PDA

Voir la version complète : Kipco projette de créer un fonds de retraite en Algérie


DZone
24/05/2009, 21h55
Il est l’un des plus importants investisseurs du Golfe

Kipco projette de créer un fonds de retraite en Algérie

Le groupe koweïtien Kipco, qui était présent en Algérie à travers un actionnariat dans l’opérateur mobile Nedjma avant de vendre ses parts à Qatar Télécom, prévoit de revenir sur le marché algérien en investissant le secteur des finances.

Le groupe compte en effet lancer une compagnie d’assurances dès cette année en Algérie et réfléchit même à l’opportunité de créer un fonds de retraite à plus long terme. En attendant, il a déjà mis un pas dans le secteur bancaire algérien à travers l’acquisition de parts majoritaires dans l’Algerian Gulf Bank (AGB).

Selon un communiqué de presse qu’elle a publié cette semaine, Burgan Bank, une filiale de Kipco, a annoncé que dans sa stratégie d’expansion régionale, elle a acquis 60 % d’AGB, devenant ainsi son actionnaire majoritaire. Mais Kipco ne compte pas s’arrêter là puisqu’il entend étendre sa présence dans le secteur financier algérien. Dans une interview à l’agence Reuters, M. Lakhdar Moussi, vice-président chargé des services financiers au niveau du groupe, a indiqué que Kipco entend «ouvrir en Algérie l’une des plus grandes compagnies d’assurances privées». Elle serait utilisée comme «un canal de distribution pour un fonds de pension qui devrait être créé plus tard». La création de ce fonds entre également dans le cadre d’une stratégie qui ne vise pas uniquement les pays d’Afrique du Nord comme l’Algérie mais également les pays du Golfe. «Nous commencerons avec la région du Golfe où nous avons déjà des filiales de banques et des compagnies d’assurances et par la suite nous allons nous étendre en Afrique du Nord, en Algérie et en Tunisie.»

Pour débuter, Kipco vise le lancement d’un fonds de retraite au Koweït et en Arabie saoudite en visant un marché où «les personnes âgées dans le besoin comptent davantage sur leurs proches pour les soutenir financièrement». Le projet, une fois concrétisé, serait le premier du genre au Moyen-Orient, et sa création dans cette région et plus tard en Algérie serait encouragé par la crise financière actuelle, selon M. Moussi. En effet, a-t-il expliqué, «les gens achètent ce genre de service parce que le besoin de sécurité financière est quelque chose que la crise actuelle a renforcé».

Cette crise a, en fait «eu un impact positif sur ce genre d’activité». Les produits de retraite représentent dans la région du Moyen-Orient des actifs de l’ordre de 5 milliards de dollars. Selon M. Moussi, Kipco souhaiterait s’approprier une part d’au moins «500 millions de dollars au cour des cinq prochaines années». «Si nous sommes vraiment performants, nous essaierons de grappiller 10 % de ces 5 milliards de dollars», a-t-il dit.

Kipco, qui est actionnaire dans 50 compagnies et présente dans 21 pays à travers le monde, entamera son projet de fonds de retraite au Koweït cette année à travers sa société d’assurances Gulf Insurance, avant de s’attaquer au marché saoudien au cours de l’année qui suit.

Les fonds de retraite sont des fonds d’investissement spécifiques agissant comme des outils d’épargne retraite. Alimentés par l’épargne des salariés, ils ont pour vocation de placer d’énormes sommes d’argent dans les entreprises et sur les marchés financiers, ce qui leur a valu de grosses pertes depuis le début de la crise financière, estimées à plus de 2 000 milliards de dollars.

Jeune Indépendant

Cookies