PDA

Voir la version complète : Pas de hausse du prix des sodas d'Hamoud Boualem en Algérie


morjane
15/09/2009, 14h25
En Algérie, Hamoud Boualem a décidé de ne pas revoir à la hausse les tarifs de ses sodas suite à l’envolée du prix du sucre sur le marché international. Cette démarche, que l’entreprise s’est imposée depuis une année, entre dans le cadre d’une stratégie marketing spécifique.

En automne 2008, la crise mondiale du sucre obligeait les professionnels de l’agroalimentaire à revoir à la hausse les tarifs de leurs produits pour des raisons de rentabilité. Les producteurs de sodas et de jus n’échappent pas à cette logique et imposent une majoration de 5 DA. Tous, sauf… Hamoud Boualem, le limonadier algérien. «Les contrecoups financiers sur notre marge bénéficiaire sont importants, mais c’est un choix que nous assumons totalement. Notre objectif principal est d’offrir à notre clientèle des produits de grande qualité au meilleur prix.

La bouteille de 1 litre de Hamoud est toujours proposée à 30 DA», explique Lyamine Lerari, directeur des approvisionnements et porteparole de Hamoud Boualem, à l’occasion d’une visite du siège historique de la marque à la rue Hassiba-Ben Bouali. Lyamine Lerari se veut toutefois réaliste. «Nous avons réussi à stabiliser nos prix durant une année mais il n’est pas dit que nous pourrions maintenir ce rythme ces prochains mois. Nous suivons de très près l’évolution des cours du sucre. Tout dépendra donc du marché. L’essentiel pour nous étant de satisfaire notre clientèle en été et, surtout, durant le mois de Ramadan», note-t-il.

Outre la qualité et les prix, Hamoud Boualem est aujourd’hui dans l’obligation d’augmenter sa production pour «satisfaire sa clientèle».

«Nos quatre unités (Hassiba-Ben Bouali, Les Eucalyptus, Boudouaou et Oran) produisent en moyenne un million de litres de soda par jour. Nous devons toutefois faire face à une demande estimée à 2 millions de litres par jour. Nous prévoyons d’atteindre cet objectif avec l’ouverture de l’usine d’embouteillage de Chelghoum-Laïd (wilaya de Mila) et le lancement de nouvelles lignes de production dans nos autres unités.

Aujourd’hui, Hamoud Boualem produit au centre et à l’ouest du pays, nous devons donc d’être présents également dans la région est où la demande est importante.» En fait, la demande en sodas HB ne provient pas seulement d’Algérie mais aussi de l’étranger.

«Hamoud Boualem est présent dans de nombreux pays d’Europe, notamment en France et Angleterre où nos boissons ont été adoptées par une large clientèle. C’est également le cas en Amérique du Nord, notamment au Canada où réside une forte communauté algérienne. Les pays arabes représentent, eux aussi, un excellent marché.

Mais nous devons reconnaître que nous éprouvons des difficultés à approvisionner nos clients à l’export du fait de la faiblesse de notre production. Voilà pourquoi nous stoppons toute opération d’exportation durant l’été et le mois de Ramadan. Priorité aux clients nationaux», souligne Lyamine Lerari. Et qu’en est-il de l’avenir de la boisson au lion ? «Des nouveautés, énormément de nouveautés», assure le porteparole de Hamoud Boualem. «Notre département recherche et développement a mis au point de nouveaux produits. Nous devons augmenter nos capacités de production avant toute opération de commercialisation. »

Cookies