PDA

Voir la version complète : L'Algérie est un des rares pays à avoir atteint les objectifs fixés par le Pnud


Page : [1] 2 3 4

ameur
15/06/2009, 11h49
Rapport national de développement humain 2007-2008

Le Conseil national économique et social (Cnes), qui a décidé la publication de son rapport national sur le développement humain RNDH 2007-2008, a choisi comme première étape l'université d'Oran, a indiqué hier son président, Mohamed Seghir Babes, au cours d'un point de presse organisé en marge des travaux de la journée de présentation, marquée par la présence d'un grand nombre d'étudiants et d'enseignants spécialistes.

Dans son intervention Mme Ayshani Medagangoda, la représentante du Programme de développement des Nations unies (Pnud), a indiqué que l'Algérie est engagée dans une voie qui lui permettra de réaliser les objectifs du millénaire en matière de développement humain. Poursuivant son intervention, elle révélera que l'Algérie a relevé, à travers le RNDH 2008-2008, trois défis que sont la désagrégation de l'indice de développement, le délai et la mise à jour des données.

«L'Algérie connaît une intense croissance économique et sociale qui lui permettra de réaliser les objectifs du millénaire définis par le Pnud», a-t-elle affirmé. L'Algérie est classée parmi les pays qui ont souscrit à cette démarche du Programme de développement des Nations unies. Mieux encore, ses indices de croissance constituent pour bon nombre d'observateurs des références qui pourraient servir de dynamiques et de programmes de développement pour plusieurs pays, fera remarquer un enseignant présent à cette rencontre.

Expliquant l'initiative de présentation du RNDH 2007-2008, Mohamed Seghir Babes a fait remarquer qu'elle constitue une démarche souveraine voulue par le Cnes. Elle se veut une approche analytique et objective des actions des institutions publiques engagées dans le développement humain.L'orateur, dans sa présentation du rapport, expliquera la méthodologie adoptée dans l'élaboration de ce rapport, qui s'appuie sur la désagrégation de l'indice de développement, une première mondiale puisque l'Algérie est un des rares pays à l'avoir adoptée comme source d'analyse.

«Le Cnes ne s'est pas limité à la seule exploration du spectre indiciel tel que défini par le Pnud mais analyse toutes les approches pour rendre compte du développement humain», a-t-il affirmé. Le RNDH 2007-2008, qui a été élaboré en temps réel, est une première à l'échelle des pays à développement humain moyen.

Il constitue le fruit d'une participation active de l'ensemble des secteurs impliqués dans la conduite des politiques et programmes de développement humain, des segments de la société civile traditionnellement engagés dans le travail de proximité et des institutions productrices de statistiques et de données. Après Oran, le Cnes compte organiser des rencontres similaires dans d'autres campus universitaires du pays pour présenter le RNDH 2007-2008, note-t-on.

F. Ben

http://www.letempsdz.com/index.php?option=com_content&task=view&id=18062&Itemid=84

alien
15/06/2009, 12h57
«L'Algérie connaît une intense croissance économique et sociale
---- ---------------
avec 3% de croissance économique ?
La crédibilité n'est pas vraiment un soucis pour cette presse !

Oggy
15/06/2009, 15h28
3% sur un pib de 147 milliards c'est comme 5.5% sur 80 milliards

la croissance hors hydrocarbure n'est jamais descendu sous les 6% depuis 10 ans

AMAR0001
16/06/2009, 15h01
qui va croire des mansonges, comme ça, on est revenu au temps de

URSS communistes.
a mourrir de rire, meme la chine ne croit plus au communisme.

Psychos
16/06/2009, 15h08
Vous ne pouvez pas tout simplement dire "bonne continuation" ? C'est quand meme mieux que d'étaler sa jalousie et son ignorance, non ?

AMAR0001
16/06/2009, 15h10
Pourquoi couvri le soleil avec un tamis?

Psychos
16/06/2009, 15h12
T'es qui pour savoir que ces chiffes sont faux ? Tu as des PREUVES peut être ? Donne du credit à tes propos.

