PDA

Voir la version complète : Festival national de la chanson chaabie au TNA d'Alger


morjane
12/09/2009, 16h56
Comme à l’accoutumée, c’est le Théâtre national algérien qui a abrité, jeudi dernier et pour la quatrième année consécutive, l’ouverture officielle du Festival national de la chanson chaabie qui en est à sa 4ème édition dédiée cette année au défunt Hadj Mrizek. A cette occasion, nombreux ont été les spectateurs férus de cette musique algéroise avec l’espoir de passer un agréable moment en compagnie des plus grands noms.

Dans une brève allocution, le commissaire général du festival, le musicologue Abdelkader Bendameche, a mis en exergue l’importance de cette manifestation culturelle, placée sous le signe «le savoir et la connaissance», tout en rappelant ses objectifs, à savoir «la sauvegarde et la perpétuation de ce patrimoine ancestral et la découverte des jeunes talents». M. Bendameche a, par ailleurs, rappelé les étapes préliminaires de la 4ème édition de ce festival qui ont débuté dès le mois de mars 2009 avec plusieurs présélections ayant abouti à la demi-finale qui a eu lieu à Sétif, à Mostaganem et à Alger, épreuve ayant coïncidé dans la capitale avec le 2ème Festival culturel panafricain. De ce fait, 30 candidats seulement ont été retenus pour cette finale.

Il cédera par la suite la scène au jeune Aït Kaci Zoheir, le premier à concourir, vêtu d’une belle tenue traditionnelle algéroise. Il interprétera Sallallah ‘al mahi dont le texte poétique est signé de Kaddour Ben Achour Ezzerhouni (1850-1938). Le second candidat venu de Béjaïa, le jeune Bourai Belkacem, encouragé par son ami Hssinou (2ème prix du FNCC 2008), nous a interprété Kezna essaghira dont le texte est de Sidi Lakhdar Benkhelouf. Le 3ème candidat créera la surprise puisque ce n’est autre que la belle Mostaganémoise Hind Abdellali, âgée de 24 ans, qui chantera Manourak ‘alam belfdjar du poète Benmesayeb.

Tandis que Mohamed Koulali a opté pour les chansons en tamazight Tamziou (Ma jeunesse), écrite par Kamel Hamadi et interprétée dans le passé par El Hadj M’Hamed El Anka, et Madhi m’den idyoussen (Beaucoup de monde est venu). Le public composé essentiellement de connaisseurs et d’amoureux du chaabi a eu également droit pendant la deuxième partie de la soirée au passage des lauréats des éditions précédentes, en l’occurrence Charef Mohamed Reda (1er prix 2006), Bourouba Abdelhak (1er prix 2007) et Benyeghzer Youcef (1er prix 2008). De l’authenticité et du savoir-faire, tels sont les caractéristiques de cette soirée organisée dans un lieu mythique. Le commissariat, de son côté, a vraiment fait preuve de bon goût si l’on se fie au décor installé sur scène. Des tapis orientaux pour une ambiance qaada avec un grand orchestre dirigé par Cheikh Enamouss.

Le spectacle qui a débuté par une prestation de zorna dans la pure tradition algéroise a très vite plongé le public dans l’ambiance. En outre, le compte à rebours a commencé pour les 30 candidats qui aspirent tous à décrocher le grand prix. Rappelons que la 4ème édition du Festival national de la chanson chaabie se déroulera jusqu’au 16 septembre. Entrée libre.

Par La Tribune

Cookies