PDA

Voir la version complète : Foire internationale d’Alger du 30 mai au 4 juin


Zacmako
27/05/2009, 08h44
Foire internationale d’Alger du 30 mai au 4 juin
Participation de 40 pays

La manifestation sera marquée par l’absence de la Grande-Bretagne et de l’Espagne.
La 42e foire internationale d’Alger (FIA) sera marquée par l’absence de deux pays, la Grande-Bretagne et l’Espagne. Ces deux nations n’ont pas réservé de pavillons officiels au palais des expositions des Pins-Maritimes à cette édition contrairement aux précédentes. Sur les 40 pays participants, seuls 37 ont loué des pavillons. La direction générale de la société des foires et des expositions (Safex) n’a avancé aucune explication à ce propos. Au cours d’une conférence de presse animée hier à la Safex, les organisateurs de la FIA se sont intéressés beaucoup plus à ceux qui ont confirmé leur participation. Douze pays viennent de l’Europe, les autres arrivent d’Asie, des Amériques, des pays arabes à raison de huit participants par continent. Si le nombre des entreprises nationales, qui prendront part à cette manifestation, avoisine les 447, celui des étrangers est estimé à 870. L’ensemble de ces exposants étaleront leurs produits sur une superficie totale de plus de 67 200 m2. La France et l’Italie se taillent la part du lion en termes de superficie avec environ 2 000 m2 chacun. Vient ensuite l’Allemagne qui a loué près de 1 600 m2.
Selon les estimations de la Safex, plus de 35% des pays participants sont du vieux Continent. Ce qui pousse à dire que le plus gros du commerce extérieur s’effectue avec cette région. La présence de la Chine, avec plus de 2 000 m2 de surface, confirme la volonté de ce pays à s’installer durablement sur le marché algérien. Il faut dire que l’Algérie, de par les différents plans de développement tracés et les divers programmes d’action évalués à des centaines de milliards de dollars, attirent de nombreux investisseurs. Et la venue de ces pays à la FIA, qui s’étalera du 30 mai au 4 juin, se veut un geste clair pour encourager leurs sociétés et confirmer par là même leur intérêt pour le marché national. Pour ce qui est de l’exposition algérienne, représentée par quelque 447 sociétés sur 35 000 m2, elle concernera les secteurs de l’agroalimentaire, la sidérurgie, l’ameublement, l’énergie, la chimie et la pétrochimie, les grands travaux, le bâtiment, les services… La participation nationale à cette foire évoque la problématique de l’exportation dans notre pays. Dans ce sens, les responsables de l’Agence pour la promotion du commerce extérieur (Algex) ont décidé de tenir en marge de cette édition, le premier salon algérien de l’exportation. L’objectif assigné à cet événement est de chercher les voies et moyens à même de diversifier les exportations hors hydrocarbures. Outre le problème de l’emballage et de conditionnement, l’irrégularité de l’offre en produits agricoles, la chaîne du froid, la connaissance des normes internationales…
Liberté

DZone
27/05/2009, 09h36
Les Chinois en force, les Espagnols absents


Entre 400.000 et 500.000 visiteurs sont attendus à la 42e édition de la Foire internationale d'Alger (FIA), dont le coup d'envoi devrait être donné samedi 30 mai. C'est du moins ce que prévoit M. Slimani, l'un des responsables de la Société algérienne des foires et expositions (SAFEX), qui organise chaque année cet événement économique international qui a pris de l'importance ces dernières années en termes de participation étrangère et nationale. Au cours d'une conférence de presse animée hier à la salle El-Djazaïr, aux Pins maritimes à Alger, M. Slimani a fait savoir que cette année le programme d'animation sera axé sur la thématique de l'exportation. Un salon dédié exclusivement à l'exportation des produits hors hydrocarbures sera organisé en marge de cette 42e édition et sera chapeauté par l'Agence nationale pour la promotion du commerce extérieur (ALGEX). L'Objectif étant bien évidement la promotion de nos exportations hors hydrocarbures qui sont à la traîne malgré toutes les réformes engagées et surtout en dépit des accords d'association passés avec l'Union européenne (UE) depuis septembre 2005.

