PDA

Voir la version complète : M. Ould Souilem, conférence de presse: Pour la concrétisation de l'autonomie


ayoub7
03/08/2009, 19h46
M. Ould Souilem pour la concrétisation de l'autonomie, un plan qui répond à un besoin "réel et pressant " des Sahraouis

Rabat - M. Ahmeddou Ould Souilem, ex-dirigeant du polisario, a affirmé, lundi à Rabat, avoir regagné sa Patrie, le Maroc, pour contribuer à la concrétisation de la proposition marocaine d'autonomie dans les provinces du sud, venue répondre à un besoin "réel et pressant" des Sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf.

"J'ai décidé de rallier le Maroc, ma patrie, pour aider à la concrétisation du plan d'autonomie, qui offre la meilleure solution à la question du Sahara", a dit M. Ould Souilem, membre fondateur du polisario et ministre-conseiller à la présidence de la pseudo-RASD, jusqu'à son retour au Maroc, mercredi dernier.

Lors d'un point de presse organisé par le Cercle de la presse de l'Agence MAP, il a indiqué que son retour est "tout à fait naturel" et traduit son attachement au Maroc et son engagement à contribuer à résoudre le conflit du Sahara.

"Je suis fier d'être un des fils de ce pays et un des sujets de SM le Roi Mohammed VI", a-t-il souligné, ajoutant que le Maroc se développe à un rythme soutenu, ce qui suscite "la jalousie des voisins".

Il s'est dit honoré d'être reçu par SM le Roi Mohammed VI, indiquant que son allégeance au Souverain exprime son attachement au Trône alaouite et sa disposition à adhérer aux efforts de développement engagés au Maroc sous la conduite clairvoyante de SM le Roi.

M. Ould Souilem a précisé que son retour ne sera pas sans suite et que d'autres dirigeants influents du polisario lui emboîteront le pas, signe du désespoir et de l'instabilité qui règnent au sein de la classe dirigeante du mouvement séparatiste.

Il a fait part des conditions "catastrophiques", allant jusqu'à des situations de famine, dans lesquelles vivent les populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf sur le sol algérien, appelant les sahraouis à briser le mur du silence et batailler pour regagner la mère patrie pour contribuer à l'édification du Maroc de demain, un Maroc démocratique, moderne et prospère.

Le Plan d'autonomie offre l'occasion aux Sahraouis de gérer eux-mêmes leurs affaires et contribuer ainsi à cet effort de développement global, engagé au Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé M. Ould Souilem, soulignant la pleine adhésion des Sahraouis à cette proposition, qui a coupé "l'herbe sous les pieds du polisario et de son mentor, l'Algérie".

Il a salué, à cet égard, le travail accompli par le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS), soulignant que cette institution joue un rôle important dans le développement socio-économique des provinces du sud du Royaume et l'amélioration des conditions de vie des Sahraouis.

Pour M. Ould Souilem, le polisario est une "marionnette" entre les mains de l'Algérie qui décide seule du sort de ce mouvement et donc de la question du Sahara, précisant que la relation entre l'Algérie et le polisario est celle du "maître à subalterne".

Il a précisé que la seule partie radicale dans ce conflit est l'Algérie qui en tire toutes les ficelles et impose un blocage total de toute solution définitive, préconisée pourtant par la communauté internationale.

Evoquant les négociations sur la question du Sahara sous l'égide de l'ONU, il a indiqué que l'Algérie et le polisario n'ont pas intérêt à contribuer à un règlement définitif de la question du Sahara, contrairement au Maroc, qui œuvre sérieusement pour clore définitivement ce dossier, dans l'intérêt des populations de la région.

Il a indiqué dans ce cadre que le polisario est incapable de reprendre les armes, précisant que les menaces qu'il profère à ce sujet sont destinées plutôt à la consommation intérieure et pour faire pression sur la communauté internationale.

