PDA

Voir la version complète : Bâtiments : Privatisation du Contrôle technique de construction


morjane
24/11/2005, 16h27
M. Mohamed Chérif, PDG du CTC a annoncé hier qu'il allait procéder à l'ouverture du capital du Contrôle technique de construction ainsi qu'a son introduction en Bourse.

======

Le CTC procédera à l’ouverture de son capital et entrera en bourse. L’information a été communiquée hier par son PDG, M. Mohamed Chérif, à l’occasion des «journées portes ouvertes» organisées hier à l’hôtel Le Mercure.

Le centre a besoin d’une expertise aguerrie en matière de contrôle et de suivi de la construction. C’est l’argument avancé pour justifier cette mesure de privatisation. Le PDG expliquera que l’option de la privatisation du CTC a fait l’objet d’une résolution du SGP Sotramest qui gère le portefeuille de plusieurs entreprises de la construction. Laquelle donne corps à des orientations du Conseil des participations de l’Etat datant du mois d’août 2004. Depuis, l’opération d’évaluation du centre a été confiée au bureau d’étude algérien Cetic, qui a procédé à la phase de diagnostic et d’évaluation de son Business Plan (identification des opportunités d’affaires et élaboration du plan de charges).

C’est au mois de janvier que seront connus les premiers soumissionnaires, qui remettront à cette période leurs offres techniques en réponse aux appels d’offres lancés par l’établissement. Suivra ensuite la deuxième phase, jugée déterminante des offres financières, à l’issue de laquelle sera connu le partenaire de l’entreprise CTC.

Le CTC est certifié ISO 9000 et attend du partenaire étranger un apport et une plus value en matière de «nouvelles exigences de contrôle de la construction, comme les aspects environnementaux, de santé, de travaux publics...».

Depuis 1972, le centre dispose de 30.000 dossiers relatifs à la construction, dont 15.000 sont bien tenus, autrement dit «exploitables». Un «gisement d’informations» pouvant être étudié en commun à l’aide d’un logiciel performant, souligne le premier responsable du CTC.

A l’occasion du 3ème anniversaire du séisme de 2003, le Centre de contrôle technique envisage d’éditer en mai 2006 un manuel regroupant 150 fiches sur les exigences de l’acte de construire à la lumière des enseignements tirés de sa propre expérience du séisme de Boumerdès.

Document dans lequel seront consignées les failles constatées dans la construction et qui ont valu l’étendue du drame que l’on connaît. Pour le PDG, cette tragédie a mis au jour une série de négligences dans «tout le processus de l’acte de construire», intégrant aussi bien les normes urbanistiques, la spécificité des matériaux utilisés, l’état du terrain que les organismes de suivi.

Source: Le Quotidien d'Oran

Tau_Alpha
24/11/2005, 17h53
Aie!
Deja que qd le CTC etait un organisme d'etat tres serieux, il avait du mal a etre suivi par les entrepreneurs...
Si mainant on le privatise, il deviendra un bete organisme d'audit qui rentabilisera son action en faisant payer les entrepreneurs audites.
Combien de temps tiendra-t-il en donnant des avis objectifs et responsables, et qui seraient donc des fois negatifs et qui generaient les boites qui le payent!!!

Rappelons nous Andersen Consulting et les autres, le scandale d'Enron,...etc
Ds le cas d'Enron, ca a ruine les retraites Americains, avec le CTC, ca pourrait causer la mort....

Cookies