PDA

Voir la version complète : Rafale de contrats industriels pour Sarkozy au Brésil


gdesmon
08/09/2009, 21h14
Le 08 septembre 2009 par Matthieu Maury L Usine Nouvelle

Outre la première vente à l’export du Rafale de Dassault, le président français ramène de sa visite à Lula des contrats pour GDF Suez, Alstom, DCNS et Sanofi-Aventis.

Avantage nucléaire à GDF

Suez. Areva et GDF Suez faisaient tous deux partie du voyage, c’est pourtant le second qui emporte la part de gâteau nucléaire brésilien. Le gazier français a signé un accord de coopération avec les groupes brésiliens Eletrobras et Eletronuclear sur le partage d'informations et d'expérience en vue de la poursuite du programme nucléaire dans le pays. Les travaux de coopération porteront sur les conditions de succès d'un programme nucléaire : exploitation des centrales, technologie et conception, mécanismes de propriété, contrôle et financement, etc. « GDF Suez a l'intention de mettre à profit son expérience de premier plan dans l'exploitation de centrales nucléaires, en maintenant sa présence en Europe et en se développant sur des marchés clés comme le Brésil, où il est déjà le premier producteur privé d'électricité avec 7 500 MW installés et 4 490 MW en construction », a déclaré Gérard Mestrallet, PDG du groupe.

Alstom :

140 M€ pour le tramway de Brasilia. En consortium (baptisé Brastram) avec les entreprises brésiliennes TC/BR, Mendes Jr et Via, Alstom décroche la phase 1 du tramway de la capitale du Brésil. La part revenant à l’industriel français s’élève à près de 140 millions d’euros. Le projet comprend la fourniture de 16 rames Citadis et la construction d’une voie de 8 km, dont 1,2 km avec la technologie APS (alimentation par le sol, sans caténaires). Alstom fournira aussi à Brasilia les systèmes d’alimentation électrique, de télécommunication et de distribution de tickets. En juillet, le groupe dirigé par Patrick Kron avait déjà raflé un contrat de 48 voitures et la modernisation du système de signalisation du métro de Brasilia.

DCNS :

les contrats détaillés des sous-marins bouclés. Après le contrat principal conclu le 23 décembre 2008 dans le cadre de l’accord de coopération stratégique de défense entre le Brésil et la France, les deux pays ont paraphé les contrats détaillés. Détenue à 41 % par DCNS et à 59 % par son partenaire brésilien Odebrecht, la coentreprise Itaguaï Construções Navais réalisera les quatre sous-marins conventionnels (dont la première mise en service est prévue pour 2017), sous l’autorité de conception du groupe public hexagonal. Celui-ci assurera aussi la maîtrise d’œuvre et livrera de nombreux équipements. Dans le cadre d’un transfert de technologie, la Marine et l’industrie de défense brésiliennes participeront au développement et à la réalisation de plusieurs systèmes et matériels. DCNS apportera son assistance pour le design de la partie non nucléaire du premier sous-marin à propulsion nucléaire brésilien, également réalisé par la coentreprise. Enfin, l’industriel français fournira une assistance à maîtrise d’ouvrage à Odebrecht pour la réalisation du chantier de construction navale (où seront produits les 5 sous-marins) et d’une base navale pour la Marine brésilienne.

Sanofi-Aventis :

18 millions de vaccins contre la grippe A. Le ministère brésilien de la Santé commande 18 millions de doses du vaccin contre le virus de la grippe A(H1N1) à Sanofi-Pasteur, la division vaccins du groupe pharmaceutique français. Le contrat, dont le montant n’a pas été révélé, comprend également la livraison optionnelle de 15 millions de doses, au cas où l’OMS demande aux fabricants de basculer de la production du vaccin saisonnier destinée à l’hémisphère Sud vers celle du vaccin contre la pandémie de grippe A. Le vaccin sera produit sous forme de vrac (17 millions de doses) par Sanofi sur ses sites de Swiftwater (Pennsylvanie) et de Val-de-Reuil (Eure). Son partenaire brésilien de longue date, l’Institut Butantan, procèdera à la formulation finale (1 million de doses), au remplissage et au conditionnement à Sao Paolo. Il se chargera aussi de la distribution, selon les directives des autorités brésiliennes de santé.

Cookies