PDA

Voir la version complète : ECONOMIE L’Oriental, futur dragon économique national


ROUMI
23/06/2009, 21h39
Isolée, enclavée, marginalisée par le passé, la région de l’oriental, longtemps considérée comme territoire périphérique et inutile, sombrait dans la morosité. Ses économies, en récession, étaient adossées essentiellement sur la frontière EST et sur des secteurs économiques moribonds et usés datant de l’époque coloniale comme l’exploitation minière, l’économie pastorale, le commerce avec une prédominance informelle et des services sans valeur ajoutée. Ces activités ont été davantage aggravées par la fermeture progressive des mines surtout durant les années 80 et 90 et par des sécheresses dramatiques pendant les 3 dernières décennies. Par ailleurs, la fermeture de la frontière terrestre avec l’Algérie a encore accentué le déficit socio économique qui pesait lourd sur la région.

Mais depuis mars 2003, cette région va sortir de cette longue hibernation grâce au discours fondateur du souverain qui lui a permis d’asseoir de solides assises pour un réel décollage.

Au fait, depuis cette date, d’importants projets structurant la région ont été programmés. Rocade méditerranéenne, autoroute Fès-Oujda, les doubles voies Ahfir-Saidia et Nador-Oujda, Les routes rurales réalisées dans le cadre des programmes RR1 et 2 et la nouvelle ligne ferroviaire Taourirt-Nador ont permis de désenclaver progressivement les grandes villes, les centres urbains et même plusieurs communes rurales de la région. Dans ce vaste programme d’infrastructures de communication figurent aussi l’aménagement de l’aéroport Aroui dans la province de Nador, le nouvel aéroport d’Oujda-Angad et l’aérodrome de Bouarfa dans la province de Figuig. De fait, la région de l’oriental est en train de se connecter à son environnement national et international aux meilleures normes de vitesse, de fréquence et de compétitivité. Par ailleurs, les pouvoirs publics ont réussi à décliner, conformément aux hautes orientations royales, les stratégies nationales de développement à l’échelle régionale. En effet, la traduction des plans Vision Azur 2010, Emergence 2013, Rawaj 2020 et Maroc Vert, est en phase de se réaliser en action concrète. En témoignent la méga station balnéaire de Saidia, les 3 projets prioritaires inscrits dans le cadre du Pôle de Développement Industriel de la Région de l’Oriental- PDIRO- lancés par le souverain ; en l’occurrence le parc industriel de Selouane dans la province de Nador, le par agroalimentaire à Madagh dans la province de Berkane et la Technopole Oujda Angad. Le coût global de ces projets est estimé, selon le Centre Régional d’Investissement, à 7300 millions de dirhams et les investissements attendus sont estimés à 28,7 milliards de dirhams pour générer 42000 emplois.

La filière commerciale, elle aussi, se restructure et s’améliore avec l’implantation des hypermarchés Marjane à Oujda et Nador, Aswak Salam, l’entrepôt Métro et Kitéa Géant dans l’attente d’autres importantes enseignes de grandes distribution qui manifestent grandissant pour l’oriental. La région a aussi conçu son Plan Régional Agricole – l’OR. VERT -. Ce plan contribuera à la garantie de la sécurité alimentaire et à l’amélioration des revenus des agriculteurs et s’assigne comme but essentiel la protection et la préservation des ressources et richesses naturelles et surtout l’intégration de l’agriculture régionale aux marchés national et international.

De fait, la région de l’oriental est, désormais dotée d’une stratégie visionnaire, d’une feuille de route construite sur de nouveaux potentiels, de nouveaux moteurs de croissance notamment le tourisme, l’industrie et l’agriculture. Mais, l’innovation et la formation de compétences ne sont pas exclues.

Les programmes de mise à niveau urbaine, en cours de réalisations toutes les provinces de la région et son chef lieu Oujda sont en train de faire des bourgades de l’oriental ; Oujda, Berkane, Nador, Jerada, Saidia, Ain Beni Mathar….. des villes modernes, plus captives, plus attractives pour les touristes et les investisseurs nationaux et étrangers.

