PDA

Voir la version complète : Orascom Telecom autorisé à transférer 50% des dividendes de sa filiale algérienne


rachid75
16/09/2009, 04h30
Par sonia lyes , le 15/09/2009 | réactions : 1

L'opérateur égyptien Orascom Telecom a annoncé, mardi 15 septembre, dans un communiqué avoir obtenu l'accord des autorités algériennes pour transférer 50% du total des dividendes générés en 2008 par sa filiale algérienne OTA . Le groupe égyptien a obtenu le quitus fiscal délivré par la Direction des grandes entrepreneurs (DGE) des Impôts. Le montant qui sera transféré avoisine 257 millions de dollars, selon Orascom Telecom. Le solde des dividendes devrait être transféré prochainement une fois que la DGE aura délivré les documents nécessaires, ajoute le groupe égyptien. Selon les nouvelles dispositions en Algérie, l'obtention d'un quitus fiscal est obligatoire avant toute opération de transfert de devises à l'étranger.

Orascom Telecom n'a fourni aucune explication à ce changement d'attitude des autorités algériennes à son égard. A Alger, le dossier continue également d'être géré dans l'opacité la plus totale. Aucun responsable des Impôts ni du gouvernement n'a répondu aux accusations du groupe égyptien.

Le 25 août, à l'occasion de la présentation de ses résultats semestriels, le groupe égyptien avait indiqué avoir échoué à obtenir les autorisations nécessaires des autorités algériennes pour le transfert des dividendes issus des 580 millions de dollars de bénéfices annuels de sa filiale OTA. Orascom Telecom avait fait état de son incompréhension face à l'attitude des autorités algériennes.

C 'est la première fois depuis depuis son implantation en Algérie en 2001 que le groupe égyptien fait état de difficulté avec les autorités algériennes. Des difficultés qui seraient liées directement à l'affaire de la vente des cimenteries algériennes d'Orascom au groupe français Lafarge. Une transaction conclue en 2007, sans l'aval des autorités algériennes. Le gouvernement algérien reproche également à l'opérateur égyptien sa politique de désinvestissement : Orascom Telecom a réduit fortement ses investissements en Algérie.

rachid75
16/09/2009, 04h33
L'homme de l'ombre de cette institution n'est que Said bouteflika,une autre affaire Khalifa qui verra le jour dés la disparition de bouteftef.

Cookies