AMAR0001
16/06/2009, 15h40
des preuves? c est simple va voir comment vivent les algeriens de la basse classe car la classe moyenne n existe plus.

Psychos
16/06/2009, 17h18
Oui donc en gros tu parles, mais sans savoir.

AMAR0001
09/08/2009, 18h43
je m étais pas trompé, le temps m a donné raison la preuve l etat ou le psedo etat algerie elue par personne, a annulé le credit a la cosomation, ce qui demontre que l Algerie n est pas en tran de se devellopper mais d aller a la faillite, un pays qui ne produit rien et importe tout.
C est bien triste car j aime profondément mon pays et mes freres et soeurs algeriens(es).
amar

Alryib3
09/08/2009, 21h36
le psedo etat algerie elue par personne, a annulé le credit a la cosomation, ce qui demontre que l Algerie n est pas en tran de se devellopper mais d aller a la faillite, un pays qui ne produit rien et importe tout.

Tu te contredit dans la meme phrase. L'etat a annule les credits qui financaient a 90% l'achat de biens importes. Comment alors tu conclus que l'etat encourage la faillite des Algeriens et les importations? :rolleyes:

mkh
10/08/2009, 16h43
EN tout cas je suis ravi que les crédits à la consommation soient interdits! EN Tunisie et au Maroc on arrive à des situations dramatiques à cause de cela!

ayoub7
10/08/2009, 17h26
"L'Algérie est un des rares pays qui ne communique pas les vrais chiffres inhérents à sa réalité socio-économique."

Karim28
10/08/2009, 17h48
"L'Algérie est un des rares pays qui ne communique pas les vrais chiffres inhérents à sa réalité socio-économique."

N'essaye pas de te convaicre....

L'indice de developpement humain est calcule a partir de 3 criteres: la longevite de vie (sante), le niveau d'education et le niveau de vie (PIB par habitant).

Pour ce qui est de l'indice PIB par habitant, on ne peut pas mentir sur le PIB (celui-ci est verifiable de plusieurs manieres, par les intrants, par la production, par la consommation, par les revenus).

Pour la longevite et le niveau d'education, les chiffres communiques sont verifies et retravailles par le PNUD et ses bureaux regionaux a travers des enquetes et d'autres moyens statistiques.

Alors encore une fois n'essaye pas de te convaincre....

D'ailleurs le fait que l'on ne peut pas mentir fait demander a certains d'etre note sur la......."Dynamique" lol

ayoub7
10/08/2009, 18h46
D'ailleurs le fait que l'on ne peut pas mentir fait demander a certains d'etre note sur la......."Dynamique" lol

Aaameeen, entre temps, essayez d'augmenter votre SMIC pour atteindre les pays de la region (revenu)... Et cote longevite, il faut commencer par assurer la securite de cette longevite, ensuite s'assurer que les temoignages qu'on a lu d'algeriens sur leurs hopitaux ne se fassent plus (santé).

Pour la consommation, il faut aussi eviter de couper au citoyen les moyens de booster cette dite-consommation. c'est pas tres fute-fute de tout faire pour que le citoyen consomme moins et esperer augmenter dans les classements...

Pour la production : est-ce une blague? Faut-il vraiment que je commente la dessus?

Karim28
10/08/2009, 19h03
Pour la production : est-ce une blague? Faut-il vraiment que je commente la dessus?

Oui oui stp commente et dans tous les domaines, de la production de medicaments a celle des materiaux de constructions...

Encore une fois et j'espere la derniere, l'algerie a un PIB hors hydrocarbure d'environ 100milliards de $.

ayoub7
10/08/2009, 19h18
Oui oui stp commente et dans tous les domaines, de la production de medicaments a celle des materiaux de constructions...

Nan je laisserais notre ami algerien le faire a ma place... C'est plus simple...

