PDA

Voir la version complète : Le Maroc sur la voie thaïlandaise ?


Oggy
28/05/2009, 23h24
Le Maroc sur la voie thaïlandaise ?
Le : 2009-05-27 Mohamed Semlali

Toute vérité n’est toujours pas bonne à dire ni à entendre. Oui le Maroc est devenu une destination de tourisme sexuel. Il suffit de parcourir les journaux pour se rendre compte que « le plus beau pays du monde» ne manque pas de charme… charnel. Que ce soit à Marrakech, Agadir, Tanger, Casablanca ou Rabat, des réseaux s’organisent, des filières se mettent en place. Les proxénètes sévissent et tiennent de véritables maisons de rabattage au cœur des villes marocaines. La clientèle est hétéroclite : marocaine, européenne et essentiellement des riches pays du Golfe. Cette traite des «brunes» bat son plein à l’approche de l’été.

Les riches citoyens du Golfe fuient des pays à la température insupportable pour se réfugier dans la chaleur des corps de jeunes filles marocaines. Le tout devant un laisser-aller des autorités qui soulève plusieurs questions. Il ne faut pas se voiler la face. Tout le monde est impliqué et la filière de la prostitution organisée est loin d’être la première préoccupation des autorités. Certes, des rafles sont parfois lancées par les forces de l’ordre, mais d’une manière sporadique. Les rabatteurs courent les rues à la recherche de nouvelles recrues. Il n’est pas rare en effet que de jeunes filles, même accompagnées de leurs mères, se fassent accoster par des entremetteuses en pleine rue. Sinon, les salons de coiffure et les centres de beauté servent généralement de lieu de «recrutement» et de «rassemblement» de la «marchandise». Des villas dans les banlieues et des appartements meublés luxueux tiennent lieu de lupanars permanents.

D’autres réseaux s’activent, eux, dans le domaine de l’export. Des filles sont acheminées par dizaines qui vers le Liban, qui vers la Jordanie, qui vers les pays du Golfe pour meubler les hôtels de passe et les cabarets de ces pays. Sur certains vols bien connus à destination du Moyen-Orient, les avions, en général remplis de drôles de spécimens, effectuent des allers-retours ponctuels et dont tout le monde sait à quel commerce ils s’adonnent.

Aujourd’hui, et au-delà des libertés individuelles de chacun et du droit de la personne de disposer de son corps, un débat doit être ouvert sur le sujet. Parce qu’il ne s’agit plus de cas isolés, mais d’un phénomène qui prend de l’ampleur et qui touche beaucoup de familles marocaines. La prostitution au Maroc est en train de quitter la sphère privée et un aspect jusque-là artisanal pour s’industrialiser petit à petit. Des quartiers entiers sont désormais connus pour abriter des immeubles dédiés à la vente du «plaisir». Des commerces (cafés, hôtels et centres de beauté) ne vivent que de cette industrie.

Trois défis majeurs s’imposent aujourd’hui aux autorités. D’abord, cette prostitution qui dégénère de plus en plus en réseau criminel allant du trafic de drogue à la violence et au racket. Ensuite, la propagation de la prostitution dans plusieurs quartiers des villes marocaines rend difficile tout suivi sanitaire et met en péril la santé des citoyens. Enfin, l’image du pays à l’international qui souffre d’une «thaïlandisation» de plus en plus accrue.

Traite de blanches au cœur de Rabat

Elle n’en revient pas. Ihssan l’a échappé belle. En quittant ce jeudi, à midi, cette villa au beau milieu du quartier Hay Ryad, l’un des lieux les plus huppés de la capitale du royaume, elle croît renaître. Elle vient de vivre une nuit inoubliable, au vrai mauvais sens du terme. Tout commence un jour auparavant. Ihssan, qui se fait entretenir par un vieux Saoudien, fait ses emplettes dans une grande surface de Rabat. Quand elle se fait accoster par un jeune homme étranger, à l’accent moyen-oriental, elle détourne les yeux. Ihssan s’est rangée du milieu il y a plusieurs mois déjà. Elle avait rencontré, lors de ces soirées organisées à Harhoura, Abou Mohammed, un riche dignitaire saoudien qui tombe fou amoureux d’elle. La relation entre les deux ne dépasse pas quelques rencontres dans les parkings des grandes surfaces. Abou Mohammed est marié, deux fois plutôt qu’une. Au bout de quelques semaines, il la demande en mariage. Pas d’acte adoulaire ni aucun autre papier. Juste une fatiha lue devant sa mère et ses amies, et le tour est joué. Ihssan accepte ce mariage bizarre. Elle sait que c’est la porte vers une «légalisation» et donc vers la respectabilité et l’aisance. Elle est prête à s’armer de patience, d’autant plus que L’haj Abou Mohammed se montre convaincant en arguments sonnants et trébuchants.

