PDA

Voir la version complète : La FAF et la limitation d'âge des joueurs en Algérie


morjane
23/07/2009, 14h38
Le retour de Raouraoua aux affaires footballistique n’a pas été sans heurts, puisque les changements qu’il a voulu apporter ont soulevé moult inquiétudes en Algérie.

Les licences CAF ont provoqué l’ire des conseillers et autres techniciens supérieurs du sport, puisqu’ils leur a été demandé de satisfaire aux mêmes exigences que les entraîneurs disposant du 1er , 2e et 3e degré. Maintenant, c’est une autre affaire, celle de la limitation de l’âge des footballeurs qui empoisonne le quotidien des «FAFiens» en Algérie.

Y a-t-il une limitation d’âge dans le football ? En tout cas, la FIFA, structure mondiale gérant le sport le plus populaire de la planète, n’a pas fixé un âge limite au footballeur pour prendre sa retraite à l’occasion du 59e congrès de la FIFA, réuni à Nassau, aux îles Bahamas, les 2 et 3 juin, une disposition a été adoptée concernant la limite d’âge. Une proposition introduite par la Fédération algérienne de football (FAF), et ce, pour abolir toute limite d'âge, fixée jusqu'alors à 21 ans pour jouer pour une autre sélection. De ce fait, l’article 18 des statuts de la FIFA a été modifié.

Mis à part ce changement, aucune autre disposition en la matière n’a été prévue. Du côté de la FIFA, bien entendu. Parce que la FAF, profitant de la fin de la saison 2008- 2009, a astreint les joueurs algériens voulant évoluer dans les divisions inférieures, interrégions et régionales, à une limite d’âge respectivement de 32 et 30 ans.

Cette disposition ne concerne nullement les paliers supérieurs. Un joueur ne pouvant plus jouer dans les championnats de la D1 et de la D2 ne pourra plus à compter de la saison en cours (2009-2010) jouer en inter-régions et en régionale. En termes non nuancés, c’est la retraite d’office qui leur est proposée. En toute légitimité, les joueurs concernés par cette nouvelle règle se «sont sentis exclus». Ils sont «admis à la retraite alors qu’ils sont toujours aptes à la pratique du football». D’ailleurs, un joueur qui est dans cette situation s’est dit «outré par cette décision» qui ne travaille guère le football parce qu’«on nous empêche de transmettre notre savoir-faire aux jeunes footballeurs des paliers inférieurs». Et d’ajouter : «A-t-on déjà vu une telle décision ailleurs. On ne peut pas interdire à un joueur de mettre un terme à sa carrière alors qu’il jouit de toutes ses capacités physiques et mentales. »

Sur quelle base réglementaire s’est appuyée la FAF pour décréter une telle mesure ? Le règlement de la FIFA ne prévoit pas une telle mesure. Et la CAF également.

Selon des indiscrétions, «cette mesure a été préconisée lorsque la DTN était dirigée par Ighil Meziane en collaboration avec trois techniciens, et ce, dans le cadre du redressement du football, lors de la première mandature de Raouraoua». «Ces propositions ont été reprises intégralement par Raouraoua après avoir été élu une seconde fois à la tête de la FAF.» Cette décision n’est donc pas étrangère aux structures de la FAF. C’est en son sein qu’elle a été réfléchie, puis conçue. Soit.

Avec cette limitation d’âge imposée et sans transition aucune, quel sera l’avenir des joueurs concernés ? Quel sera son impact immédiat sur le football algérien ? Peut-on, dès lors, conclure qu’avec une telle disposition, le football algérien ira mieux ? La FAF de Raouraoua n’est-elle pas en passe d’enfreindre un droit fondamental, voire constitutionnel, celui de la pratique du sport ? Mais y a-t-il quelqu’un à même de le rappeler ?

Par le soir

Cookies