La maladie algérienne

Vendredi, Bouteflika va faire semblant d'être candidat à une élection démocratique à laquelle les algériens feront semblant de participer et il sera élu pour un troisième mandat. Il en va ainsi depuis 47 ans en Algérie, demi siècle au cours duquel le pays a été dirigé très exactement par le même groupe d'hommes, comme dans une forme collective de dictature à la cubaine. Demi siècle marqué par une guerre civile qui a fait 150 000 morts, mais également par un échec économique d'une ampleur vertigineuse au regard des richesses naturelles du pays. Échec économique tel qu'il mériterait de porter le nom de "maladie algérienne".

Les économistes parlent de maladie hollandaise pour décrire une forme possible de malédiction des matières premières : un pays qui se met à exploiter une ressource naturelle voit sa richesse non pas augmenter mais diminuer en raison de la désindustrialisation que provoque cette exploitation. Dans le cas, historique, des Pays-Bas, la cause en était l'augmentation du taux de change réel de la monnaie, provoquée par les exportations de gaz, qui avait fortement atteint la compétitivité prix de l'industrie manufacturière.

L'Algérie est atteinte d'une forme extrême de cette maladie. Ici, le taux de change ne joue aucun rôle (il s'est même déprécié depuis 10 ans) : s'y substitue un mécanisme de double rente, qu'engendre la détention par l'Algérie de ressources en hydrocarbures qui font d'elle le 4ème exportateur mondial de gaz.

En apparence le bilan des 10 années au pouvoir de Bouteflika est remarquable, avec un taux de croissance du PIB de plus de 7% en tendance sur la période.
Dans le même temps, le taux de chômage est passé de 30% de la population à 12%, la dette externe a été ramenée à moins de 4% du PIB, et de très importantes réserves de change ont été accumulées.

Mais cette décennie miraculeuse n'est, pour l'essentiel, liée qu'à une seule cause : la flambée des cours des hydro-carbures. Rien n'a fondamentalement changé : les cycles de l'économie algérienne sont, depuis l'indépendance, le reflet des cycles du cours des hydro-carbures.
Le pays connait ainsi une forte croissance aux début des années 1980 à la suite du second choc pétrolier, puis une stagnation à partir de 1985, en raison du contre choc. La croissance ne repart fortement qu'à partir de 1998, tout comme le cours du gaz. Depuis 30 ans, le taux de croissance tendanciel est de 5% par an, mais les fluctuations autour du trend sont importantes à la mesure des fluctuations des cours des hydrocarbures. Le Maroc, pays voisin et comparable par la taille et la population, presque dépourvu de ressources naturelles (à part du phosphate), a obtenu un taux de croissance tendanciel supérieur d'un point, avec beaucoup moins de fluctuations autours du trend.

La performance est nettement plus médiocre si on s'intéresse au PIB par habitant, en raison de la très forte croissance démographique.
Le taux de croissance tendanciel n'est plus que de 3%, et les cycles de la croissance apparaissent plus que jamais liés à ceux du cours du pétrole. Le Maroc a, pour cet indicateur, également fait mieux que l'Algérie avec un taux de croissance tendanciel de 4% par an.

Comment expliquer ces évolutions historiques ? Pourquoi l'Algérie fait moins bien que le Maroc, et pourquoi sa croissance est-elle le reflet des cours du pétrole ?

En raison d'une double rente autours de laquelle est structurée son économie, au profit des groupes dirigeants : rente du gaz et rente des importations qu'autorise le gaz.

La nomenklatura du régime, dont l'armée et en particulier la sécurité militaire constitue le cœur, utilise la rente du pétrole comme un moyen de domestication des populations. Depuis l'indépendance, elle s'en approprie une partie substantielle, et utilise le reste pour pratiquer le clientélisme à l'échelle d'une nation, selon une logique économique bien connue. Cette politique de distribution clientéliste de la rente a pris en particulier la forme de la création d'emplois publics sans finalité productive véritable. D'où l'hypertrophie du secteur public algérien, et en particulier de l'administration, où travaille un tiers de la population active.