Alors, quand le jeune homme d’origine moyen-orientale se fait pressant, cela l’agace dans un premier temps, puis elle décide de lui parler. En fin de compte, cela lui évitera de prendre un taxi. Encouragé par le sourire de Ihssan, le jeune homme se montre plus entreprenant. Il lui paie ses achats et lui propose de la raccompagner. La belle brune se laisse faire. L’homme est galant et très respectueux. Ils conviennent de se revoir le lendemain pour prendre un café dans l’Agdal. Ils s’échangent leurs numéros de téléphone et se donnent rendez-vous pour le lendemain.

Aventure

Le mercredi en début d’après-midi, le téléphone portable d’Ihssan retentit. Le jeune homme d’hier revient à la charge. Il lui fixe rendez-vous devant une cafétéria réputée de la capitale. Il arrive dans une berline allemande aux vitres teintées. Le chauffeur est cravaté et le jeune homme se tient derrière. Il demande à Ihssan de monter avec lui pour aller se joindre à quelques amis émiratis qui prennent un verre dans une villa de Hay Ryad. Ihssan hésite un moment. Elle n’a pas envie d’une aventure. Elle veut juste s’éclater un peu et peut-être sentir qu’elle séduit toujours… sentiment très féminin et qui parfois n’engage à rien. Elle monte dans la voiture qui se dirige vers le quartier Hay Ryad. Le jeune homme se veut rassurant… Aucun geste malintentionné, aucun empressement… Poli, mesuré, il se contente de murmurer des mots gentils et anodins. En arrivant devant la cour de cassation, le chauffeur insiste pour que Ihssan se baisse en sorte qu’elle ne soit pas visible de l’extérieur. Devant les protestations de la jeune dame, le chauffeur invoque les policiers en faction devant le tribunal. Au fait, Ihssan le comprendra après coup, cela n’est qu’un stratagème pour qu’elle ne se rappelle pas de l’itinéraire vers la villa dont elle sera l’invitée «forcée» pendant une bonne partie de la nuit et de la matinée.

Le luxe trompeur

La berline allemande franchit rapidement le lourd portail en fer. Ihssan est prise d’un malaise quand elle aperçoit dans le jardin de la villa des gaillards costauds tenant en laisse d’énormes chiens. Leurs mines patibulaires n’auguraient rien de bon. Elle se retourne vers son supposé hôte qui avait le regard absent. Elle descend de la voiture et pénètre à reculons dans l’enceinte de la villa. Et là, le spectacle est terrible : une quarantaine de jeunes filles à peine habillées sont en proie à une vingtaine d’hommes originaires des pays du Golfe, dont la plupart sont d’un certain âge. A peine esquissait-elle un pas de repli qu’une main ferme lui arrache violemment son sac, le fouille et lui demande de se délester de son téléphone portable. Ihssan se débat et crie… Une gifle claque sur sa joue… Ses larmes fusent… La gorge nouée, elle cherche désespérément son hôte des yeux… Le jeune homme détourne son regard et la laisse en proie aux «gardes du corps» imposants. On lui fait comprendre qu’il faut être gentille et surtout docile. Une femme, plus tenancière que femme de ménage, la prend de côté et lui assène sur un ton menaçant : «Ferme ta gueule ******* et enlève tes chaussures à talons. A côté, c’est la maison d’une des ministres. Il ne faut pas faire de grabuge». Ihssan la supplie de lui rendre son téléphone portable. Pas question. Les filles pourraient téléphoner ou bien filmer des scènes insoutenables.

Quand Ihssan se calme et s’assoit dans un coin, elle reprend ses esprits. Elle commence à scruter les lieux. Les filles éparpillées dans les salons se maquillent et s’habillent. Les hommes en fouqiya s’amusent hilares. Ils palpent le corps des jeunes filles qui s’y prêtent. Ihssan qui voulait juste boire un café avec son hôte se sent piégée. Elle tente encore une fois de partir… Elle hausse le ton et insulte le jeune homme émirati qui l’a conviée. Une des filles, apparemment habituée de la villa, se rapproche d’elle et lui demande de se taire : «la dernière fois, une des filles voulait partir avant la fin de la soirée, les gardiens l’ont prise dans une chambre et l’ont rossée de coups», lui raconte-t-elle. Ihssan comprend qu’elle est kidnappée…Une zone de non droit, non loin des principales administrations et des maisons des grands responsables du pays. Elle ne peut rien faire et le sentiment de hogra la fait pleurer.