"La guerre est finie à jamais", a-t-il dit, précisant que l'écrasante majorité des sahraouis dans les camps de Tindouf soutient le Maroc et le Plan d'autonomie.

ayoub7
03/08/2009, 19h49
«Toute autre approche, en dehors du plan d'autonomie, ne réussira pas»

Beaucoup de membres dirigeants du polisario veulent regagner la mère patrie

Publié le : 03.08.2009 | 16h02

Le dirigeant et membre fondateur du front polisario Ahmedou Ouled Souilem qui vient de regagner la mère patrie a lancé hier à Rabat un appel à ses anciens camarades « pour rentrer au Royaume qui ouvre ses bras pour les accueillir».
M.Ouled Souilem qui s'exprimait lors d'un point de presse, a souligné que d'autres membres influents du front voulaient rentrer au Maroc surtout après le lancement du plan d'autonomie, « qui a mis à nu les véritables intentions des dirigeants du front ».

« Je ne suis pas une exception. Et certainement d'autres membres dirigeants veulent être ici. Mais pour des raisons de sécurité je me garde de révéler leurs identités » a-t-il affirmé, ajoutant que le plan marocain répond aux attentes des personnes séquestrées dans les camps de Tindouf qui vivent dans un état de profond désespoir. «Dans les camps de Tindouf les conditions de vie sont déplorables et la misère des gens est pathétique. La population est privée de ses droits les plus élémentaires. Les appels de détresse lancés par le polisario de temps à autre pour avoir des aides humanitaires internationales ne sont que la partie visible de l'Iceberg. La situation est catastrophique. Les gens souffrent même de la famine !».

Comme la majorité des Sahraouis qui vivent toujours de l'autre côté des frontières, sur le territoire algérien, M.Ouled Souilem a dit avoir été séduit par la pertinence et la justesse du plan d'autonomie proposé par le Maroc. «C'est ce qui m'a poussé en fin de compte à retourner dans mon pays. Je suis parvenu à la conclusion selon laquelle toute autre approche en dehors de ce plan, ne réussira jamais. Je vous parle en parfaite connaissance de cause». Concernant les éventuels négociations entre le Maroc et le polisario, Ouled Souilem ne se fait guère d'illusions quant à la mauvaise foi avérée des séparatistes.

Pour les avoir côtoyés pendant de longues années, il dit qu'il ne faut pas s'attendre à grand-chose si jamais les pourparlers-aussi informels soit-ils- reprennent. «Difficile de faire du progrès quand d'un côté il y a le Maroc qui veut sincèrement parvenir à une solution qui mette fin au calvaire des séquestrés. Et de l'autre côté il y a ceux qui tergiversent et essayent de faire perdurer une situation qui leur est profitable». S'agissant des menaces d'e gagement des hostilités brandies par le polisario, Ahmedou Ouled Souilem les trouvent ridicules.Il estime que la guerre est terminée une fois pour toutes et que le polisario ne reprendra pas les armes « non qu'il soit épris de paix mais parce qu'il sait que c'est une option déraisonnable».

M.Souilem qui a regagné le Maroc en réponse à l'Appel royal «la Patrie est clémente et miséricordieuse» a tenu à réitérer son attachement à sa patrie. «Je suis un fils de cette patrie, je suis au sein des miens. Je suis fier d'être ici. L'audience que S.M. le Roi a bien voulu m'accorder m'a honoré. Je lui ai prêté allégeance. C'est un engagement pour la vie !».Natif de Dahkla en 1951, Ahmedou Ouled Souilem est issu de la grande tribu Ouled Dlim dont il est le cheikh au même titre que l'était son père, feu Souilem Ould Abdallah Ould Ahmed Brahim.Membre du noyau fondateur du polisario, il était très actif dans le domaine politico diplomatique.