En clair, la réalisation de ces projets et la mise en exécution des plans stratégiques de la région sont en train de faire de l’oriental un pôle économique émergent et de réaliser un miracle pour un territoire qui avant 2003 était plongé dans une longue hibernation et sans perspectives d’avenir.

Au fait, tout un chacun peut prendre acte de cette grande initiative royale qui est en train de préparer la région de l’oriental à devenir un dragon économique national pourvu que l’on mobilise tout le potentiel humain de la région à adhérer à ce chef d’œuvre historique.
Mohammed Zethoudi

rachid75
23/06/2009, 21h48
Wach ya el gawri, pour nous narguer ,tu nous met sur ton avatar, la photo de celui qui est derrière la faillite de l'algerie.

transit
23/06/2009, 21h57
citation
cette région va sortir de cette longue hibernation grâce au discours fondateur du souverain


Certains de cette region n'en demande pas tant juste d'etre secouru du dernier tremblement de terre il y a quelques années ,ils attandent encore patienment

ROUMI
23/06/2009, 22h04
Certains de cette region n'en demande pas tant juste d'etre secouru du dernier tremblement de terre il y a quelques années ,ils attandent encore patienment


Transit tu parle sans doute de bourmedes???

transit
23/06/2009, 22h18
ROUMI citation
Transit tu parle sans doute de bourmedes


non tu fait semblant de pas comprendre

clauvis
23/06/2009, 22h45
à boumerdes les gens sont tous logé depuis 2 ans s'est à el hocima ou les pauvres gens vivent encore sous des tentes qu'il pleuve ou qu'il vente ou qu'il neige le roi ne s'en soucis pas

rodmaroc
23/06/2009, 23h45
@transit,clauvis
La ville de el hoceima ne se trouve pas dans la region de l'oriental.Merci de rester dans le sujet.

chicha51
23/06/2009, 23h54
à boumerdes les gens sont tous logé depuis 2 ans s'est à el hocima ou les pauvres gens vivent encore sous des tentes qu'il pleuve ou qu'il vente ou qu'il neige le roi ne s'en soucis pas

clauvis

...............................................

Algérie : Sinistrés du séisme de Boumerdès

Six ans après, un chalet pour logement

jeudi 4 juin 2009.

Malgré toutes les promesses faites par les pouvoirs publics, de nombreux sinistrés du séisme de 2003 à Boumerdès n’ont toujours pas été relogés. Ils vivent entassés dans des petits chalets et dans des conditions infernales.

A quand la fin de leur calvaire ?

Six ans sont passés et des centaines de familles sont toujours « entassées » dans des chalets, menant une vie des plus pénibles. Pourtant, les pouvoirs publics s’étaient engagés à reloger l’ensemble des sinistrés « dans les meilleurs délais ».
Il s’est, malheureusement, avéré que les promesses sont restées de vains mots pour des milliers de citoyens de cette région. Même si nul ne peut nier les efforts colossaux déployés à cet effet, il n’en demeure pas moins que l’engagement n’est pas honoré à 100%, au grand dam des malheureux sinistrés.
« Avec tous les moyens humains et financiers dégagés par l’Etat, on pouvait même construire une autre wilaya. Je ne comprends toujours pas où sont passés les projets de relogement car, à en croire les déclarations des responsables au lendemain de la catastrophe, tout allait rentrer dans l’ordre dans, au maximum, deux ans... », regrette un sinistré de la commune de Corso, faisant allusion à des dépassements dans l’octroi des logements. Son amertume est partagée par l’ensemble des occupants des chalets qui s’impatientent d’être relogés dans des habitations décentes.
Les chalets se trouvent aujourd’hui en piteux état : le sol troué tel du gruyère, les canalisations des eaux usées percées dégageant des odeurs nauséabondes qui agressent les narines... La galère des habitants des chalets ne s’arrête pas là. L’exiguïté représente l’autre calvaire. Des familles de trois membres en 2003 se sont élargies et les chalets de 36 mètres carrés ne peuvent plus les contenir. « Nous sommes serrés comme des sardines », déplore, avec amertume, un sexagénaire, père d’une famille de huit personnes et occupant un chalet au site Derriche, situé à quelque deux kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Boumerdès.
Cette situation déplorable a, à plus d’un titre, eu des répercussions néfastes sur la santé des habitants. Le taux élevé d’humidité et la chaleur suffocante sont à l’origine de la propagation de certaines maladies touchant particulièrement les enfants. « la plupart des enfants sont asthmatiques et souffrent de graves problèmes respiratoires », affirment les habitants des chalets que nous avons visités. Par ailleurs, les sinistrés affichent leur mécontentement quant à l’attitude de l’Office de promotion et de gestion immobilière (Opgi) qui leur demande de payer un loyer ! « Nous occupons des chalets, nous sommes sinistrés et la plupart d’entre nous ne peuvent même pas subvenir aux besoins élémentaires de leur famille et l’Opgi nous demande de verser des sommes allant de 50 000 à 70 000 DA. Au lieu d’œuvrer à reloger les sinistrés, l’Opgi veut encore leur infliger une autre punition », regrette Yakoub Boukrit, président de l’Association de promotion et d’insertion sociale des occupants des chalets de la wilaya de Boumerdès. Les habitants des chalets attendent toujours un geste salutaire des autorités concernées. Ils craignent de voir leur calvaire s’éterniser...