Vers le coup de 22 heures, une dame âgée mais distinguée arrive à la villa. Les filles semblent toutes la connaître. Les gardiens la respectent. Elle donne des ordres et embarque une dizaine de filles pour une autre soirée. Madame A, c’est comme ça que les filles et les gardiens l’appellent, est une sorte de madame Claude à la sauce marocaine. Quand elle s’en va, on ordonne aux filles de descendre à la «boîte de nuit». L’énorme cave de la villa est aménagée en gigantesque dancing. Tout y est. Mûrs insonorisés, jeux de lumières et DJ. Un grand bar sert gracieusement tous types d'alcool. Les filles boivent pour se mettre dans l’ambiance et les hommes avalent verre sur verre pour pouvoir consommer «la chair fraîche marocaine».

Oggy
28/05/2009, 23h25
Au petit matin, les hommes choisissent celles des filles qui les accompagneront dans les chambres pour l’acte final. C’est le grand souk et la «chairmarocaine» attend preneur. L’humiliation est suprême. Les refoulées, dont Ihssan, se contenteront d’une ikramiya de 500 dirhams et dormiront seules dans les salons. Elles devront donner au chauffeur 100 dirhams pour les raccompagner vers l’air libre. Celles qui ont eu le «privilège» d’être consommées auront 1000 dirhams amputés de 100 dirhams pour la bonne et 200 pour le chauffeur-entremetteur.

En quittant la villa, la tête baissée, le lendemain à midi, Ihssan vient de quitter un lieu où règnent le non droit, la débauche et la force brutale. Elle n’osait pas imaginer qu’à quelques mètres de là, le Maroc des droits de l’homme, de la sécurité et des institutions efficientes puisse exister.



Chair à B*****

Les jours de trois Marocaines sont comptés dans une prison de Téhéran où elles ont été condamnées à mort. L’information est parue dans la presse il y a tout juste une semaine mais ne semble susciter aucun remou. Une erreur de parcours tout au plus… Ce n’est pas en Iran qu’elles auraient dû finir mais à Dubaï. Elles font partie de ces jeunes «artistes» et «employées d’hôtel» reconverties en professionnelles du sexe. Un topo clair comme de l’eau de roche et qui finit très souvent en queue de poisson. Toutes ces filles disposent de garants ou passeurs qui les prennent paraît-il en charge une fois sur place, s’occupent de leurs papiers et leurs trouvent des clients fortunés. Les trois jeunes filles ont ainsi atterri sur l’île de Kich (une île iranienne) le temps pour leur garant de renouveler leurs visas. Manque de pot comme on dit, c’est avec la police qu’elles avaient rendez-vous. Ayant déjà eu affaire aux forces de l’ordre pour prostitution, elles ont écopécette fois ci de la peine capitale (la loi est formelle pour les récidivistes) et devront être pendues dans quelques jours. Des officiels marocains ont été dépêchés sur place afin de négocier leur libération, seulement vu le contexte diplomatique actuel, prêcher dans le désert serait peut-être plus fructueux ! Séduites par le faste et l’argent facile, de plus en plus de jeunes marocaines s’embarquent pour les Emirats afin d’y exercer le plus vieux métier du monde… En tant que musulmanes elles seraient paraît-il beaucoup plus prisées que les Asiatiques et autres Slaves. Les sanctions édictées par la législation schizo-émirienne ne les dissuadent hélas pas plus que cela. Difficile de suivre leurs traces car une fois à bon port nos artistes ne se précipitent pas vraiment sur leurs services consulaires. Discrétion oblige !