Il a ainsi été membre du comité des relations extérieures dépendant du Comité exécutif. A ce titre, il a non seulement participé activement à l'animation de l'action diplomatique du front et à l'implantation de ses structures à l'étranger mais il, a été représentant du front en Guinée Bissau, en Afrique de l'Ouest (1977-1979), ambassadeur au Panama et en Amérique centrale (1979-1980), représentant en Iran, en Syrie et au Moyen Orient (1980), en, Angola et en Afrique australe (1981-1985). Après dix ans d'action diplomatique, il a réintégré les sphères dirigeantes du polisario à Tindouf où il a été chargé de la mise à niveau de l'enseignement.
Il a exercé à plusieurs reprises en qualité de ministre conseiller à la présidence de la pseudo RASD. Il a également évolué au sein du conseil national sahraoui (parlement) et du conseil consultatif sahraoui (sorte de seconde chambre).
Mais pour M. Ouled Souilem, il faut faire preuve de réalisme et saisir l'opportunité du plan d'autonomie proposé par le Royaume. Mieux encore, «Les réalisations du Maroc en matière de développement socio économiques sont extraordinaires et font beaucoup de jaloux parmi les voisins». Une allusion claire à l'Algérie qui, selon lui, utilise le polisario pour contrecarrer la marche du Royaume vers le progrès.
--------------------------------------------------------------------
Soutien du Bénin
Le Bénin a réaffirmé lundi à Rabat son soutien «constant» à la position du Maroc concernant la question du Sahara.
«La position du bénin est très claire. La prétendue république, le Bénin ne la reconnaît pas», a soutenu le ministre béninois des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine, de la Francophonie et des Béninois de l'extérieur, Jean-Marie Ehouzou dans une déclaration à la presse, à l'issue d'un entretien avec Taib Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. M. Ehouzou a mis en exergue, par ailleurs, l'excellence des relations de coopération entre les deux pays, soulignant qu'il a fait un tour d'horizon avec son homologue marocain des moyens de les développer davantage. Il a formulé le souhait de voir la coopération entre les deux parties englober tous les domaines en vue de surmonter ensemble les péripéties de la crise financière et économique internationale. MAP

ROUMI
03/08/2009, 20h06
A la bonheur les masques tombes et les vraies visés du polisario et de son parrain l'algérie sont dévoilés à la terre entière par un ex membre actif des basses manoeuvres de ce mouvement de mercenaires qui ne veut en cas sauvegarder les interets de son pseudo peuple mais ceux de généraux corrompus, ennemis intimes de la liberté des pays du maghreb.

ayoub7
03/08/2009, 21h49
Pas tres contents nos amis de la maison de la presse :)

Sahara occidental

La diplomatie de la magouille

Le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, est annoncé à Rabat, où il effectuera, avant la fin de l'année, une visite officielle qui devrait confirmer, de source officielle à Madrid, «les excellentes relations bilatérales» entre l'Espagne et le Maroc.

Une visite qui devrait aussi consolider les relations tout aussi privilégiées entre le Maroc et l'Union européenne, dans la mesure où ce sommet devrait ouvrir la voie à un autre, encore plus important, entre Rabat et Bruxelles, qui figure comme l'une des priorités de la présidence espagnole de l'UE, qui interviendra dès janvier 2010.

Madrid au service de Rabat
Chose tout à fait concevable entre Etats, on le sait, le gouvernement socialiste espagnol s'emploie depuis son arrivée au pouvoir, en avril 2004, à promouvoir les relations avec son voisin du sud, qui se sont détériorées sous le gouvernement Aznar, avec le conflit de Perejil en juillet 2002. Il s'est employé, en parallèle, à faire aboutir les revendications par le Maroc de son appartenance à l'Union européenne, officiellement et vainement présentées par feu le roi Hassan II à la présidence française de l'Europe, en 1983, sous une formule plus souple, donc plus acceptable par les 27, d'un statut avancé.

Le seul pays hors Europe à obtenir ce privilège généreusement octroyé à un régime dont les pratiques en matière des droits de l'homme, notamment au Sahara occidental, le range parmi les féroces de la planète. Tel est l'avis des organisations humanitaires internationales et de la délégation parlementaire européenne qui a enquêté sur les droits de l'homme au Sahara occidental en janvier.

