PDA

Voir la version complète : La Sonatrach construira sa troisième cimenterie


DZone
25/05/2009, 15h01
Première entreprise nationale du pays et sans conteste la plus puissante, Sonatrach ne se limite pas à investir dans le seul secteur des hydrocarbures, elle investit aussi celui de la cimenterie.

En effet, déjà propriétaire de deux cimenteries à Relizane et à Bechar, en partenariat avec la Sonelgaz, la Sonatrach va construire sa troisième usine. Pour ce dernier projet, elle compte s'associer à un groupe étranger mais en gardant, cependant, la majorité du capital.

Un appel d'offres international a été lancé pour la construction de cette unité, dont la capacité de production devra atteindre le 1 million de tonnes par an. Des groupes chinois, français, saoudien et suisse (Holcim qui devait à l'origine construire l'usine de Relizane), ont, d'ores et déjà, présenté des offres techniques.

Pour rappel, le groupe français Lafarge occupe désormais la première place dans le marché privé du ciment, avec une capacité de production de 8 millions de tonnes par an. Il a racheté, en 2007, ACC, la filiale algérienne de l'égyptien Orascom. Cette acquisition avait été mal acceptée à l'époque par les autorités algériennes, car Orascom avait tiré une belle plus-value sur ces usines qu'il avait rachetées à l'Etat. C'est vraisemblablement, en partie, à cause de cette affaire que le Premier ministre Ouyahia a mis en place ses récentes directives, genre de protectionnisme, visant un retour de l'État dans les affaires économiques du pays.

L'Etat gère, aujourd'hui, douze cimenteries publiques, d'une capacité de 10 millions de tonnes par an, contrôlées par la Société de gestion des participations SGP-GICA. Le capital de certaines de ces cimenteries a été ouvert à des partenaires privés à hauteur de 35%, dont le français Lafarge (Meftah), l'italien Buzzi Unicem (Hadjar Soud et Ghozlan) et l'égyptien ASEC (Zahana) qui doit construire une nouvelle cimenterie à Djelfa, qui aura une capacité de production de 3,1 millions de tonnes par an.

Le Financier

simo33
25/05/2009, 15h38
a sonatrach land, tout est possible


l'etat etouffe le secteur privé....

alien
25/05/2009, 15h45
Cette acquisition avait été mal acceptée à l'époque par les autorités algériennes, car Orascom avait tiré une belle plus-value sur ces usines qu'il avait rachetées à l'Etat
----------------------------
Ça fait drôle que de voir une société narguer tout un état (voire pays), qui de plus est étrangère.

simo33
25/05/2009, 15h57
Ça fait drôle que de voir une société narguer tout un état (voire pays), qui de plus est étrangère.

dautant plus qua lorigine c'est une boite de telecom... en gros nimporte qui aurait pu entuber l'etat, a croire quils aiment ca!!!

Cookies