Quitte ou double

A 27 ans, Merième a échappé au pire. Lorsqu’une de ses amies lui présenta en décembre dernier le chargé de recrutement d’un centre de remise en forme situé aux Emirats, cette jeune monitrice de sport pensait être tombée sur un plan clean et très bien rémunéré. Vite fait bien fait, elle se voit proposer un contrat en béton pour donner des cours d’aérobic et de danse dans le centre en question. «Il m’avait proposé un salaire net de 10000Dh et la prise en charge de tous mes besoins une fois sur place, le calcul est vite fait. Pas de loyer, ni de nourriture à payer, j’allais pouvoir réaliser des économies et aider ma famille avec tout cet argent. Ce qui acheva de me décider c’est que mes frais de voyage allaient également être pris en charge. Tout était a priori réglo». Lorsqu’elle arriva sur place, tout semblait normal hormis le fait que son employeur lui retira son passeport prétextant des formalités administratives. «J’ai obtempéré. Lorsque j’ai voulu le récupéré une semaine après, on m’a répondu que ce n’était pas possible pour le moment. J’ai passé mes premières journées à donner quelques cours de fitness et de danse orientale, le soir je rentrais dans un appartement que je partageais avec 7 autres Marocaines, des monitrices que je ne voyais pas beaucoup dans la salle... Un jour j’ai été demandée par la femme du propriétaire. Celle-ci avait entendu dire que mes cours de danse orientale étaient très appréciés des clientes et voulait que je lui fasse une démonstration. Je me suis exécutée de bon cœur à la suite de quoi elle me proposa de venir animer à plein temps les soirées privées qu’elle organisait fréquemment. Elle en parlait comme d’une banalité, des fêtes pour ses amis tout au plus… Je n’étais pas du tout convaincue, elle m’invita donc à passer chez elle vers 23 h ce soir là pour mieux comprendre le sens de son offre et la chance qu’elle me donnait de gagner cette fois l’équivalent de 30000 DH par mois. J’arrivais donc comme convenu chez mes employeurs, un peu angoissée mais n’ayant pas vraiment le choix. Ce que j’y vis n’avait rien à voir avec une fête entre amis, loin de là… Je reconnus certaines de mes collocatrices dansant sur des tables vêtues de tenues osées, d’autres étaient en train de réaliser des strip teases. Pour l’heure je ne devais rien faire hormis regarder et apprendre. J’ai vu des choses obscènes se dérouler sous mes yeux. Je n’étais pas préparée à ça. Bien sûr je me doutais bien que ces soirées privées n’étaient pas des concours de poésie, mais tout de même pas à ce point là. Je commençais à comprendre pourquoi mes collègues travaillaient si peu dans la journée. Je ne voulais absolument pas tremper dans cette sauce, pour moi ce serait juste mes séances d’aérobic à 10000 DH le mois avec une conscience tranquille. Quand j’ai expliqué la chose à l’épouse du patron, j’ai senti qu’elle était mécontente mais n’a rien laissé transparaître. Seulement, à partir de là, tout le monde s’est donné le mot pour me rendre la vie difficile. Mes affaires disparaissaient, mes supérieurs me parlaient de plus en plus mal, les filles avec qui je vivais me cherchaient sans arrêt des problèmes. Pour qui je me prenais pour refuser de faire comme tout le monde ? Je commençais à prêter plus attention à leur mode de vie, j’avais quelques soupçons au début, qui se sont avérés par la suite. Bon nombre d’entre elles se droguaient, un vice qui leur avait été inculqué par celui qui m’avait emmenée ici. Complètement dépendantes, elles se prêtaient plus facilement au jeu, surtout si cela pouvait leur garantir quelques doses supplémentaires. Les prestations ne se limitaient pas à danser, chacune d’elles avait des clients réguliers (les invités et amis des propriétaires) chez qui elles devaient se rendre en dehors des soirées. Je voulais quitter Dubaï, mais j’étais liée par un contrat et toute brèche dans l’engagement m’exposait à des poursuites judiciaires. J’étais à mon premier mois et mes employeurs avaient commencé à me mettre la pression. Mes parents ne savaient rien de ce qui se passait. Je n’osais pas aller vers les autorités. Comme je n’avais aucune preuve, c’était ma parole contre celles des patrons qui, eux, en revanche disposaient d’un contrat en bonne et due forme. Ils pouvaient raconter ce qu’ils voulaient sur moi à la police... J’ai fini par mettre ma sœur dans la confidence, elle seule pouvait m’aider à sortir de là. Pour rompre mon contrat il fallait une raison valable. Je résolus de me faire passer pour malade au moyen d’un certificat médical portant une ancienne date et signé d’un praticien marocain. Ma sœur essaya auprès de plusieurs médecins de Rabat, mais en vain. Dès quel leur soumettait le cas, ils se rétractaient craignant l’embrouille. Elle a tout de même fini par dénicher la perle rare et m’envoyer le fameux papier. Je l’ai présenté au manager. Ils devaient bien se résoudre à me laisser partir puisque la lettre attestait que j’étais épileptique et que je risquais de convulser à n’importe qu’elle moment. Personne n’y croyait mais me demander une contre expertise était trop risqué pour eux. On m’a rendu mon passeport et j’ai pu payer le billet de retour avec mon salaire. Jusqu’à cette minute mes parents ne savent pas pourquoi je suis revenue aussi vite. J’ai prétexté le mal du pays et ils ont marché. A aucun moment je n’ai pensé que travailler là-bas aurait pu m’entraîner dans les bas-fonds de la prostitution, certaines ont moins de chance, d’autres encore savent très bien ce qu’elles vont chercher aux Emirats et reviennent tout sourire chez elles, en faisant miroiter monts et merveilles. C’est tout un monde, mais c’est surtout le commencement de l’enfer». Aujourd’hui Merième exerce dans une petite salle à Rabat. Elle essaie de se reconstruire et garde ses souvenirs pour elle. «Les gens seraient pressés de se faire des idées à mon sujet, alors que Dieu seul sait que j’y suis allée de bonne foi». Que penser réellement… ?

Cookies