PDA

Voir la version complète : Le Fatah n'exclut pas la lutte armée contre Israël


sako
04/08/2009, 13h58
Mahmoud Abbas MENACE Israël de recourir à la lutte armée en cas d’échec du processus de paix, Or pour pouvoir organiser son congrès il a demandé d'abord l’autorisation à l’occupant.

BETHLEEM, Cisjordanie - Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a ouvert mardi à Bethléem le Congrès du Fatah, le premier depuis vingt ans, en disant son désir de paix mais sans renoncer au droit légitime à la "résistance".

"Même si nous avons fait le choix de la paix, nous nous réservons le droit à la résistance, qui est légitime en droit international", a-t-il dit.
Le terme de résistance, pour les Palestiniens, englobe autant l'idée de confrontation armée que celle de manifestations non violentes.
"Personne ne peut décider seul", a toutefois ajouté Mahmoud Abbas à l'adresse de ses rivaux du mouvement islamique Hamas, qui contrôlent depuis plus de deux ans la bande de Gaza.
"Personne n'a le droit de conduire le pays à la catastrophe. Personne n'a le droit de prendre la décision et de nous conduire là où nous ne voulons pas aller", a lancé le chef du Fatah, qui a critiqué par le passé les attentats-suicides commis par le Hamas, jugés néfastes à la cause palestinienne.

Mahmoud Abbas a cependant souligné que les Palestiniens ne renonceraient jamais à leur droit de répondre à la violence par la violence. "Nous ne resterons pas les bras croisés face aux incursions israéliennes", a-t-il averti.
Le projet d'actualisation du programme du Fatah, a-t-on appris de source autorisée, préconise de nouvelles formes de résistance, notamment la désobéissance civile contre les implantations juives en Cisjordanie occupée ou la barrière de sécurité érigée par Israël.
Mais le texte n'exclut pas le recours à la "lutte armée" en cas d'échec des pourparlers de paix, ni l'éventualité d'une déclaration unilatérale de création de l'Etat palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.[/B]

PLUS DE DEUX MILLE DÉLÉGUÉS

Plus de 2.000 délégués sont réunis pour trois jours dans la ville cisjordanienne de Bethléem afin d'adopter un programme qui distingue le Fatah des islamistes du Hamas, auxquels les Occidentaux demandent en vain de renoncer à la violence et de reconnaître l'Etat juif.
Mais ce congrès destiné à rajeunir et restructurer le mouvement ne devrait pas enterrer la charte fondatrice qui appelle, comme celle du Hamas, à la destruction d'Israël.
Le texte fondateur du Fatah, créé en 1965 par Yasser Arafat, appelle à la lutte armée "jusqu'à ce que l'entité sioniste soit supprimée et la Palestine libérée".
Azzam al Ahmad, haut dirigeant du mouvement, a déclaré avant l'ouverture des travaux que la charte "restera(it) en l'état".
[B]"Nous sommes dans la phase de libération nationale et nous avons le droit d'employer tous les moyens dans le combat pour faire cesser l'occupation, jusqu'à ce que nous ayons établi l'Etat", a-t-il dit.
Avi Dichter, ancien ministre israélien de la Sécurité publique et député du parti centriste Kadima, a déclaré que laisser la porte ouverte à la lutte armée "nous renverrait, eux et nous, des décennies en arrière".
Des analystes palestiniens soulignent qu'il serait difficile pour le Fatah de lutter avec le Hamas s'il amendait sa charte avant d'avoir trouvé un accord avec Israël sur l'établissement d'un Etat palestinien.

PREMIER CONGRÈS EN TERRE PALESTINIENNE

Ce congrès du Fatah intervient dans un contexte difficile pour la faction de Mahmoud Abbas, qui a vu le Hamas la dominer dans les urnes en 2006 avant de la chasser de la bande de Gaza par les armes un an plus tard.
Environ 400 délégués n'ont pas été autorisés par le Hamas à quitter la bande de Gaza pour se rendre à Bethléem, où une nouvelle génération est censée émerger à la tête du mouvement.
Pilier de l'Organisation de libération de Palestine (OLP), le Fatah doit théoriquement se réunir tous les cinq ans, selon ses statuts.
Mais Yasser Arafat, qui souhaitait s'épargner toute remise en cause de son autorité, n'a eu de cesse de reporter les congrès du mouvement pour diverses raisons jusqu'à sa mort en 2004. La précédente réunion avait eu lieu à Tunis en 1989.
Ce premier congrès tenu en territoire palestinien se déroule dans une école chrétienne près de la Basilique de la Nativité.
Le président de l'Autorité palestinienne s'est retiré des pourparlers de paix avec l'Etat juif après l'offensive des forces israéliennes en décembre et janvier derniers dans la bande de Gaza.
Les discussions ne reprendront que si le gouvernement de Benjamin Netanyahu accepte de geler les activités de colonisation, a déjà prévenu Mahmoud Abbas, soutenu en ce sens par les Etats-Unis et l'Europe.

"Nous espérons que nos voisins nous permettrons d'arriver à la paix pour construire l'avenir de notre Etat qui vivra aux côtés de leur Etat dans la paix et la sécurité", a dit Mahmoud Abbas à la veille du congrès.