Interrogés par Le Quotidien d'Oran sur les bilans des précédentes éditions, les organisateurs ont été incapables de donner un quelconque chiffre ou détail sur les partenariats conclus entre les entreprises locales et étrangères et qui ont vu le jour justement suite à cet événement. Les entreprises participant aux différentes éditions ne sont pas trop bavardes sur le sujet, affirment les responsables de la SAFEX qui précisent que chaque année, un questionnaire est pourtant adressé aux participants mais ces derniers restent, semble-t-il, muets sur les contacts noués et les contrats qui seraient conclus à l'occasion des différentes FIA. «Nous sommes très loin des objectifs fixés», a avoué pour sa part M. Zaaf, responsable au ministère du Commerce, mais également responsable de la délégation algérienne qui négocie depuis des années l'adhésion de notre pays à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Même si les exportations hors hydrocarbures, essentiellement des produits miniers et de pétrochimie, ont connu une hausse ces dix dernières années pour passer de 300 millions de dollars à 1,9 milliard de dollars l'année dernière, il n'en demeure pas moins qu'on est encore loin et même très loin du compte, de l'avis même des responsables en charge du dossier.

M. Zaaf est convaincu cependant que la FIA représente «un événement économique important pour notre pays». En témoigne, poursuit-il, le degré de développement de l'économie nationale. Il a plaidé hier pour une «diversification de nos produits», notamment manufacturiers, et assuré que le salon qu'organise l'ALGEX à cette 42e FIA va «booster nos exportations».

Une quarantaine de pays, dont 37 à titre officiel, participent cette année à la Foire internationale d'Alger, placée sous le thème « Ensemble pour une émergence économique durable ». Avec 141 exposants, les Chinois ont détrôné cette année les Français (135 participants) qui avaient l'habitude d'occuper le haut du podium en terme de participation à cette foire. Cela s'explique, a déclaré M Slimani, par la présence de plus en plus importante des Chinois sur le marché algérien.

« La FIA demeure, pour l'Algérie comme pour tous les pays qui s'intéressent au marché algérien, un baromètre et un espace de mise en valeur des capacités des uns et des autres à répondre aux exigences et à la rigueur, dont le programme de développement, conçu et mis en oeuvre par le président de la République, a permis d'asseoir les règles incontournables et nécessaires », est-il souligné dans un communiqué distribué à la presse.

Enfin, il y a lieu de signaler que l'Espagne ne participe pas cette année à la FIA.

Les organisateurs de la 42e FIA n'ont pas donné d'explications sur cette défection de l'Espagne, mais suggèrent en parallèle que cette absence serait liée à la crise économique qui frappe le continent européen et toute la planète.

Le Quotidien d'Oran

DZone
27/05/2009, 09h44
La visite d'une délégation d'hommes d'affaires marocains est également prévue

http://www.lemaghrebdz.com/admin/folder01/vide.jpgA quelques jours de la tenue de la 42e Foire internationale d'Alger (FIA), organisée par la Société algérienne des foires et exportations (Safex), les annonces de participation des pays étrangers ne cessent d'augmenter.

En effet, le Maroc vient d'annoncer sa participation à cette manifestation commerciale majeure de niveau international, avec une trentaine d'entreprises représentant plusieurs secteurs d'activité, à savoir les services (TIC, ingénierie, secteur bancaire), industrie (agro-inventaire, textile, chimie et parachimie, BTP et matériaux de construction, IMME, pêche) l'artisanat et tourisme. La majorité de ces entreprises marocaines participe pour la première fois à cette Foire internationale.

