PDA

Voir la version complète : EADS décroche le contrat des frontières saoudiennes


morjane
01/07/2009, 14h29
Au terme de tractations qui durent depuis 1996, c'est finalement EADS qui devrait installer la barrière de défense électronique aux frontières de l'Arabie saoudite.

Le contrat a été signé mardi dans la soirée à Djedda, capitale d'été du Royaume, en présence du ministre de l'Intérieur le prince Nayef. Un communiqué officialisant la nouvelle devrait être publié mercredi après-midi.

Longtemps appelé MIKSA, ce chantier pharaonique a été renommé SBGDP (Saoudi Border Guard Development Program).

Le contrat porte sur l'installation le long des 8.000 kilomètres de frontières saoudiennes de radars et de postes de commandements visant à prévenir toute attaque en provenance de la mer, du ciel ou de terre.

Le montant est estimé aux environs de 2 milliards d'euros. EADS avait déjà franchi une importante étape en septembre dernier en paraphant assez discrètement un contrat pour la défense électronique de la frontière entre l'Irak et l'Arabie.

EADS l'emporte à l'arraché sur le leader français de l'électronique militaire Thales mais aussi sur les Britanniques de British Aerospace ou les Américains de Raytheon. Le contrat SBGDP marque une première brèche d'importance dans le monopole qu'exercent les Anglo-Saxons dans les fournitures de militaires et de défense de l'Arabie saoudite.

Par Le Point

Geass
01/07/2009, 17h21
Le groupe aéronautique et de défense va installer la barrière de défense électronique aux frontières de l'Arabie saoudite. Ce contrat permet à EADS de renforcer le poids de son activité militaire sur celle civile.

Après 13 ans de tractations, l'Arabie saoudite a finalement opté pour EADS. Ce méga-contrat nommé initialement MIKSA et rebaptisé SBGDP (Saoudi Border Guard Development Program) porte sur l'installation de radars et de postes de commandements le long des 8000 kilomètres de frontières du pays. Le journal «Le Point.fr» indique que le contrat a été signé mardi soir à Djeddah et que le groupe ferait une annonce officielle cet après-midi. L'Arabie saoudite souhaite se protéger au maximum contre une éventuelle attaque. Le montant du contrat est évalué à 2,5 milliards d'euros.

En mars, EADS avait déjà signé un premier contrat pour la surveillance de la frontière nord du pays (900 kilomètres). Il y a encore quinze jours, les dirigeants de la branche Défense et Sécurité d'EADS se montraient confiants quand à la capacité du groupe à remporter le second contrat de surveillance.

Les autres candidats sur les rangs étaient le spécialiste de l'électronique militaire Thales, le Britannique British Aerospace et l'Américain Raytheon. D'après la presse française, l'Arabie saoudite avait écarté en février Thales, qui était proche de remporter le contrat en 2000, ainsi que Raytheon, ne discutant du coup plus qu'avec EADS. Ceci «marque une première brèche d'importance dans le monopole qu'exercent les Anglo-Saxons dans les fournitures de militaires et de défense de l'Arabie saoudite» ajoute le journal.


AFP

Cookies