PDA

Voir la version complète : Algérie Télécom sera-t-elle privatisée ?


DZone
26/06/2009, 18h03
Cette question n’est pas une hypothèse de travail, mais elle agite le monde des télécommunications, au point que certains opérateurs ont déjà commencé à affûter leurs armes. Notamment Orange, Vivendi et Orascom.

Et comme c’est souvent le cas dans la plupart des pays –quand il s’agit de la privatisation d’une entreprise publique-, les rumeurs concernant l’ouverture du capital de l’opérateur historique des télécommunications de l’Algérie, en l’occurrence Algérie Télécom, sont chaque jour démenties par les autorités algériennes. D’abord, le ministre en charge des télécommunications, Hamid Bessalah, a déclaré que «ce dossier n’est pas à l’ordre du jour…, rapporte notre confrère L’expression. Notre souci actuellement est la mise à niveau d’Algérie Télécom, aussi bien au niveau de la gouvernance que de la gestion des ressources humaines et du marketing». Même son de cloche de la part du P-DG de l’entreprise qui a souligné que le capital d’Algérie Télécom ne sera pas ouvert au privé.

Et pour étayer ces ‘’arguments’’, un plan d’investissement de 100 millions d’euros est déjà mis en place pour le développement de la fibre optique d’ici à 2013. Histoire peut-être de couper l’herbe sous les pieds de ceux qui sont pressés !

Cependant, ces différents démentis ne suffisent pas à décourager les opérateurs ; ces derniers savent pertinemment que les déclarations publiques sont loin de refléter la réalité des choses. Du coup, ils se bousculent au portillon d’Algérie Télécom. Du coup, cela donne aussi une excellente opportunité pour les autorités algériennes de jouer les surenchères sur le prix de la part qui sera vendue au privé. Un jeu de cache-cache qui risque de faire monter le prix des télécoms indépendamment de leur valeur intrinsèque.

En tout état de cause, Algérie Télécom (AT) est très sérieusement convoitée, par Orange et Vivendi. Mais pas seulement, car selon notre confrère, ce sont 45 géants mondiaux des télécommunications, entre autres France Télécom et Qatar Telecom (Qtel), qui se mettent sur les rangs et attendent l’ouverture du capital de l’opérateur historique algérien.

Alors, dans cet ordre de marche, ceux qui ont le plus de chance de l’emporter, il y a d’abord les opérateurs français (France Télécom, Vivendi), puis Orascom, tous présents dans la région (Maroc pour Vivendi, récemment Tunisie pour France Télécom) et espérant se renforcer ; tous aussi possédant un trésor de guerre impressionnant. Pour certains experts, toutefois, les Français ont un petit avantage sur Orascom.

© webmanagercenter

Cookies