Cette politique de redistribution a été complétée par une mise sous contrôle d'une grande partie de l'économie algérienne sous la forme de monopoles contrôlés par l'État, politique historiquement légitimée par la théorie marxiste du développement par substitution aux importations. Monopole dont le but n'a jamais été la recherche de l'efficacité économique, mais le contrôle des populations à travers l'octroi d'emplois et l'impossibilité de la constitution d'une élite concurrente issue du monde économique.

Le résultat de cette politique est l'absence d'une véritable économie productive. L'économie algérienne produit essentiellement des hydro-carbures, ou plutôt les extrait, les vend au reste du monde et achète avec le produit de cette vente ce qu'elle ne produit pas ou plus. Ainsi les hydrocarbures représentent près de 50% du PIB et la quasi totalité des exportations (96%), tandis que la production industrielle hors hydrocarbure est presque inexistante (5% du PIB). Par comparaison, près de 20% du PIB du Maroc provient de l'industrie manufacturière, qui ne cesse de se développer. La maladie hollandaise s'aggrave avec le temps : les hydrocarbures représentaient 30 % du PIB et l'industrie 11% à la fin des années 80. Par ailleurs, même si les cours du pétrole sont au plus haut, le taux de couverture des importations n'a pas cessé de baisser dans les années 2000, tandis que les importations augmentaient de 200%. Tout se passe comme si la flambée des cours du pétrole avait provoqué une accélération de la maladie hollandaise, poussant encore plus l'économie algérienne à ne rien produire, pour acheter à l'étranger.

Cette très forte hausse des importations a été en particulier marquée par un boom des importations de voiture. L'Algérie a aujourd'hui le premier parc automobile du Maghreb, sans qu'aucune voiture n'y soit fabriquée. Pierre Barrot ajoute même que Renault qui voulait implanter une usine dans la région après avoir envisagé l'Algérie a choisi le Maroc (Tanger).

On touche là à la deuxième rente, qui aggrave la première et rend difficile toute évolution véritable vers une économie productive : la rente des importations. Le secteur des importations est en effet la deuxième grande source de profit en Algérie, lorsque l'on fait partie des élites dirigeantes. Pour un membre de ces élites, deux grands flux monétaires sont en effet appropriables : ceux que génère la vente du gaz, ceux que génère l'achat à l'étranger de ce qui n'est pas produit sur place. Le second flux est, comme on l'a vu, la conséquence du premier. Mais il a ses déterminismes propres : il est à l'origine de tels profits que toutes les importations particulièrement rentables sont monopolisées par un petit nombre de personnes liées au régime. Le trabendo est le résultat de ce monopole. Le lobby des importateurs a tout intérêt à ce que la maladie hollandaise soit la plus forte possible : c'est elle qui fait sa richesse. Il use ainsi de ses moyens d'influence pour décourager le développement d'activité productive locale. C'est cette seconde rente qui forme toute la spécificité de la "maladie algérienne".

On voit ainsi que dans l'économie algérienne les mécanismes de la rente sont indissolublement économiques et politiques : la rente pétrolière fournit au pouvoir le moyen de sa légitimité. Il n'a donc aucun intérêt à sa disparition. La rente des importations est, d'autre part, impossible sans l'appui politique dont dispose le lobby des importateurs. Aucun acteur étatique ou lié à l'élite étatique n'a donc d'incitation à entreprendre les mesures qui pourraient mettre un terme à la maladie algérienne, en élevant la capacité productive de l'économie (investissement dans l'éducation, réforme du secteur bancaire incapable de financer l'économie, etc.)

Les cycles politiques en Algérie sont donc étroitement liés aux cycles économiques, eux mêmes dépendants des cours du pétrole. La stagnation du revenu par tête dans les années 1980 a conduit aux émeutes de 1988. De la même façon, la guerre civile a débuté sous fond de stagnation du revenu par habitant, et sa fin relative coïncide avec la très forte hausse de ce dernier. Il en est ainsi pour une raison simple : la légitimité du régime est directement proportionnée aux fluctuations du revenu national, puisque celui-ci transite pour une large part à travers les mécanismes politiques de redistribution des richesses. Le pouvoir politique a ainsi trouvé dans le boom pétrolier une ressource inespérée pour solder les années de guerre civile et favoriser la politique de réconciliation nationale (pardon des membres de la guérilla islamiste).

