PDA

Voir la version complète : Les lombrics s’invitent chez les écolos new-yorkais


charaf
24/05/2009, 19h19
Ils recyclaient emballages et bouteilles, ils hébergent désormais une armée de lombrics dans leur cuisine. Adieu épluchures et coquilles d’œufs : les vers dévorent les ordures ménagères et les réduisent en engrais pour les pétunias. Pour de plus en plus de New-Yorkais, le “lombricompostage” est la suite naturelle du tri sélectif et du recyclage, rapporte The New York Times. Stephanie Stern et son mari ont tenté l’expérience, après une réunion d’information au Lower East Side Ecology Center, où ils se sont vu remettre un composteur. Un amas grouillant de bestioles s’y repaît des restes de repas. Leurs déjections produisent un compost prêt à l’emploi au bout de quatre mois et demi.

Fruitsbr, légumes, papier journal : un vers heureux mange environ la moitié de son poids par jour. Evitez la viande et les produits laitiers, à la décomposition puante, et le pain, qui moisit. Le lombric est moins exigeant qu’un cochon d’Inde : on peut laisser ses vers pendant trois semaines et partir en vacances, ont appris les Stern. Et, a priori, le procédé n’attire pas les cafards. Un peu de doigté s’impose : la cohabitation n’est pas toujours heureuse. “Ça sentait le moisi, témoigne Rachel Franz. Les vers commençaient à mourir. Quand j’ai ouvert, ils essayaient de s’échapper.”

Cookies