PDA

Voir la version complète : Kaizen ou l’amélioration continue, un modèle pour l’Algérie


DZone
01/07/2009, 15h31
Le système de production japonais exposé hier à l’hôtel El-Aurassi: Kaizen ou l’amélioration continue, un modèle pour l’Algérie

Plus qu’une technique de management, le Kaizen est une philosophie, une mentalité devant être déployée à tous les niveaux de l’entreprise.

Le Forum des chefs d’entreprise (FCE), soucieux d’apporter sa contribution au perfectionnement des dirigeants des entreprises algériennes, a organisé, hier à El-Aurassi (Alger), une journée d’étude consacrée à Kaizen Management. Fruit du partenariat qui lie le FCE à la Japan Business Federation, le Keidanren, cette journée d’étude co-organisée avec Japan Corporation Center for the Middle East (JCCME) a été animée par le professeur Seiichi Fujita de l’université de Waseda au Japon, auteur de plusieurs publications dont la plus pertinente, en langue japonaise, est Kaizen Management.

Ses conférences, nous dit-on, ont connu un succès dans plusieurs pays, notamment au Koweït, en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, au Qatar, en Iran, en Turquie, à Oman, Bahreïn, Égypte… Pour rappel, le FCE copréside le comité économique conjoint algéro-japonais depuis septembre 2008. Le système de production japonais est réputé pour sa méthode de management Kaizen, qui signifie “le développement continu”.

En fait, le mot kaizen est la fusion de deux mots japonais kai et zen qui signifient respectivement changement et meilleur. Cette méthode, rendue mondialement célèbre et adoptée par de grandes multinationales, entre autres Toyota, se concentre sur les critères QCD (Quality, Cost, Delivery) (la qualité, le coût et la livraison). Elle permet des gains de compétitivité par la réduction des coûts liés à l’innovation. Cette démarche japonaise, comme l’a expliqué hier le professeur Seiichi Fujita, à travers des exemples concrets pris dans un certain nombre de pays, repose sur des petites améliorations faites au quotidien, constamment.

C’est une démarche graduelle et douce qui s’oppose au concept plus occidental de réforme brutale du type “on jette le tout et on recommence à neuf”, ou de l’innovation, qui est souvent le résultat d’un processus de réingénierie. En revanche, le kaizen tend à inciter chaque travailleur à réfléchir sur son lieu de travail et à proposer des améliorations. Donc, contrairement à l’innovation, le kaizen ne demande pas beaucoup d’investissements financiers, mais une forte motivation de la part de tous les employés. Plus qu’une technique de management, le kaizen est une philosophie, une mentalité devant être déployée à tous les niveaux de l’entreprise. L’objectif de kaizen étant la simplification des flux et l’amélioration de la qualité, des délais, de la productivité et des conditions de travail.

Confronté chaque jour à une compétition de plus en plus vive, même sur son propre marché intérieur, et à des impératifs de performance, l’entreprise algérienne doit nécessairement s’adapter, évoluer et s’améliorer pour répondre à ses objectifs fondamentaux de délais, coûts et qualité. L’appropriation des méthodes de management, telle que kaizen, peut l’aider à améliorer ses performances et son organisation. C’est une manière de mettre à niveau l’entreprise.

© Copyright Liberté

Cookies