre penché sur la question des prenoms arabes berbérisés(chronique N10) ,cette fois il aborde la mutation des prénoms de l'amazigh a l'Arabe.

Le sens des prénoms et des patronymes de l’Afrique du Nord antique et médiévale, n’est justement interprété qu’en remontant en premier lieu aux racines de la langue et de la culture amazighs. Aussi, on ne peut comprendre et apprécier les prénoms et les noms en arabe qui sont spécifiquement portés par les populations de l’Afrique du Nord, qu’en étudiant aussi leur mots équivalent en amazigh. En voici quelques exemples, que l’on peut compléter à loisir :
Toumert : Mot exprimant le bonheur en amazigh, du verbe mmer = être heureux. Comme prénom, il a le sens de « l’Heureux ». Et Toumert est encore porté au Maghreb sous sa forme arabe Farhat et Farhati comme nom de famille, mais peu rencontré au Moyen Orient. Mahdi Ben Toumert : Célèbre Sultan des Almohades qui a marqué l’histoire du l’Occident Islamique en étant le premier unificateur de l’Afrique du Nord et de l’Andalousie.

Yugour-ten, (Yougrta) : du verbe "ager" = dépasser + "ten" = les. Ainsi, ça signifie : ‘il les dépasse’, et peut aussi avoir le sens de : ‘le meilleur d’eux’ . Ce dernier sens se rencontre encore au Sahara sous sa traduction arabe dans le prénom "Akhyarhoum". A ma connaissance, ce mot n’est pas utilisé en Orient comme prénom.
"Yugour-ten", est le prénom du neveu de l’un des fils de Massinissa, roi de la Numidie qui entreprit une grande guerre contre les Romains, à qui, il a été livré en 104 av J.C par son beau-père "Boukhous" : roi de la Mauritanie, partie nord occidentale du Maroc actuel.
"Yugour-ten" est considéré comme étant le modèle de la résistance amazigh à l’occupant.
Amghar : en amazigh, ce mot signifie le Chef, le Raïs ou Rays.., et ayant aussi le sens de : ce lui qui est à la tête de ..,.
Bien qu’encore porté comme patronyme, il s’est fait muté à l’arabe sous la forme : "Cheikh".
C’est le nom d’un célèbre personnage historique ; "Mohammad Amghar" le grand Sultan Saadien, appelé "Mohammed ech-Cheikh" par les historiens Arabes, et qui a délivré entre autre Agadir de l’emprise des Portugais.
"Amghar" est aussi le nom du Saint Marabout patron du lieu dit "Ttêtte n’Lfettre", près de la ville d’El Jadida. En amazigh "Ttêtte" signifie l’œil et aussi la source d’eau. Il s’agit là de "Moulay Abdellah Amaghar n’Ttêtte", dont un Moussem pour le vénérer se tient en été et en ce lieu même ; "Ttétte n’Fettre", qui porte maintenant juste le prénom de "Moulay Abdellah". Ce lieu rassemble à chaque Moussem plusieurs tribus de diverses régions du Maroc.
Kh’nata : Ce prénom nous rappelle le nom d’une autre célèbre princesse marocaine du début du 18ième siècle ; "Lalla Kh’nata Bent Bakkar", qui était l’épouse de Moulay Ismaïl le Grand Sultan Alaouite. Elle a joué de grands rôles dans la politique du Maroc et elle a tenu de fortes relations diplomatiques avec les grand pays de l’Europe et du moyen Orient.
Un portrait de "Kh’nata Bent Bakkar", a été peint par une grande Artiste Espagnole. "Kh’nata" mot arabe, auquel on donne le sens de "féminité extrêmement affirmée".
Ce prénom est encore rencontré, sous sa forme masculin ; "Lakh’nati" et porté plutôt comme patronyme ou sobriquet. Sauf ignorance, il semble que ce prénom ne se porte pas aux pays arabes du moyen Orient. Aussi, je ne lui ai pas trouvé encore de mot équivalent en amazigh. Question aux linguistiques !

Tachfine : Prénom du père du grand Sultan Almoravide : "Yousouf Ben Tachafine", fondateur de Marrakech, mort en 1106. Littéralement, le mot signifie les Offerts qui dérive du verbe chef une variante amazigh de ffek ayant le sens de donner, et d’offrir, ... On peut supposer que les prénoms "L’ma3tty" et "L’hiba", assez répandus au Maroc, sont des variantes, en forme arabe de Tachfine. Une autre variante arabe "3attéyat" avec son singulier "3attéya", de même sens, sont utilisés à l’est de l’Afrique du Nord et notamment en Egypte, mais sûrement moins plus loin que là. S’agit-il alors d’une mutation de Tachfine à l’arabe ?

Massinissa : prénom composé comme suit : "Mass-n’sen", dont la traduction littérale donnerait en français : leur seigneur et en arabe : "Sidhoum", prénom que l’on rencontre encore chez les arabophones du Sahara aussi bien au sud marocain qu’en Algérie ou encore en Mauritanie.
"Massinissa" est le nom d’un grand Roi Amazigh contemporain de l’époque Romaine, qui a créé un véritable état et unifie toute la Numidie. Allié aux Romains, il a participé à la dernière guerre punique qui voit la défaite de Carthage. C’est encore lui qui a lancé la devise : l’Afrique au Africains !
NB: ceci est une sorte de synthèse d'un article du site 'africtice.com'. je ne sais pas si ce thème a déjà fait l'objet d'une discussion auparavant sur FA,mais je pense qu'il est intéressant d'autant plus que comme vous l'aurez lu plus haut la liste des prénoms ne peut etre exhaustive donc contributions sont les bienvenues si vous avez d'autres exemples de prénoms qui ont subi cette mutation.

hiemsal
13/05/2009, 17h15
autres exemples de prénoms :
Damya : ou encore Dihya, prénoms supposés de la Reine berbère de l’Aurès. Guerrière et de confession juive, elle est appelée la "Kahina" par les historiens arabes. Elle a mené après la mort du "Kousseyla" une grande et farouche résistance aux avancées offensives des Omeyyades sur le Maghreb. Ce prénom est encore vivant et notamment attesté au Maroc sous la forme de "Dami".
Ouda : Nous supposons que "Ouda" est une variante de "Touda" qui en Amazigh a le sens de la Suffisante, du verbe uda. "Touda", et aussi "Ouda", sont encore perpétués comme prénoms féminins dans le sud marocain principalement.
Dans son Roman Historique ; OUDA PRINCESSE MAROCAINE, Josée BALAGNA COUSTOU stipule que "Lalla Ouda" est le prénom de la Princesse marocaine, fille du maître de Taourirt de Ourzazate au 16ième sciècle, qui était surtout l’épouse de "Mohammad Amghar" le Maître de Taroudant et roi du Souss, et aussi la mère du Sultan Saadien "Ahmed EL MASOUR Eddahbi".
J’ai aussi rencontré dans un autre écrit, cette princesse désignée : "Lalla Mas’ouda" !?!
S’agit-il d’une arabisation de "Ouda" ou d’une berbérisation de "mas3ouda" ; prénom par quoi jadis se faisaient plutôt appeler les servantes et certes moins les princesses !?!

Cookies