PDA

Voir la version complète : Treize lycées pour Tizi Ouzou durant ce quinquennat


morjane
24/12/2005, 11h14
Le ministre de l'Education nationale, Boubakeur Benbouzid a profité de sa visite d'inspection dans la wilaya de Tizi Ouzou pour annoncer les bonnes nouvelles. Treize lycées sont annoncés durant ce quinquennat. L'un est annoncé des 2006, sept pour 2007 et six autres seront programmés pour 2008 et 2009. Le ministre a aussi indiqué que tous les enfants algériens seront scolarisés dès l'age de 5 ans et ce dès 2007, de même il a aussi affirmé sa volonté de voir tous les établissements scolaire se doter de l'outil informatique.

==

Le ministre de l’Education nationale, M. Boubekeur Benbouzid, était ce mardi à Tizi Ouzou pour une visite de travail et d’inspection. Plusieurs projets et établissements scolaires ont été inspectés dans une dizaine de localités. A Draâ El-Mizan d’abord, M. Benbouzid a examiné l’avancement des travaux de réalisation d’une école fondamentale, démarrés en décembre 2004.

Le projet, qui devait être livré au cours de ce mois, ne sera finalement prêt qu’en février 2006. Cela suite à l’intégration de nouvelles infrastructures comme un terrain de sports et une cantine scolaire. Ce CEM sera d’une capacité de 840 places pédagogiques.

Durant son entretien avec les responsables de la commune, qui ont proposé l’implantation d’un lycée dans la localité, le ministre a déclaré que la wilaya de Tizi Ouzou bénéficiera d’un quota de 13 lycées pour ce quinquennat. L’un d’eux sera réalisé en 2006, six sont inscrits pour l’année 2007, tandis que les six autres seront programmés pour 2008 et 2009.

M. Benbouzid a insisté en outre sur la nécessité de doter tous les établissements scolaires, tous paliers confondus, de matériels informatiques et Internet avant la fin de l’année en cours. Sur un autre volet, le premier responsable de l’éducation a déclaré que tous les enfants algériens seront scolarisés à cinq ans, à partir de l’année 2007.

Les 13 écoles primaires fermées dans la wilaya au cours de l’année 2005 seront destinées au préscolaire que le ministre compte généraliser dans les plus brefs délais. A Aït Yahia Moussa, le ministre s’est arrêté sur les lieux de réalisation d’un nouveau lycée dont les travaux sont encore à la phase de démarrage.

Le coût de cette infrastructure d’une capacité de 1 300 élèves s’élève à 22 milliards de centimes. En écoutant les explications fournies, le ministre déclara tout simplement que ce lycée était le plus cher d’Algérie. Selon les propos des responsables de la wilaya, le relief accidenté de cette localité est à l’origine de la cherté du projet, puisque des aménagements du sol se sont imposés.

L’autre halte a eu lieu à Assi Youcef dans la daïra Boghni où l’on prévoit l’implantation d’un nouveau lycée qui désengorgera le lycée de Boghni. Ce dernier compte actuellement des effectifs élevés allant parfois jusqu’à 50 élèves par classe.

Cet établissement sera concrétisé au même coût que celui d’Aït Yahia Moussa, soit 22 milliards de centimes. «Vous êtes en train de battre des records», affirma alors le ministre, qui a précisé que dans toutes les wilayas du pays, les lycées se construisent avec un maximum de 13 à 14 milliards.

Devant un tel état de fait, le ministère des Finances sera saisi pour participer au financement des établissements, puisque l’Education nationale ne pourra pas à elle seule assumer les frais. En plus du budget, un problème de terrain est posé.

En effet, le propriétaire de l’assiette où le projet doit être implanté a déclaré devant le ministre qu’il a été dépossédé de son terrain par force et que depuis l’année 2001 il n’a pas été indemnisé. M. Benbouzid a demandé alors de prendre le problème en charge et de régler cette situation pour permettre l’avancement des travaux du projet et sa livraison en septembre 2006.

Le P/APC d’Assi Youcef a soulevé un autre problème, à savoir l’absence de chauffage au niveau du CEM de cette localité. Les autorités de la wilaya ont alors reçu l’instruction de débloquer une somme de trois millions de dinars pour l’installation des appareils de chauffage dans cet établissement.

Un autre budget entre 15 et 16 milliards de centimes sera réservé à l’adduction de l’eau potable et à l’ouverture d’une cantine. Dans la commune d’Aït Khellili, daïra de Mekla, le ministre de l’Education nationale a inauguré une école fondamentale qui est opérationnelle depuis octobre 2005.

Les enseignants ont soulevé à l’occasion certains problèmes, notamment l’absence de demi-pension et de terrain de sports, ainsi que le manque de personnel éducatif. Le ministre a promis de palier ces insuffisances et d’ouvrir de nouveaux postes budgétaires, dont deux pour l’enseignement de la langue amazighe.

Sur ce point, M. Benbouzid a déclaré que la wilaya de Tizi Ouzou a bénéficié de 100 nouveaux postes pour l’enseignement de cette langue. Le CEM compte actuellement 525 élèves issus de 11 villages de la commune d’Aït Khellili. La délégation s’est rendue par la suite à Yakouren pour inspecter les travaux de réalisation d’un CEM, avant de se diriger vers Tadmaït où elle a inauguré un autre établissement d’enseignement fondamental.

Ce n’est qu’après, que le ministre s’est rendu au chef-lieu de wilaya, précisément au marché de gros qui sera transformé en site urbain. On prévoit, en effet, la réalisation d’un lycée, d’une mosquée, de logements et d’espaces verts.

Le terrain réservé au lycée s’étalant sur 800 hectares est jugé insuffisant pour la construction d’un grand lycée par le ministre qui a demandé l’élargissement de l’assiette. Au lycée Mouloud-Feraoun, touché par le séisme, ce sont les travaux de réhabilitation qui ont été inspectés, avant de passer au lycée polyvalent, dernier point de la visite.

Là, M. Benbouzid a recommandé une étude géotechnique approfondie du sol, qui sera transmise au chef du gouvernement. Une démarche qui permettra de bénéficier d’un budget consistant et d’assurer une meilleure restauration de ce lycée menacé par un glissement de terrain depuis plusieurs années.

Source: Le Jeune Indépendant

Thirga.ounevdhou
24/12/2005, 16h54
C'est une bonne nouvelle, et elle est reellement dans le besoin.

Merci pour l'info.

sharrkan
24/12/2005, 21h41
Ceci prouve que le monde algerien progresse, car un pays n est juger qu a travers l educatuion et la sante en premier lieu, l education attenue la violence et autres phenomene.
Un peuple cultive, c erst un peuple qui avance.
Je souhaite la creation de grandes bibliotheques dans les villes et viollages pour amortir la connaissance et le savoir des enfants algeriens.

Cookies