PDA

Voir la version complète : Record historique de la production du blé


riad020
15/09/2009, 02h21
M. Akhennouch: Record historique de la production céréalière avec 102 millions de qx


Rabat, 14/09/09- La production céréalière au Maroc a enregistré un "record historique" de 102 millions de quintaux lors de la campagne agricole actuelle, a déclaré lundi le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhennouch.

http://www.map.ma/fr/sections/economie/la_production_cereal/downloadFile/photo/Akhannouch-M.jpg

"L'agriculture marocaine a connu une campagne pour le moins exceptionnelle avec 102 millions quintaux qui est un record historique de la production céréalière au Maroc", a affirmé le ministre qui était l'invité de la chaîne de télévision "2M" dans son journal du soir.
De leur côté, les produits des autres filières se sont "bien comportés" tels les agrumes, les olives, les fruits et légumes, les viandes rouges et blanches, a-t-il ajouté.
Le ministre a expliqué que plusieurs facteurs ont contribué à obtenir ces résultats, citant entre autres une bonne pluviométrie qui a concerné l'ensemble du territoire national, le doublement de l'utilisation des engrais, ainsi que la présence de l'Etat à travers le Plan Maroc vert qui ambitionne de doubler la production nationale d'ici 10 ans.
Concernant les préparatifs de la prochaine saison agricole, il a relevé que plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour l'augmentation de la production agricole, notamment les semences qui seront accessibles à des prix "très compétitifs", et l'encouragement de la mécanisation à travers un objectif de 7 tracteurs pour 1000 hectares, "qui est le minimum défini par la FAO", a-t-il dit.
A cela il faut ajouter la situation des barrages à utilisation agricole qui sont remplis à hauteur de 73 pc, a-t-il poursuivi.
Après avoir rappelé la nouvelle approche du ministère visant à promouvoir les différentes cultures, M. Akhennouch a indiqué que la mise en place de l'Agence de développement agricole (ADA) a pour objectif principal d'encourager l'investissement dans le secteur en vue de rendre performante l'agriculture marocaine et d'améliorer son rendement.

riad020
15/09/2009, 02h24
I- PRODUCTION ET UTILSATION DES CEREALES AU MAROC

I.1 Importance des céréales

Les céréales et leurs dérivés jouent un rôle nutritionnel, social et économique indéniable. En effet, la consommation moyenne annuelle en céréales est estimée à plus de 200 kg par habitant. Elles fournissent environ 2/3 des besoins énérgétiques et 70% des apports protéiques dans une ration alimentaire moyenne. Les céréales représentent 25% des dépenses alimentaires. Dans l'alimentation animale, les céréales, la paille et le son couvrent 40% des besoins totaux en unités fourragères.
Elles donnent lieu à 40% des occasions de travail offertes par le secteur de la production végétale. En outre, elles constituent 30% du Produit Agricole Intérieur Brut et 45% du total des importations alimentaires. Ainsi, le commerce des céréales et de leurs dérivés conditionnent l'activité économique générale du pays. I.2 Surfaces cultivées

Les céréales représentent la première spéculation au Maroc. Cette place de choix est révélée par l'importance des superficies qu'elles couvrent et qui atteignent 5,3 millions ha. Cette superficie s'est accrue de 23% par rapport à ce qu'elle était pendant les années 70. Actuellement, les céréales occupent 70% des superficies cultivées par an (Tableau I.1). L'orge, le blé tendre, le blé dur et le maïs constituent le lot des céréales principales. Les céréales dites secondaires comprennent le riz, l'avoine, l'alpiste et le sorgho.

Les conditions climatiques par leur caractère très aléatoire conditionnent énormément la production annuelle en céréales.
En effet 90 % des surfaces cultivées en céréales sont situées dans les régions à agriculture pluviale et la moitié de ces surfaces sont localisées dans les zones arides et semi-arides. Une superficie d'environ 300.000 ha se situe dans les périmètres irrigués. D'un autre côté un grand nombre de petites exploitations à superficies parfois morcelées et difficles d'accès. I.3 Productions céréalières

La production moyenne en céréales entre 1988 et 1992 est estimée à 65.106 qx. Compte tenu de l'effet des variations climatiques cette production a connu un minimum de 27 millions qx en 91-92 et un maximum de 94 millions qx en 93-94. Parmi les céréales principales, la production occupent une place dominante car elle représente 40% de la production céréalière totale. L'intensification de la culture de blé tendre a permis de multiplier par 5 la production de cette spéculation par rapport à ce qu'elle était pendant les années 70.

Les efforts déployés pour accroitre les superficies en céréales et améliorer les rendements se sont traduits par une augmentation de la production moyenne anuelle en céréales qui est ainsi passée de 40 millions pendant les années 70 à environ 60 millions actuellement (Tableau I.2).
Le rendement moyen des céréales qui était de 13 % pendant les années 70 et 80 reste modeste dans les zones à agriculture pluviale ou irriguée. Ceci est attribué à plusieurs facteurs: des exploitations réduites, morcelées et enclavées, les aléats climatiques, des moyens financiers limités des agriculteurs, un encadrement et une organisation faible de ces derniers. La demande prévisible en ceréales vers l'an 2020 est estimée à 124 millions qx. Grace à l'augementation des superficies emblavées en céréales et à l'amélioration des rendements et l'apport potentiel de l'irrigation, lespremières estimations admettent que la production en 2020 atteindra 120 millions qx (DPV, ONICL, 1995). Pour atteindre cet objectif, les prévisions admettent une pluviomètrie ordinaire, un accroissement des superficies irriguées, une amélioration des conditions de financement des agriculteurs, poursuite des programmes de recherche et de vulgarisation, amélioration des circuits de commercialisation, instauration d'un système d'assurance vis à vis des aléats climatiques.

Cookies