La participation à cet évènement, réalisé avec 1e concours de l'ONMT et de la maison de l'artisan, est l'occasion pour "Maroc Export" de communiquer sur "l'offre Maroc", et pour les entreprises exposantes d'illustrer le dynamisme et la performance d'une économie marocaine en mouvement. Dans ce sens, I'ensemble des politiques sectorielles nationales sera mis en exergue (Plan Maroc Export Plus, Plan Emergeance, Plan Maroc Vert, Plan Azur...).

Une délégation d'hommes d'affaires marocains fera même le déplacement à Alger, dans le cadre d'opportunités d'affaires entre les deux pays voisins. D'ailleurs, il est prévu, en marge de l'exposition, des rencontres business to business entre entreprises marocaines et algériennes. Ces entretiens individualisés permettront aux exposants marocains de mieux connaître les opportunités d'affaires qu'offre ce marché voisin.Car, faut-il le signaler, malgré une croissance remarquée ces dernières années, les échanges commerciaux entre le Maroc et l'Algérie restent bien en deçà des potentialités offertes par chacun des deux pays. Ces échanges ont atteint seulement 570 millions de dollars en 2007.

Une chose est sûre, la 42e Foire internationale d'Alger peut contribuer de façon significative au renforcement et à l'enrichissement des échanges économiques entre les deux pays, en offrant aux entrepreneurs marocains et algériens l'occasion de nouer des contacts directs. La 42e Foire internationale d'Alger (FIA) se tiendra, pour rappel, du 30 mai au 4 juin au Palais des expositions (Pins maritimes) avec la participation d'une quarantaine de pays ainsi que près de 400 entreprises algériennes. Le thème de cette manifestation économique internationale annuelle sera : "Un moment fort pour l'émergence d'une économie compétitive et performante".

La nouveauté de cette édition est l'organisation simultanée du premier Salon algérien de l'exportation, du 31 mai au 3 juin, pour promouvoir les exportations hors hydrocarbures, et ce, en partenariat avec la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (Caci). La 42e édition de la FIA va consacrer une superficie totale de 51 591 m² pour les différents stands et expositions, dont 16 354 m² pour la participation étrangère officielle et 1 930 m² pour les firmes étrangères participantes à titre individuel, soit 30% de la superficie globale.

Concernant la participation étrangère, cette manifestation abritera les stands de 36 pays à titre officiel, tandis que 34 sociétés étrangères de cinq autres pays seront présentes à titre individuel. C'est l'Europe, principal partenaire économique et commercial de l'Algérie, qui vient en tête avec une douzaine de pays participants, suivie respectivement des pays arabes, de l'Asie et des Amériques avec huit (8) pays participants pour chacune de ces régions. Quant à la participation nationale, elle sera largement dominée par le secteur privé avec 321 sociétés (82% de la participation nationale) contre 69 sociétés publiques (18%).Elle sera représentée à travers une dizaine de secteurs d'activité, notamment les services (banques, assurances, transports, formation...), les industrie électroniques, l'agroalimentaire, le cosmétique, la pétrochimie, l'industrie pharmaceutique, le textile et l'habillement ainsi que le bâtiment et les matériaux de construction.

Par ailleurs, il est prévu la signature, en marge de cette foire, d'un protocole d'accord de partenariat entre la Safex et la Société de la Foire internationale de Damas. De même, plusieurs visites de responsables étrangers sont annoncées lors de cette 42e FIA, dont celles du président du Sénat de l'Indonésie, du vice-ministre chinois chargé du Commerce et du directeur général de la Foire internationale de Sanaa (Yemen).

Le Maghreb

DZone
27/05/2009, 09h48
Pas moins de 10 entreprises canadiennes seront présentes à titre d'exposants à la 42e édition de la Foire internationale d'Alger, qui se déroulera du 30 mai au 4 juin prochain.