A.H. — infosoir

nabiloudz
24/06/2009, 00h10
Merci a chicha de continuer le hs , on parle de l'oriental qui j'espère se développera inch'allah

chicha51
24/06/2009, 01h14
Merci a chicha de continuer le hs , on parle de l'oriental qui j'espère se développera inch'allah

Nabiloudz

.......................................

Il fallait bien que je réponde à ce qui suit .

Certains de cette region n'en demande pas tant juste d'etre secouru du dernier tremblement de terre il y a quelques années ,ils attandent encore patienment ( Transit)

Le HS a commencé comme ça toujours par le même Transit qui se croit obligé à chaque fois de noircir tout ce qui est posté concernant le Maroc.

Merci pour ton attention en tout cas et espérons que l'oriental marocain et l'Ouest algérien se développent ensemble et harmonieusement pour le bien de tous.

houari16
24/06/2009, 01h36
ECONOMIE L’Oriental, futur dragon économique national

Bsahathoum les gens de l Oriental , et le ROI zidhoum…
In Cha Allah dans le futur deviendra une ville impériale à la porte de l Algerie …..

RoboCop
24/06/2009, 10h04
Transit tu parle sans doute de bourmedes???
Quand on n'a pas vécu ce drame et on n'a pas vu sur place l'ampleur des dégâts matériels et humains, des familles entières décimées, que je ne le souhaiterai pas à mon pire ennemi, je pense qu'il n'est pas légitime d'en parler.

chicha51
24/06/2009, 11h40
Transit tu parle sans doute de bourmedes???

Quand on n'a pas vécu ce drame et on n'a pas vu sur place l'ampleur des dégâts matériels et humains, des familles entières décimées, que je ne le souhaiterai pas à mon pire ennemi, je pense qu'il n'est pas légitime d'en parler.

Robocop

................................

C'est Transit qui a d'abord sorti le drame d'Al hoceima , pour mettre son grain de sel habituel , à moins que pour toi il est légitime de parler des morts marocains.

On lui a tout simplement montré que les carences d'Al hoceima qu'il veut instrumentaliser ,on les retrouve à Boumerdes et preuves à l'appui.

Il faut eviter de tout le temps etre selectif.

Tems
24/06/2009, 11h48
je suis d'alhoceima est la ville a complétement changé depuis

et d'ailleurs le roi va ouvrir un nouveau quartier a imzouren bientot

donc rien a dire graçe au tremblement de terre la ville est sorti de sont isolement . aujourd'hui la ville n'a rien avoir avec le passé ....tout a etait recontruit.

et pour les type qui dorme dans des tente je suis dsl mais je pense qu'il y' en as plus aujourd'hui...

Cookies