Avis que ne partage pas le chef de la diplomatie espagnole, qui se félicite à la première occasion de la qualité des relations entre son pays et le Maroc. Pas un mot sur la question des droits de l'homme, pas la moindre allusion au droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, sinon pour noyer ce principe dans une somme d'arguments ambigus dont l'objectif est de vendre sa propre initiative sous la formule d'un plan d'autonomie pour le Sahara occidental. Un plan inspiré directement du modèle des autonomies en Espagne, lequel modèle est déjà rejeté, avec plus ou moins de virulence ou de violence, par les Catalans et les Basques.

On voit mal comment un système politique contesté dans une démocratie parlementaire, l'Espagne, pourrait fonctionner sous une monarchie absolue, le Maroc. Plus subtilement que son défunt père, le roi Mohammed VI a exercé pendant dix ans un pouvoir sans partage pour donner le coup de grâce, aux dernières municipales, aux partis traditionnels, devancés par le parti du roi, monté par l'ami du souverain alaouite, Fouad El Himma.

L'Espagne et la France se chargeront de vendre l'image de la démocratie marocaine. Amnesty International et Humant Rights Watch peuvent toujours «aboyer». C'est à cette monarchie absolue que Madrid a vendu son controversé modèle des régions pour régler, entendre enterrer, définitivement la question du Sahara occidental.

Le plan marocain comme «base de travail»
Cette question était, de nouveau depuis dimanche, au centre de toutes les magouilles de la diplomatie espagnole. Derrière cette magouille, ce n'est pas nouveau, apparaît nettement la main du ministre des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, qui vient d'avoir à Tanger - ville où il séjourne en privé plusieurs fois dans l'année - un entretien avec son homologue marocain, Fassi Fihri. Moratinos remet, une fois de plus, sur la table la question du plan d'autonomie marocain, qui sera, on s'en doute, centrale, lors de la quatrième visite officielle du président Zapatero à Rabat.

Concrètement, le chef de la diplomatie espagnole agit pour que ce plan soit sur la table, le 9 août à Vienne, au cours des discussions informelles, et sans préalables, difficilement négociées par Christopher Ross avec les deux parties impliquées dans le conflit sahraoui, le Maroc et le Front Polisario. L'inclinaison de M. Moratinos pour les thèses marocaines ne relève d'aucun mystère. Bien sûr, le chef de la diplomatie du gouvernement socialiste espagnol se défend à chacune de ses déclarations sur le processus de règlement du conflit du Sahara occidental d'adopter une position partisane.

San convaincre ni la société civile espagnole, largement acquise au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, ni la classe politique, y compris dans les rangs du Parti socialiste au pouvoir. Il trouve en habile diplomate de carrière les formules qu'il faut : une solution négociée, une issue politique et au passage laisse la voie ouverte à une base de travail, un clin d'œil net en direction du plan marocain d'autonomie.

Contrecarrer Obama et Ross
Une magouille à laquelle les Sahraouis sont habitués depuis que le chef de la diplomatie espagnole avait estimé, dès sa prise de fonction en 2004, que le Plan Baker, adopté à l'unanimité par le Conseil de sécurité, accepté par le Front Polisario, mais rejeté par Rabat avec l'appui de Paris et de Madrid, «n'est pas sacré». Un encouragement net au Maroc pour camper sur ses positions qui finira par lasser l'ancien représentant personnel du SG de l'ONU, James Baker.

Ce fut l'occasion pour Paris et Madrid d'imposer un diplomate européen, Peter Van Walsum, comme successeur de M. Baker, acquis aux thèses marocaines et qui ne se gênera pas de le faire savoir par cette fameuse conviction que l'indépendance du Sahara occidental n'était pas raisonnable.