Mais le boom pétrolier est désormais fini, au moins temporairement. La répression des populations rétives sous prétexte de lutte contre le terrorisme islamiste n'a plus la même légitimité internationale. Le chemin de Bouteflika risque donc d'être fort étroit pour son troisième mandat : les élites militaires dont il est la façade ne savent en effet faire que deux choses : acheter le peuple à coup de pétro dinars et lui taper dessus si cela ne suffit pas.

Karim28
10/08/2009, 19h37
Je suis cense debattre avec celui qui a ecrit l'article?

Tu veux debattre a coup de copier/coller?
J'ai pas trop compris?

Tu as dis que l'Algerie ne produit rien, je t'ai dis que c'est faux et que si tu veux on peux comparer chiffre a l'appui la valeur ajoutee de chaque secteur...
Tu me fais un copier/coller de 100 lignes...

ayoub7
10/08/2009, 20h56
Je suis cense debattre avec celui qui a ecrit l'article?

Mais non mais non, l'article n'est qu'un element a rajouter au dossier :)

Tu veux debattre a coup de copier/coller?
J'ai pas trop compris?

Si tu as lu, tu as parfaitement compris, tous nos debats ici commencent par un article... ;)

Tu as dis que l'Algerie ne produit rien, je t'ai dis que c'est faux et que si tu veux on peux comparer chiffre a l'appui la valeur ajoutee de chaque secteur...
Tu me fais un copier/coller de 100 lignes...

Je vais t'aider a lire ce qui nous interesse et qui repond directement a l'argumetn que tu fais:

Cette politique de distribution clientéliste de la rente a pris en particulier la forme de la création d'emplois publics sans finalité productive véritable. D'où l'hypertrophie du secteur public algérien, et en particulier de l'administration, où travaille un tiers de la population active.

Le résultat de cette politique est l'absence d'une véritable économie productive. L'économie algérienne produit essentiellement des hydro-carbures, ou plutôt les extrait, les vend au reste du monde et achète avec le produit de cette vente ce qu'elle ne produit pas ou plus. Ainsi les hydrocarbures représentent près de 50% du PIB et la quasi totalité des exportations (96%), tandis que la production industrielle hors hydrocarbure est presque inexistante (5% du PIB). Par comparaison, près de 20% du PIB du Maroc provient de l'industrie manufacturière, qui ne cesse de se développer.

jawzia
11/08/2009, 00h19
Quelques tableaux des plus intéressants : http://www.dz.undp.org/evenements/IDH2009-oran.html

ayoub7
11/08/2009, 00h20
La Turquie et l’Iran ont des niveaux de PIB par tête supérieurs à l’Algérie, mais leur IDH est très proche. Ceci s’explique par une vie plus courte et un taux brut de scolarisation plus faible en Turquie. L’espérance de vie réduite en Afrique du Sud explique aussi son IDH plus faible malgré un PIB par habitant nettement plus élevé.

hum! Algerie, Turquie et Afrique du Sud : L'Algerie selon les 4 criteres est plus developpee que les 2 autres pays. Voila la valeur a donner a ces indicateurs... No comment.

jawzia
11/08/2009, 01h26
http://www.mdgmonitor.org/country_progress.cfm?c=DZA&cd=12


Gift : http://www.mdgmonitor.org/country_progress.cfm?c=MAR&cd=

ayoub7
11/08/2009, 01h42
http://www.mdgmonitor.org/country_pr...fm?c=DZA&cd=12


Gift : http://www.mdgmonitor.org/country_pr....cfm?c=MAR&cd=

exactement ce que je dis. Comment peut on affirmer avec credibilite que l'"Indice de developpement humain" du Maroc ou de l'Algerie est de tel ou tel quand les donnees sur la pauvereté par exemple sont : "insufficient"... Quelle debandade.