C'est du moins ce qu'annonce un communiqué de l'ambassade du Canada à Alger, parvenu hier à notre rédaction. Ces entreprises exposeront leurs technologies et leur savoir-faire au pavillon G du Palais des expositions de la Société algérienne des foires et exportations (Safex).

La participation canadienne couvre différents secteurs d'activité et illustre un leadership caractérisé par le sens de l'innovation et les technologies de pointe : construction, ingénierie, conseil, transport, industrie, services et les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Cette année, le pavillon canadien accueillera Bombardier (transport ferroviaire et aéronautique) SNC-Lavalin (construction), Rio Tinto Alcan ( aluminerie), Canac (services ferroviaires), Dessau (ingénerie-construction), Genivar (ingénierie et environnement). Ultragen international (ingénierie et hydrocarbures), Cedron SNI, (agrégation de presse), BBC, représentant officiel de Smart Technologies (outils intuitifs et didactiques de communication) et Pan-ISOX, spécialisée dans la construction. Plus de 60 entreprises canadiennes d'envergure internationale sont présentes en Algérie.

"L'Algérie s'est engagée dans un ambitieux programme de soutien à la croissance économique crucial pour son développement", a déclaré Patrick Parisot, ambassadeur du Canada en Algérie. "Le Canada est en mesure de répondre aux besoins des Algériens parce que nous maîtrisons les technologies de pointe nord-américaines et nous pouvons les transmettre en français. Le fait que les compagnies canadiennes ne se contentent plus de vendre simplement des produits mais décident d'investir en Algérie, en y créant des partenariats durables ou des filiales, confirme l'importance des relations économiques algéro-canadiennes. Les compagnies canadiennes ont démontré leur fiabilité et leur volonté de partager leur savoir-faire et leurs technologies avec leurs partenaires algériens", a-t-il ajouté. Rappelons que l'Algérie est, depuis plusieurs années, le premier partenaire commercial du Canada en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

En matière de commerce bilatéral, l'Algérie est le 9e partenaire économique du Canada qui est le sixième partenaire de l'Algérie. Le commerce bilatéral entre le Canada et l'Algérie a connu un bond significatif de +54 % en 2008 (6,4 milliards $US).

Le Maghreb

DZone
27/05/2009, 09h59
Les Canadiens proposent leurs services

A l’occasion de la 42e édition de la Foire internationale d’Alger, qui se déroulera du 30 mai au 4 juin 2009 au palais des Expositions de la Société algérienne des foires et exportations, le Canada sera présent à travers la participation de dix entreprises, a annoncé l’ambassadeur canadien en Algérie,
M. Patrick Parisot, dans un communiqué rendu public hier.

Le programme quinquennal 2009-2014 pour lequel le président de la République consacre un montant de 150 milliards de dollars ne laisse pas les Canadiens indifférents.

Leur présence à la FIA s’inscrit dans la perspective de nouer des affaires ou de décrocher des contrats pour prendre part au programme de soutien à la croissance à travers divers canaux et dans différents secteurs.

«L’Algérie s’est engagée dans un ambitieux programme de soutien à la croissance économique, crucial pour son développement. Le Canada est en mesure de répondre aux besoins des Algériens parce que nous maîtrisons les technologies de pointe nord-américaines et que nous pouvons les transmettre en français. Le fait que les compagnies canadiennes ne se contentent plus de vendre simplement des produits, mais qu’elles décident d’investir en Algérie, en y créant des partenariats durables ou des filiales, confirme l’importance des relations économiques algéro-canadiennes.

Les compagnies canadiennes ont démontré leur fiabilité et leur volonté de partager leur savoir-faire et leurs technologies avec leurs partenaires algériens», a déclaré l’ambassadeur M. Patrick Parisot.

Bombardier à la Foire internationale d’Alger

Parmi les grandes entreprises canadiennes qui prendront part au rendez-vous annuel incontournable qu’est la Foire internationale d’Alger, il y a lieu de citer la présence, encore une fois, du constructeur spécialisé dans le transport aéronautique et ferroviaire Bombardier.