Exactement l'opinion formulée par Chirac et avant lui Giscard d'Estaing sur la non-viabilité d'un Etat sahraoui hispanophone qui viendrait, en fait, casser la logique géopolitique de l'ensemble francophone qui part de Rabat et finit au Rwanda. Tout porte à croire que depuis que les Etats-Unis se sont démarqués clairement du plan marocain, Madrid tente de saboter les efforts de Christopher Ross, en vue, comme il l'a soutenu, haut et fort, d'une solution dans le cadre de l'ONU, respectant la légalité internationale et ne faisant aucune impasse sur le principe du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

Le mois dernier, ni le président Barack Obama dans son message au roi Mohammed VI, ni son ambassadeur à l'ONU, au terme du vote de la dernière résolution du Conseil de sécurité sur la prorogation pour an du mandat de la Minurso, n'ont fait mention du plan d'«autonomie» marocain.

«Kach Bakhta wa fnjel Meriem»
L'Espagne oublie un gros détail : c'est elle qui est à l'origine du problème sahraoui pour avoir conduit son ancienne colonie, en 1975, non pas à l'indépendance mais vers une nouvelle occupation militaire étrangère, qui se prolonge depuis trois décennies. Une manière bien curieuse, du moins naïve, de vouloir se racheter et de s'acquitter de son devoir de responsabilité historique en tant qu'ancienne puissance coloniale et d'agir pour l'équilibre politique et la sécurité dans la région.

Curieusement aussi, Moratinos plaide, par la même occasion, pour la réouverture de la frontière terrestre algéro-marocaine, toujours avec à l'esprit les intérêts du Maroc. Comme dirait le président Bouteflika : «Kach Bakhta wa fnajel Meriem», voire la drogue, les trafics d'armes et des organes d'enfants algériens pour les cliniques de Oujda où le médicament algérien inondera le marché de Mililla et le fuel de Sonatrach coulera à flots.

H. A.


Attendons qu'ils "re-decouvrent" la position americaine... :)

Cell
03/08/2009, 21h58
Comme dirait le président Bouteflika : «Kach Bakhta wa fnajel Meriem», voire la drogue, les trafics d'armes et des organes d'enfants algériens pour les cliniques de Oujda où le médicament algérien inondera le marché de Mililla et le fuel de Sonatrach coulera à flots.

ca mérite pas un prix nobel de la paix ca ..... ou est ce l'économie ???

ROUMI
03/08/2009, 22h00
Comme dirait le président Bouteflika : «Kach Bakhta wa fnajel Meriem», voire la drogue, les trafics d'armes et des organes d'enfants algériens pour les cliniques de Oujda où le médicament algérien inondera le marché de Mililla et le fuel de Sonatrach coulera à flots.


Non seulement le prix du mépris pour ce genre de journaleux haineux.

desert_rose
03/08/2009, 22h02
Très interessant, ca reflete le desarroi et le desespoir plus qu'autre chose.
Mais en parcourant l'article je me suis rappele que l'Algerie avait meme vendu sa dignite au grand jour pour etre le seul pays arabe, africain et musulman a avoir affiche sa solidarite avec l'Espagne d'un neo-con et neo-colon (Aznar) contre un pays africain/arabe/musulman qu'est le Maroc, visiblement sans en tirer le moindre avantage. diplomaique! Au contraire, sa presse est entrain de miauler contre le tat de support qu'offre l'Espagne au Maroc.

A mon avis il faut faire un effort special, et etre extremement incompetent dans les relations internationales pour en arriver la. Sinon je ne sais pas Ayoub, peut-etre tu peux m'eclairer Ayoub...

Karim28
03/08/2009, 22h05
Ayoub on peut avoir la source de l'article.
Merci.

Cell
03/08/2009, 22h11
A mon avis il faut faire un effort special, et etre extremement incompetent dans les relations internationales pour en arriver la.

c'est vrai qu'on etait mal parti sur cette affaire :

un territoire récupéré Ghi Bel Fen ....

dabord partagé avec la mauritanie ... ensuite entierment annéxé

un pauvre peuple chassé au napalm

une promesse de faire un référundum

un renverssement de veste ...... j'ai adoré le pretexte : 'LE PERE de EL MARRACKCHI n'avait pas le droit de Voter .....' Quels Baratinneures Nous sommes

et si ca se trouve , meme cette foutu autonomie n'est peut etre que du flan .....

bref , tout les élements qui font de nous de veritables parias à metttre au ban de la communauté des états respéctés ...

