PDA

Voir la version complète : Le pétrole déboussolé après la hausse des stocks hebdomadaires US


nacer-eddine06
05/08/2009, 19h08
Londres (awp/afp) - Les prix du pétrole évoluaient en ordre dispersés, mercredi en fin d'échanges européens, comme déboussolés par les inquiétudes sur le déséquilibre entre l'offre et la demande, avec une nouvelle remontée des stocks américains cette semaine.

A 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre prenait 22 cents par rapport à la clôture de mardi, à 74,50 dollars, sur l'InterContinental Exchange (ICE).

A la même heure, le brut léger texan (WTI) pour la même échéance cédait 32 dollar à 71,10 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

Le baril de brut texan avait bondi sur les trois dernières séances de plus de 8 dollars, le Brent de 4 dollars à Londres. Après cette remontée spectaculaire, les attentes accrues d'une hausse des stocks ont provoqué des prises de bénéfices.

Ces prévisions ont été confirmées par des chiffres montrant que les stocks de pétrole brut ont davantage progressé que ce qui était escompté la semaine dernière aux Etats-Unis, tandis que les stocks d'essence ont bien moins reculé que prévu, selon le département américain à l'Energie (DoE) mercredi.

Les réserves américaines de brut ont progressé de 1,7 million de barils, à 349,5 millions lors de la semaine achevée le 31 juillet, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 500'000 barils seulement.

Ces réserves avaient déjà augmenté de plus de 5 millions de barils la semaine précédente, mettant fin à sept semaines consécutives de repli.

Elles sont désormais supérieures de 18,4% à leur niveau de l'an dernier et restent "au-dessus de la limite haute de la fourchette moyenne (de variation) pour cette période de l'année", a précisé le DoE.

Autre événement pour les marchés, la dernière réunion du régulateur américain, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), qui a multiplié les auditions pour déterminer si des limites spéculatives devaient être fixées pour les matières premières notamment énergétiques, tandis que son équivalent britannique, la FSA, se réunissait à Londres.

"Ces rencontres seront suivies attentivement afin de voir si plus de clarté se dégage sur ce sujet. La simple perspective d'une régulation, associée au manque de transparence sur la façon de faire, a eu pour résultat de mettre la pression sur la cote du WTI et toute intervention inopportune pourrait provoquer des accès de volatilité en raison de retrait de liquidités" ajoutaient les analystes de Barclays Capital.

En outre, les marchés revenaient à la baisse après des indicateurs américains, dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi américain vendredi.

Mercredi, les chiffres de l'enquête ADP ont inquiété le marché : si le secteur privé aux Etats-Unis a détruit 371'000 emplois en juillet, soit nettement moins que le mois précédent, le chiffre de juillet est revanche supérieur à celui que prévoyaient les économistes, qui tablaient en moyenne sur 350'000 destructions de postes.

Par ailleurs, la baisse de l'activité dans les services aux Etats-Unis a montré une accélération en juillet, avec un indice descendu à 46,4 points, selon l'indice des directeurs d'achats publié lundi par l'association professionnelle ISM.

Cet indice, en progression les trois mois précédents, a reculé de 0,6 point par rapport à juin, alors que les analystes l'attendaient à 48,0 points. L'indice est sous les 50 points, seuil marquant la limite entre contraction et croissance de l'activité, depuis octobre.

Point positif toutefois, les commandes industrielles aux Etats-Unis ont augmenté en juin, leur troisième mois de hausse d'affilée.

Le dollar, valeur refuge par excellence, revenait à la hausse après son plus bas depuis dix mois atteint lundi. Ce regain continuait d'éloigner les investisseurs des matières premières libellées en dollars et refuges anti-inflation.

rp

(AWP/05 août 2009 18h30)

Cookies