La participation canadienne couvre différents secteurs d’activités et illustre «un leadership caractérisé par le sens de l’innovation et les technologies de pointe» dans différents secteurs d’activités : la construction, l’ingénierie et le conseil, le transport, l’industrie, les services et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Les autres entreprises sont SNC-Lavalin (construction), Rio Tinto Alcan (aluminerie), Canac (services ferroviaires), Dessau (ingénierie-construction), Genivar (ingénierie et environnement), Ultragen international (ingénierie en hydrocarbures), Cedron-SNI, (agrégation de presse), BBC, représentant officiel de Smart Technologies (outils intuitifs et didactiques de communication) et Pan-ISOX, spécialisée dans la construction, précise-t-on dans la même correspondance, avant de rappeler que «plus de 60 entreprises canadiennes d’envergure internationale sont versées dans le monde des affaires» dans notre pays. Les firmes canadiennes exposeront leurs technologies et leur savoir-faire au pavillon G.

Il convient de noter que l’Algérie est, depuis plusieurs années, le premier partenaire commercial du Canada en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
En matière d’échanges commerciaux à l’échelle mondiale, l’Algérie est le 9e pays partenaire du Canada et le Canada est le 6e partenaire de l’Algérie. Le montant des échanges bilatéraux a connu «un bond significatif» de + 54 % en 2008 par rapport à 2007, pour se situer à 6,4 milliards de dollars.

Jeune Indépendant

DZone
27/05/2009, 10h32
Une quarantaine d’entreprises allemandes opérant dans les secteurs de services, de production (matériels de génie civil, véhicules industriels, machines-outils….) participent à la Foire internationale d’Alger (FIA), prévue du 30 mai au 4 juin prochains au palais des Expositions, Pins Maritimes, Mohammadia, Alger.

Elles animeront un stand officiel. Parmi les entreprises participantes, certaines se présentent pour la première fois en Algérie. Les Allemands estiment que la FIA s’affirme dans son rôle de «porte principale» au marché algérien pour les sociétés outre-Rhin.

Ils soulignent également qu’ils contribuent, en collaboration avec leurs partenaires algériens, au développement de nouvelles offres en matière de foires et de salons spécialisés destinés à des professionnels. Les entreprises allemandes ont déjà participé à de nombreuses manifestations et elles comptent prendre part à d’autres, à l’exemple de Batimatec, Financetec, Alger Télécom, Djazit, Electro&automation industrielle…

Les sociétés allemandes en sont à leur 10ème participation à la FIA. Elles en font une bonne opportunité pour nouer des contacts, se mettre en réseau, trouver des partenaires algériens. Le marché algérien, elles le connaissent, pour l’avoir pénétré, il y a longtemps. Entre autres entreprises allemandes connues en Algérie restent Lind dans le secteur de pétrochimie et Siemens, dans la téléphonie, l’électronique et l’énergie, (équipementier).

Aux côtés des anciennes enseignes, bien établies en Algérie, de nouvelles sociétés allemandes en sont encore au stade de la prospection. Et parmi celles-ci, on peut citer Wogapit-Buderus, un groupe allemand connu à l’échelle régionale mais également internationale. Il s’intéresse au marché algérien depuis quelques mois. L’organisme allemand a déjà animé une somme de rencontres en Algérie pour faire connaître ses produits, en faire la promotion, et chercher des partenaires algériens. Fabricant réputé dans les domaines de la fonte ductile et des tubes à joints verrouillés, entre autres, Wogapit-Buderus est présent dans nombre de pays, dont la Chine, l’Autriche… Ses responsables insistent souvent sur le fait que le groupe qu’ils dirigent fait de la bonne qualité de service et des normes requises selon lesquelles sont fabriqués ses produits une priorité absolue.

La Tribune Online

Cookies