PDA

Voir la version complète : Poutine fait ses courses, le supermarché promet une baisse des prix


Zakia
29/06/2009, 10h51
Quand Poutine se fâche...

MOSCOU (AFP) — Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a ordonné à la direction médusée d'un supermarché où il effectuait une visite surprise de baisser leurs prix, rapportait la presse russe jeudi.
Déambulant dans les allées avec des responsables de la chaîne de supermarchés Perekrestok, M. Poutine s'est figé devant un paquet de saucisses.
"Pourquoi ces saucisses coûtent-elles 240 roubles (7,5 dollars)? C'est normal ça?", a-t-il lancé, d'après le quotidien Kommersant.
"Mais ce sont des saucisses de haute qualité!" s'est défendu Iouri Kobaladzé, le directeur des relations commerciales du groupe X5 Retail propriétaire, de la chaîne de supermarchés, "Regardez celles-ci, elles ne coûtent que 49 roubles."
"C'est très cher", rétorque le Premier ministre russe. "Non..." ose Kobaladzé.
"Je peux vous montrer votre marge", poursuit M. Poutine, brandissant un papier. "Regardez cette sorte de saucisson, la marge est de 52%", s'est-il emporté.
Au rayon viande, le Premier ministre s'est lancé dans une nouvelle tirade contre les tarifs du supermarché, estimant que le prix de la viande de porc était deux fois trop élevé.
"C'est le double de la normale. Vous trouvez ça normal vous? C'est très cher!", a-t-il lancé à M. Kobaladzé, qui cède finalement en promettant "de baisser les prix dès demain" vendredi, rapporte Interfax.
Tout juste avant cette sortie, M. Poutine avait appelé, lors d'une réunion au gouvernement, à un meilleur équilibre des prix entre producteurs, distributeurs et consommateurs au nom de "l'équité sociale", alors que la Russie se débat en pleine crise économique.
Son escapade dans les rayons du supermarché intervient quelques semaines après le voyage très théâtral de Vladimir Poutine dans une petite ville de la région de Saint-Pétersbourg victime de l'arrêt de sa fabrique de ciment à cause de la crise.
Il avait alors grondé et tancé, devant les caméras, l'oligarque Oleg Deripaska, propriétaire de l'usine, lui lançant notamment un stylo pour qu'il signe un contrat.

Scootie
29/06/2009, 12h20
M. Poutine avait appelé, lors d'une réunion au gouvernement, à un meilleur équilibre des prix entre producteurs, distributeurs et consommateurs au nom de "l'équité sociale",

On pourra dire ce qu'on veut sur ce type, sauf que ce n'est pas un homme de terrain.

Il en faudrait d'ailleurs beaucoup comme lui, notamment en Europe où les ronds de cuir grassement payés, totalement éloignés des réalités quotidiennes, pullulent à foison.

Geass
29/06/2009, 13h21
Ouai! Il attend dix plombs pour visiter un supermarché?

Space
29/06/2009, 14h25
c'est quand tu veux Sarko

les hypermarchés Carrefour sont ouvert entre 8 h 30 et 21 h 30, du lundi au vendredi et de 8 h 30 à 21 h le samedi ...

Geass
29/06/2009, 14h51
Demande ça à Fillon pour la correspondance. Et il l'a déjà fait lui.
Mais à part pour brosser les citoyens dans le sens du poil, ce genre de chose relève simplement de la démagogie et du populisme.

Scootie
29/06/2009, 14h55
Ouai! Il attend dix plombs pour visiter un supermarché?


Allons allons Geass, la crise n'est pas présente depuis 10 ans, et il est indéniable que les distributeurs, où qu'ils soient, ont tous la même politique: continuer à tirer sur la corde des prix ou à réduire le poids des produits pour le même prix, alors qu'ils savent parfaitement que cela devient de plus en plus intenable pour le consommateur moyen.

Il est donc normal que les politiques montent au créneau, ne fût-ce que pour leur expliquer qu'ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

P.S: et puis, sans doute Poutine a-t-il peur d'une révolution, celle des .......... bols-ché-vide :mrgreen:

Geass
29/06/2009, 15h03
Qu'il monte au créneau maintenant je le conçois. Mais il avait eu tout le temps de le faire avant, et les prix étaient prohibitifs à Moscou (de ce que j'en ai vu) par rapport au pouvoir d'achat de la plus part des Moscovites mais il n'a jamais bougé le petit doigts.
Je ne parle même pas de ceux qui vivent dans les provinces reculés qui sont bons qu'à se faire exploiter comme en Sibérie.
Donc bon, je veux bien accepter qu'il fasse ce qu'il fait en tant que politicien, mais pas la peine d'en faire un exemple de vertu et de droiture politicienne pour autant. Ce n'est jamais qu'un profiteur de plus.

Inata
29/06/2009, 15h34
Son escapade dans les rayons du supermarché intervient quelques semaines après le voyage très théâtral de Vladimir Poutine dans une petite ville de la région de Saint-Pétersbourg victime de l'arrêt de sa fabrique de ciment à cause de la crise.
Il avait alors grondé et tancé, devant les caméras, l'oligarque Oleg Deripaska, propriétaire de l'usine, lui lançant notamment un stylo pour qu'il signe un contrat.

Pauvre Poutine! entrainé dans un super marché à l'encontre de la réalité économique de la réalité sociale, combien, il devait être difficile pour lui de s'en rendre compte de sa tour d'ivoire; tout ça est bien joli mais ce manège n'abuse que sa conscience.

Cookies