PDA

Voir la version complète : Regain d'optimisme des Bourses mondiales


morjane
02/12/2005, 14h47
L'optimisme est de rigueur dans les principales Bourses mondiales car la croissance mondiale a été plus élevé qu’en 2004 et ce malgré la hausse des matières premières, les entreprises ayant répercuté cette hausse sur leurs clients. En Europe, le marché est stable grâce à la vigueur du dollar et du prix à la baisse du baril de pétrole. Quand au Japon, il sort peu à peu de sa déflation et investit en Bourse.

====

Les principales Bourses de la planète sont dans une forme éclatante, se hissant à des sommets jamais atteints depuis plusieurs années grâce à l'optimisme des investisseurs et dans une période de fin d'année généralement favorable aux actions, estiment des spécialistes.

A Wall Street, le Nasdaq et le Standard and Poor's 500 évoluent depuis près de 15 jours à leurs niveaux de juin 2001. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé vendredi à son plus haut niveau depuis plus de cinq ans, tandis que le CAC 40 français et le DAX allemand ont marqué vendredi matin de nouveaux sommets depuis le printemps 2002.

Principale cause de cette hausse générale, "les résultats des entreprises en Europe et sur d'autres Bourses sont d'excellente facture", portés par la bonne marche de l'économie mondiale, déclare à l'AFP Pierre-Yves Gauthier, de la maison de courtage Oddo.

"La croissance mondiale a atteint un haut niveau en 2005 après une très bonne année 2004. Cette croissance mondiale s'est faite avec des coûts de matières première élevés en raison d'une forte demande, mais certaines sociétés comme les sidérurgistes ont réussi à répercuter la hausse des matières premières sur leurs clients", ce qui a soutenu leurs cours de Bourse, ajoute-t-il.

En Europe, même si la reprise reste fragile, "les marchés profitent du nouvel accès de vigueur du dollar, de la baisse du baril de pétrole depuis plusieurs semaines et de données sur la santé de l'économie qui sont beaucoup plus positives en cette fin d'année", résume Philippe Haniez, responsable des ventes actions de la Deutsche Bank à Paris.

Au Japon, les indicateurs montrent que l'Archipel sort peu à peu de la déflation, poussant de très nombreux particuliers à investir en Bourse, ce qui a contribué à la progression de 35% de l'indice Nikkei depuis le 1er janvier.

De plus, le mois de décembre est généralement porteur pour les marchés, et donne lieu en général à un +rally+, une hausse générale des Bourses, grâce notamment à des facteurs techniques.

"Certains fonds d'actions sont obligés statutairement d'investir leurs liquidités restantes avant le 31 décembre, et cela les conduit à procéder à des achats de titres", ce que les professionnels appellent +window-dressing+ ou habillage de portefeuille, explique M. Haniez.

Autres facteurs positifs, "le prix des actions par rapport aux bénéfices des sociétés (un critère clé pour investir en Bourse, ndlr) reste bas, et les conditions de financement des entreprises sont excellentes, grâce à des taux d'intérêt faibles: des fondamentaux excellents plus de l'argent pas cher expliquent la forte hausse des indices, et ces thèmes-là n'ont pas l'air de devoir s'arrêter l'an prochain", souligne M. Gauthier.

Les marchés ont également bénéficié depuis le début de l'année d'une hausse des activités de fusions-acquisitions et des introductions en Bourse.

Cependant, rappellent les spécialistes des marchés, malgré le rattrapage des dernières années, la plupart des indices boursiers restent encore loin de leurs records absolus d'avant l'éclatement de la bulle Internet qui remonte au printemps 2000.

Un regain d'optimisme porte les Bourses mondiales à de nouveaux sommets (http://www.lefigaro.fr/perm/afp_depeches/eco/051202122853.geccuz1l.html)

Cookies