PDA

Voir la version complète : Le déficit commercial de l’Algérie avec la Chine a triplé en 5 ans


morjane
01/12/2005, 15h07
Le déficit commercial de l'Algérie avec la Chine a triplé en 5 ans et a atteint 667 millions de dollars en 2004 alors que les exportations vers la Chine ont été de 249 millions de dollars en 2004.

====

La Chine gagne de plus en plus de parts de marché en Algérie. Ce pays s’est, en effet, classé quatrième fournisseur de notre pays au terme de l’année précédente, alors qu’il y a, à peine cinq ans, il était classé à la onzième place.

Ce pays asiatique, que les prévisions des analystes donnent pour la future puissance économique mondiale, détient actuellement 6,2 % des parts du marché algérien, en talonnant de très près notre partenaire traditionnel que sont les Etats-Unis et dont la part de marché atteint 6,9 %.

La mission économique de l’ambassade de France à Alger, qui a dévoilé ces chiffres dans la dernière édition de sa revue Lumières d’Algérie, relève toutefois que le déficit commercial algérien avec la Chine a plus que triplé en cinq ans, pour atteindre 667 millions de dollars en 2004.

Il convient de noter, dans ce contexte, que les exportations algériennes vers la Chine, constituées quasiment à 100 % d’huiles brutes de pétrole ou de minéraux bitumineux, ainsi que de gasoils, ont été multipliées par 25 depuis 2000, mais n’ont atteint que 249 millions de dollars en 2004.

Cependant, selon le constat de la même source, la tendance a été un peu renversée au cours des 9 premiers mois de 2005, période durant laquelle les exportations algériennes vers la Chine ont atteint 917 millions de dollars, faisant de ce pays le 9e client de l’Algérie en moins d’un an.

Au cours de cette même période, les importations algériennes en provenance de la Chine se sont chiffrées à 977 millions de dollars, dépassant ainsi le total des importations algériennes en provenance de Chine en 2004, soit 916 millions de dollars.

L’évolution des importations algériennes de Chine entre 2000 et 2004, par grandes catégories de produits, fait apparaître, en termes de croissance, que les produits destinés à l’alimentation ont doublé, les biens de consommation ont été multipliés par 3, les demi-produits et les biens d’équipement industriel par 5, les biens d’équipement agricole par 12, les produits bruts par 17.

D’une façon globale, ces importations ont quadruplé en cinq ans. La même source cite, parmi les 25 premiers produits importés, en 2004, de Chine par l’Algérie et qui sont dominés par les produits industriels, les appareils électroniques, qui occupent le premier rang (appareils de télécommunication, récepteurs de télévision, appareils d’émission…) et qui portent globalement sur 153 millions de dollars.

Viennent ensuite les véhicules automobiles, essentiellement pour le transport de marchandises, avec 64 millions de dollars, dont 11 millions de dollars pour les voitures de tourisme. Isolément, les unités informatiques d’«entrée ou de sortie pouvant comporter des unités de mémoire» sont, quant à elles, au 4e poste d’importation avec 26 millions de dollars.

Les engins flottants, à l’exclusion des radeaux gonflables, viennent en 5e position (24 millions de dollars). Les achats de tuyaux en fonte s’élèvent à 15 millions de dollars, alors que, parmi les biens alimentaires importés de Chine, figurent les haricots communs et les arachides décortiquées, pour le même montant (14 millions de dollars).

Enfin, la vaisselle (9 millions de dollars) et les tissus en nylon et en polyester (8 millions de dollars) se classent respectivement à la 18e et à la 21e place.

Source: Le jeune indépendant

Cookies