PDA

Voir la version complète : Nigeria: Chevron va produire 100.000 b/j en moins à cause d'attaques


nacer-eddine06
25/05/2009, 18h10
LAGOS - La production du géant pétrolier américain Chevron au Nigeria a baissé de 100.000 barils par jour (b/j) à la suite d'une attaque de rebelles contre un de ses oléoducs dans le Delta du Niger (sud du pays), a indiqué lundi le groupe dans un communiqué.
Les rebelles du Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (Mend) avaient auparavant affirmé avoir détruit plusieurs importants oléoducs lundi matin dans le sud pétrolifère du Nigeria, où l'armée mène une vaste opération pour les "chasser" totalement de la région.
Dans un courriel adressé aux médias, le Mend a assuré que ses combattants "ont détruit des tronçons importants d'oléoducs pour entraîner l'assèchement de l'approvisionnement du réservoir de stockage de Chevron dans le Delta".
Le groupe armé, qui a multiplié les enlèvements de personnels nigérians et étrangers dans le secteur pétrolier, a précisé lundi que les lieux d'approvisionnement touchés concernaient "Chevron (à Alero Creek), Otunana, Abiteye, Makaraba et Dibi".
"La compagnie Chevron Nigeria Limited (CNL) (...) confirme que l'un de ses oléoducs a été percé dans le secteur d'Abiteye dans l'Etat du Delta, dimanche", selon un communiqué du groupe américain.
"Dans le souci de protéger l'environnement, il a été décidé d'arrêter la production d'environ 100.000 b/j dans les marais du Delta", indique Chevron en annonçant une enquête sur le sabotage.
Chevron, un des principaux producteurs de pétrole du Nigeria avec une production moyenne de 376.000 b/j l'an dernier, a indiqué qu'il avait rapporté l'incident aux autorités compétentes et aux chefs des communautés locales.
Le Delta du Niger, d'où le Nigeria tire 95% de ses devises, est secoué depuis 2006 par de multiples sabotages d'oléoducs, attaques de navires et enlèvements d'employés locaux et étrangers du secteur pétrolier.
La production de brut nigérian a chuté à environ 1,76 million de barils par jour (mbj) en avril, selon les derniers chiffres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), contre 2,6 mbj en 2006.
Le Mend, qui affirme se battre pour les populations misérables du Delta du Niger afin de parvenir à un meilleur partage des richesses, a également réitéré ses menaces concernant un blocage des exportations de pétrole.
Le groupe, qui s'est taillé une notoriété avec ses multiples prises d'otages de ressortissants étrangers travaillant dans le secteur pétrolier, a ajouté que les sabotages étaient une réponse aux "souffrances" infligées aux communautés locales par les troupes gouvernementales.
Depuis dix jours, l'armée mène des opérations de ratissage dans l'Etat de Delta, affirmant vouloir "complètement chasser" les rebelles de la région.
Selon des médias locaux, qui accusent les forces armées de mener des bombardements à l'aveugle et d'incendier des maisons, des centaines d'habitants ont fui la principale zone ciblée par l'armée jusqu'à présent, Gbaramatu Kingdom.
Selon Amnesty International, quelque 20.000 personnes se trouvaient la semaine dernière au coeur d'affrontements entre l'armée nigériane et les rebelles dans le Delta du Niger.
La force spéciale militaro-policière, la Joint Task Force (JTF), déployée dans la région, a déclaré de son côté qu'elle menait uniquement des opérations d'encerclement pour localiser des militants du Mend et les lieux où ils retiennent leurs otages.
CHEVRON
(©AFP / 25 mai 2009 15h55)

Cookies