DZone
04/08/2009, 16h10
http://www.algerie-dz.com/forums/images/icons/icon13.gif Réuni en congrès, le Fatah n'exclut pas la lutte armée
Je ne comprends pas pourquoi tu mets ton pouce vers le bas (http://www.algerie-dz.com/forums/images/icons/icon13.gif)???
C'est la menace envers l'entité sioniste ou bien , c'est le fait de demander l'autorisation à l'occupant pour faire le congrés du Fatah qui te dérange ???

Cell
04/08/2009, 16h15
C'est la menace envers l'entité sioniste ou bien , c'est le fait de demander l'autorisation à l'occupant pour faire le congrés du Fatah qui te dérange ???

je crois que c'est les deux , c'est un peu contradictoire de menacer quelqu'un et de le supplier à la fois.

rodmaroc
04/08/2009, 16h26
je le comprend,il doit etre ferme pour regagner en popularité...

TAGHITI
04/08/2009, 16h38
croyez-vs que ce Abbas a dû marchander et discuter les gandes lignes de son discours avec Netanhayou avant de le dire, du genre, "laisses-moi dire des bêtises pour donner de la crédibilité á mon khorti:razz:, car avec toutes les accusations qui pèsent sur moi, surtout venant de Kaddoumi concernant l'assassinat de Arafat, j'aurais des problèmes pour faire avaler mon khorti!"

Et Netanhayou qui lui réponds, "mais bien sure Bouby, tu connais la régle et les limites, vas-y!, mais n'abuses pas, car moi aussi je dois rendre des comptes á mes Citoyens suite á tes menaces":lol:

sako
04/08/2009, 17h18
Je ne comprends pas pourquoi tu mets ton pouce vers le bas (http://www.algerie-dz.com/forums/ima...ons/icon13.gif)???
C'est la menace envers l'entité sioniste ou bien , c'est le fait de demander l'autorisation à l'occupant pour faire le congrés du Fatah qui te dérange ???


Un mouvement révolutionnaire ne menace pas, il agit. Pour Israël, ce congrès est un pétard mouillé, au mieux il fournira au mossade le fichier « mise à jour » de tous les nouveaux activistes palestiniens.

La moitié des 2000 délégués de l’OLP qui sont en Syrie, Liban et d’autres pays Arabe n’ont pu rejoindre BETHLEEM qu’après la bénédiction et la « faveur » d’Israël, les membres du Fatah de Gaza n’y avaient pas droit.

Israël veut couper La Cisjordanie de Gaza, Sharon en a rêvé, Abbas l’a fait. à force de tirer à boulet rouge sur le Hamas, ce dernier finira un jour par déclarer unilatéralement de création d’un Etat palestinien à GAZA.

absent
05/08/2009, 00h50
Réuni en congrès, le Fatah n'exclut pas la lutte armée

ce serai une grave erreur politique, le Fatah n'a aucune chance face à l'une des armées les plus puissante du monde, mieux vaut une voie plus louable comme la negociation. La palestine n'a jamais autant avancée que durant les pourparlers par contre elle gagne rien en usant de violence et de guerre. il faut le reconnaître. il vaut mieux attendre (en se preparant) que l'insupportable gouvernement de netanyahou degage...

nedjmala
06/08/2009, 04h28
...M Mahmoud ABBAS a parlé, à son peuple et au monde, et toujours aussi peu d'une réponse au souhait de tous... parfois on pourrait penser, tel un otage parmi les autres, qu'il lui soit accorder un peu plus de "liberté", un peu plus de souffrance, un peu moins d'état... il reste remarquable à dire, face à l'une des dernières "colonisations" mondiale et l'histoire s'en poursuit, qu'il faille rétablir un sens honorable et humain depuis les circonstances déclinantes de chaque instants internes ou externes ayant fait vivre et dérivés bien plus qu'un peuple... soutenir et défendre un avenir n'a pas de prix certes, mais convenir et affirmer qu'il soit du même type que son malheur ne vaut pas plus que toutes les injustices déjà, toujours, encore, injustifiées, comme d'ajouter en force des mots et de la paix encore plus belle, toujours plus riche, souvent plus rare, quelle Histoire se retient de l'avoir toujours défendue ou protégée, comme par instinct, pour qu'elle puisse s'endormir ou s'éveiller de ses nuits,de ses matins, et longtemps, de chaque être... quelqu'un, quelques uns, empêcheraient-ils la vie et l'évolution sous le regard de tous et depuis si longtemps sans ne rien ne dire, sans ne rien faire, ou même sans ne rien penser,... difficile d'être humain, otage et vivant pour le croire, même le topic se met au diapason des tourbillons moyen-orientaux, et, même si il est vrai et encore plus difficile de chercher à se mettre à sa place, l'idée modeste et parcourue demeure néanmoins relative et constructive par delà bon nombre de contradictions continuelles... les rencontres supposées de 2 situations en ordre égale et statutaire d'une position donnée peut s'établir à l'image d'une double positivité comme d'une double négativité, trop de + ou trop de - se somment d'apparaître souvent d'une forte ou d'une grande instabilité,... l'équilibre du + et du - suggère qu'il soit égal de définir la valeur de chaque signe et qu'il soit pourvu à chacun d'eux les lieux, les sens et les liens de l'autre pour que tous puissent vivre de s'ajouter les valeurs communes et entendues d'une différence inexplorée... les nouvelles tendances politiques et dirigeantes d'ici ou d'ailleurs, d'hier et d'aujourd'hui, sont invitées à toutes formes d'améliorations concernant l'équilibre des signes et leurs devenirs, pas plus ni moins...merci

Cookies