MAIS


heureusement que la crédulité du voisin nous a permis de nous en sortir à bon compte et meme d'inverser la tendance.

qui sait , c'est peut etre leur facon de nous exprimer leur fratérnité ....

un logique du genre : ' j'ai toutes les cartes en main , mais je fais semblant de foirer tout pour que tu puisse gagner

On dit Merci Qui , ?? merci El Mouradia

desert_rose
03/08/2009, 22h13
Tu ne te souviens pas de la position d'Alger en solidarité avec l'Espagne d'Aznar contre le Maroc lors du conflit autour de l'ile Thora dite Leila? Si tu as raté ce chapitre fais moi signe et je t chercherais quelques infos avec plaisir. Ca reste malhreusement une tâche noire dans l'hitoire de l'Algerie.

Cell
03/08/2009, 22h30
KArim

la vérité est qu'on s'en fout que vous ayez soutenu l'espagne pendant cette crise , le fait est que tous les pays arabes ont clairement soutenu le maroc ..... sauf UN :

et je renverse la charge de preuve et te demande de me trouver un seul communiqué une seule déclaration d'un responsable algérien , qui n'a ne serait ce qu'exprimer sa solidarité avec le maroc .

pour infos ; voilà un site qui reprend toutes les réactions des pays fréres ... ayant soutenu le maroc :

http://www.maec.gov.ma/comm/ReactionsInter.htm

Bachi
03/08/2009, 22h48
Il dit ce qu'on lui demande de dire...
Dommage ! J'aurais aimé apprendre du plus sérieux et du plus objectif de ce Monsieur qui connait bien l'état des lieux.

Maroc02
03/08/2009, 22h53
@Bachi
tu es peut t'être dans le vrai mais je pense pas que ce homme abandonnera l'organisation qu'il a créer avec ces confrères si elle avait un futur prometteur ....c'est l'essentielle

Bachi
03/08/2009, 22h56
Là-dessus, je suis d'accord..
Cette défection reflète une dissention sur l'option politique du polisario.
J'aurais aimé apprendre de ce Monsieur l'importance de la dissention et les détails de l'objet de cette dissention, au lieu de ce tbendir superflu.

Maroc02
03/08/2009, 23h03
Ce tbendir va encore plus déstabiliser le polisario, au niveau diplomatique mondial.
On réalité Bachi je pense que ce que ce homme avance est bien vrai sinon on aurai un démenti direct du poliz mais bizarrement silence radio ???
Et je suis très étonner de voir les 3 autre mystérieux qui veulent revenir a la mère patrie...ca va être interressent les semaines qui suivent

The Black Stone
03/08/2009, 23h07
avec 2 ou 3 autre membre le poliz perdera tt son poid

l'affaire sera plus complique avec un polisario marocain et un polisario algerien ^^

OverSkilled
03/08/2009, 23h18
peut être une guerre des sables 2 ?

ayoub7
03/08/2009, 23h36
nous sommes contre la politique du fait accompli d'un cote comme de l'autre

lexpression.dz

C’est ainsi qu’à une question concernant la tension diplomatique qui caractérise depuis quelques jours les relations entre Rabat et Madrid à propos de l’îlot Persil dont les deux pays se disputent la souveraineté, M.Messahel a saisi cette opportunité pour exprimer pour la première fois la position du gouvernement algérien. Selon le ministre,

«c’est une crise qui intervient dans une région à laquelle nous appartenons. On ne peut rester indifférents. Le gouvernement algérien qui suit avec une grande attention les développements de la situation souhaite un dénouement rapide de cette crise».

«Mais l’Algérie, a ajouté M.Messahel, récuse toute politique de fait accompli ou de violation de la légalité internationale.»

«C’est ce principe que l’Algérie défend à l’échelle du continent africain, s’agissant de la question du Sahara occidental ou des conflits nés du non-respect des frontières héritées aux indépendances.»

