PDA

Voir la version complète : Des fraises au goût amer


Pihman
26/05/2009, 14h47
Des monticules de bidons et de plastiques abandonnés en lisière de forêt. C'est l'envers du décor du miracle économique autour de la fraise andalouse, au Sud de l'Espagne. La ruée vers « l'or rouge » a débuté dans les années 80 dans la région de Huelva. Des maraîchers se sont mis en tête de faire manger des fraises aux consommateurs européens en plein hiver. Et peu importent les coûts environnementaux et sociaux de cette culture aberrante à contre saison. Les plants cultivés dans le Nord de la péninsule ibérique sont enfermés dans des frigos. Cet hiver artificiel les pousse à fleurir en octobre, dès qu'ils sortent du froid. Les fraisiers sont plantés dans des parcelles sableuses débarrassées de toute bactérie à grand renfort de pesticides. Ils poussent sur d'immenses plates-bandes recouvertes de plastiques et coiffées par des tunnels. Les fruits grandissent sous perfusion et reçoivent l'eau, les engrais chimiques et les phytos pour traiter les maladies. Un vrai cocktail de molécules. 300 ont été repérées à petite dose dans les fruits rouges. Des contingents de Polonaises, Roumaines et Marocaines les ramassent pour 5,40 € de l'heure. Après avoir saccagé l'Andalousie, les cultivateurs lorgnent sur le Maroc, nouvel eldorado de la fraise.

ouest-france.fr

Cookies