PDA

Voir la version complète : Immigration clandestine: Tripoli appelle l’UE à «honorer ses engagements»


DZone
27/05/2009, 10h02
La Libye a appelé hier l’Union européenne à «honorer ses engagements» en matière d’aide pour stopper l’afflux des immigrants clandestins transitant par ce riche pays pétrolier pour traverser la Méditerranée vers l’Europe.

La Libye «appelle l’UE à honorer ses engagements pour lutter contre ce phénomène, en (lui) fournissant l’aide technique, la formation et des équipements», a indiqué un communiqué du ministère de l’Intérieur distribué à la presse. Elle appelle également la communauté internationale à «assumer sa responsabilité complète envers ce phénomène aux dimensions humaines, qui touche tous les pays et qui fait des milliers de victimes par an...», selon le texte. Alors que l’UE réclame à la Libye plus de fermeté dans la surveillance de ses frontières maritimes, Tripoli réclame une aide européenne d’un milliard d’euros pour pouvoir lutter contre l’immigration clandestine.

La Libye estime aussi que l’Europe n’a pas respecté ses engagements pris en juillet 2007 prévoyant un mécanisme commun de surveillance des frontières maritimes et terrestres. Le nombre des immigrants clandestins sur le territoire libyen représente 20 % de la population totale de ce pays de 6 millions d’habitants, souligne le communiqué. L’étendue des frontières terrestres dépassant les 5 000 km et maritimes de 2 000 km rend difficiles et coûteux les efforts de la Libye en matière de sauvetage, d’hébergement et de rapatriement des immigrants clandestins venus essentiellement d’Afrique sub-saharienne, a-t-on ajouté.

Selon le communiqué, ces efforts ont coûté à la Libye environ 50 millions de dollars entre 2004 et 2008. Récemment, Tripoli a accepté le refoulement vers son territoire d’immigrants clandestins interceptés par l’Italie en Méditerranée.

Jeune Indépendant

dlimi
27/05/2009, 16h24
est ce que ca vaut encore la peine d emigre en europe ?????
moi je me pose la question.
l europe est frapee de plien fouet par la crise et la recession.

Cookies