Voila exactement comment M. le ministre algerien a repondu. Imaginez le Maroc aurait repondu la meme chose a la demande d'aide algerienne durant la colonisation, on serait peinard aujourd'hui...

Genre:

" C'est entre vous et la France, deposez un dossier a l'ONU, selon la legalite internatioanale et ne faites pas de fait accompli en voulant chasser les francais de leurs terres africaines! " ...

Heureusement que l'ecrasante majorite des autres pays arabes et musulmans etaient dignes et ont clairement soutenu le Maroc sur la question sans jouer sur les mots, sur les pseudo-causes et sans esprit vil et de haine a peine cachée pour tout un peuple "frere et voisin"...

ayoub7
03/08/2009, 23h38
UNE SOURCE AUTORISEE DE LA PRESIDENCE
«Nous félicitons l’Espagne pour sa sagesse»
Mohamed ABDOUN - Samedi 27 Juillet 2002

La présidence de la République, par la voix d’une source autorisée interviewée par l’APS, a remis à leur place certains médias marocains tombés à bras raccourcis sur notre pays accusé d’avoir pris position en faveur de l’Espagne dans le conflit qui avait opposé ce dernier à l’Espagne à propos de l’îlot Persil.

La source présidentielle indique, à ce propos, que «l’Algérie entretient les meilleures relations du monde avec l’Espagne». La source, au passage, s’est «félicitée» que l’Espagne ait choisi «l’approche pacifique pour régler le problème qui s’était posé à notre frère et voisin le royaume du Maroc». Pour rappel, l’Algérie, par la voix de M.Messahel, ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, avait clairement affiché sa position en privilégiant le droit international, rejetant catégoriquement la politique du fait accompli et, en filigrane, celle des deux poids deux mesures entre l’îlot Persil d’un côté et le Sahara occidental de l’autre.

coucoutoi
04/08/2009, 00h25
Pour retourner au sujet, je viens de voir le reportage sur Aljazeera, trop fort. Le membre polisarien interviewé depuis Madrid nageait et ne savait quoi dire, c'etait marrant :mrgreen:


Zuuuuut , je l'ai loupé :22:


La Politique d'Alger etait calire et nette , elle a cherché l'ennemi de son Ennemi pour qu'il soit son Ami .... Mais malheureusement ca n'a pas fonctionné .

et Meme si la France qui a SOUTENUE l'Espagne via l'UE ( Alliance Oblige ) , elle a quand meme Critiqué l'Espagne et a appelé à l'Ordre comme les USA d'ailleur !!!

Les Hommes en carton qui tiennent les commandes dans le Gouvernement d'Alger n'ont fait aucune Déclaration de soutien à l'egard de ses Homologues Tunisien , Lybien et Mauritanien , meme l'UA a réagit meme si le MAROC n'est pas membre , Sans parler des Pays arabes et Musilmans ....

et Gallik ce Gouvernement de mafieux nous considere comme des freres et pense à nous et souhaite qu'on soit dirigé par des Hommes en carton comme chez eux ....

Allah ghaleb comme disait le carton le plus fort d'el Mouradia

Geass
04/08/2009, 01h48
De toute façon on a définitivement gagné. J'aurais une pensée pour ce fin stratège que fut Hassan II et qui a permis au Maroc d'arriver à s'en sortir malgré le peu de moyens dont on dispose.
Il nous reste beaucoup de chemin à accomplir, maintenant Mohammed VI devra prouver qu'il saura gérer un Maroc sans problème au sahara.
Allah kbir.

amazigh III
04/08/2009, 02h01
Je suis mort de rire lorsque je lis ici et là que des ex-terroristes criminels arabes du Polisario croient dans l'autonomie que le Makhzen accordera au Sahara. Si un jour c'est le cas, venez me cracher dessus, comme on dit en tachlhite. Il n'y aura jamais ni autonomie ni Sidi Hmmou....:)

Cookies