PDA

Voir la version complète : Le marché de l'automobile chute de plus de 8,5%


DZone
25/05/2009, 21h17
La tendance à la baisse, constatée depuis deux évènements majeurs qui ont marqué le marché national de l'automobile, à savoir l'avènement de la taxe sur les véhicules neufs et les effets de la crise financière mondiale, s'est poursuivi durant ces 4 derniers mois de l'année 2009.

En termes d'importations, le centre national de l'informatique et statistiques (CNIS) vient d'annoncer que «l'Algérie a importé, pour une valeur globale de 97,6 milliards de dinars, 101.983 véhicules au cours de cette période, soit une baisse de 8,55% par rapport à la même période de l'année 2008».

Le CNIS indique dans les détails que de janvier à avril 2009, les concessionnaires ont importé 95.362 véhicules, contre 103.945 à la même période 2008, alors que les particuliers ont introduit 6.621 véhicules, contre 7.568 unités durant la même période 2008, soit une baisse de 12,5% pour un montant de 9,1 milliards de dinars. Comme explication à cette chute des importations, au CNIS on affirme qu'elle est due, notamment, par les effets de la crise économique internationale, la baisse des ventes par facilité pratiquées par certaines banques et les taxes introduites en 2008 par l'Algérie afin de réguler le marché de l'automobile.

Par ailleurs, et lors d'une rencontre organisée dimanche avec les concessionnaires automobiles autour de la question des pièces de rechange contrefaites, le ministre du Commerce, El Hachemi Djaâboub avait annoncé que les pièces de rechange seront importées exclusivement auprès des pays fabricants. Le ministre a également indiqué que les pièces de rechange automobiles importées auprès des pays non fabricants des pièces détachées seront systématiquement rejetées aux frontières.

Coup de balai

«Toutes les pièces dont la provenance ne correspond pas à un pays reconnu fabricant de pièces de rechange, seront détruites», a averti M. Djaâboub. Dans le même contexte, le ministre a dévoilé d'autres mesures prises par les pouvoirs publics afin de lutter contre le phénomène de la contrefaçon de la pièce détachée sur le marché national.

Parmi ces mesures, le ministre a évoqué un contrôle rigoureux et quotidien des ports et aéroports, le doublement des effectifs chargés du contrôle de conformité des pièces importées au niveau du port d'Alger et la participation accrue des organismes de l'Etat spécialisés dans ce domaine comme l'Ianor, Inapi, Cacque, qui seront appelés à apporter leur concours dans la lutte contre ce phénomène, a expliqué M. Djaâboub.

«L'Etat est déterminé à frapper fort pour éradiquer ce fléau qui constitue un véritable danger public», a dit le ministre et que «les importateurs sont appelés à respecter la loi en vigueur dont les dispositions sont de plus en plus sévères pour la protection de nos consommateurs». Il a rappelé, à cet effet, que «la finalité de cette mesure d'envergure est de parvenir à un professionnalisme dans la vente des pièces automobiles et du service après-vente».

Le Financier

Cookies