PDA

Voir la version complète : Une fédération des associations noires de France


Sioux foughali
27/11/2005, 20h46
Une fédération des associations noires créée en France

PARIS (Reuters) - Une fédération des associations noires de France a été créée pour "dire le besoin de reconnaissance et de mémoire" et lutter contre les discriminations "ethno-raciales".

"Le débat n'est pas aujourd'hui sur le communautarisme", a expliqué Stéphane Pocrain, ancien porte-parole des Verts, en marge du rassemblement organisé à l'Assemblée nationale.

Ce débat communautariste, ravivé par la récente flambée de violences dans les banlieues, est d'une certaine manière "orchestré pour masquer les vrais enjeux de la société française", a-t-il estimé.

"Les vrais enjeux, c'est comment trouver davantage de cohésion sociale en réintégrant dans le récit national et dans la communauté nationale des gens qui aujourd'hui en sont exclus de manière permanente parce qu'ils ont la peau noire."

La fédération, qui regroupe une soixantaine d'associations et a décidé de s'appeler le Cran (Conseil représentatif des associations noires), a notamment pour objectif d'"interpeller les pouvoirs publics, les corps constitués, les partis politiques, les syndicats".

"On va discuter avec le Medef sur la question de la diversité dans l'entreprise", a indiqué Stéphane Pocrain.

Le Cran s'est donné pour président Patrick Lozès, à la tête du Cercle d'action pour la promotion de la diversité en France (Capdiv).

"Avant que les banlieues ne brûlent encore", a déclaré Patrick Lozès, par ailleurs membre de l'UDF, "il faut un bilan des discriminations ethno-raciales" en France.

La fédération, a-t-il ajouté, organisera un congrès sur ce thème au printemps.

Le chanteur Manu Dibango, l'ex-footballeur Basile Boli et l'ancien président de SOS Racisme Fodé Sylla participent notamment au Cran, avec le soutien de la députée de Guyane Christiane Taubira.

Par ailleurs, après les violences dans les banlieues, une cinquantaine de personnes ont accroché des "voeux" et des "messages" à la République sur un fil suspendu autour de la statue la personnifiant, sur la place du même nom, à Paris.

A l'initiative de SOS-Racisme, les manifestants ont souhaité une "République métissée" ou encore "un logement pour tous" sur quelque 1.500 feuilles de papier glissées dans des pochettes plastifiées.

safyo
28/11/2005, 19h55
Le Sioux Salut :)

Merci pour cette info .

Sait tu si il y avait Dieudonné ?

Cookies