Ce que je trouve tres rigolo, c'est que la Turquie est notee "Off Track" dans l'egalite hommes et femmes, alors que l'Algerie est "Very likely to achieve goals"... Vraiment? :)

Pas serieux tout ca cher ami. La moindre des choses pour comparer est de pouvoir inclure tous les domaines. Bien entendu si le PNUD n'inclut pas les donnees de lutte contre la pauvrete...

mkh
11/08/2009, 11h21
Encore une fois je ne suis pas nationaliste et je suis loin de cautionner le pouvoir en place! Mais est-ce sérieux de comparer le Maroc et l'Algérie en terme de niveau de vie? Le Maroc a un indice de développment humain de pays d'Afrique subsahariene, l'immigration marocaine en occident a depuis longtemps dépassé l'immigration algérienne. A ma connaissance on n'a pas encore vu de villages entiers d'algériens envoyer leurs femmes faire les champ des mangeurs de chorizo.... En France dans les coins les plus reculés vous trouvez de l'immigration agricole marocaine fraichement arrivée.

Vous savez qu'il n'y a pas photo entre l'Algérie et le Maroc, cessez donc cette fierté mal placée surtout que les deux pays sont dans un m*erde pas possible. J'ai l'impression d'assiter à un concours de mocheté!

jawzia
11/08/2009, 22h00
Comment peut on affirmer avec credibilite que l'"Indice de developpement humain" du Maroc ou de l'Algerie est de tel ou tel
Selon des règles de calculs allant du simple au complexe et applicables sur des données de l'année précédant (le calcul). Les résultats sont connus et admis par tous (enfin tous sauf un).
quand les donnees sur la pauvereté par exemple sont : "insufficient"... Quelle debandade.
"Insufficient" pour de décider de la probabilité (pour un pays donné) qu'il atteigne tel ou tel objectif (parmi les dix énoncés par l'ONU) à l'horizon .... 2015.

jawzia
11/08/2009, 23h35
exactement ce que je dis.
Raté, pour cette fois (encore) !!!

ayoub7
12/08/2009, 00h03
Raté, pour cette fois (encore) !!!

Du tout du tout, en plein dans le mille plutot, et venant de ta propre source. Difficile a nier.. ;) tout un chacun peut cliquer sur les liens que tu as genereusement fourni pour s'en apercevoir. Je n'invente rien... :)

jawzia
12/08/2009, 13h02
Du tout du tout, en plein dans le mille plutot
Mais non.

C'est juste que tu confonds (pour rester soft) entre :

la détermination de l'IDH "mesurant" le développement humain


La "décidabilité" (au vu des données actuelles) pour un pays d'atteindre un objectif à l'horizon 2015


ça donne ce genre de commentaires alambiqués !!!
Comment peut on affirmer avec credibilite que l'"Indice de developpement humain" du Maroc ou de l'Algerie est de tel ou tel quand les donnees sur la pauvereté par exemple sont : "insufficient"

ayoub7
12/08/2009, 13h20
Je pars de ce que tu nous postes, ni plus ni moins... :mrgreen:

Si on est dans le noir pour la "décidabilité" afin de predire qui des pays arriver a bon port ou pas parce qu'il y a "Insufficient Information" concernant une des valeurs fondamentales (lutte contre la pauvrete), comment cet exercice de peut etre credible?

jawzia
12/08/2009, 13h28
Je pars de ce que tu nous postes, ni plus ni moins...

Que tu as du mal à comprendre. D'où l'effort d'explication que je fais et refais une dernière fois.

L(IDH d'une année N se calcul sur la base de données récoltée l'année N-1 (des fois (N-2). Les choses sont claires sur ce chapitre.


L'atteinte des objectifs fixées par l'ONU à l'horizon 2015, est une projection (au sens mathématique du terme) de données actuelles. Pour certains objectifs, le problème peut être indécidable pour insuffisance d'informations. Ce n'est pourtant pas sorcier !

Cookies