PDA

Voir la version complète : Le Bahrein est la cinquième économie la plus stable du monde


zek
16/09/2009, 15h38
Le Rapport de Compétitivité Mondial 2009-2010 publié par le Forum Economique Mondial révèle que le Bahreïn est aujourd’hui la cinquième économie la plus stable du monde. Le Rapport souligne également les progrès significatifs du Royaume réalisés en faveur de la santé, de l’éducation, de la formation et de règlementation du marché du travail.

L’environnement macroéconomique du Bahreïn est présenté comme une force déterminante pour le pays, qui occupe désormais la cinquième place dans le classement des économies les plus stables du monde (contre la vingtième place en 2008). Le marché du travail du Royaume est classé 35ème sur 133 pays, contre 64ème l’année dernière. La santé et l’enseignement primaire et secondaire obtiennent la 37ème place du classement (45ème en 2008), et l’enseignement supérieur et la formation professionnelle occupent désormais la 48ème place, contre la 54ème en 2008. Le poids des secteurs primaires et secondaires (respectivement 20% et 18% de l’économie nationale) et les infrastructures de pointe, en particulier dans le domaine portuaire et du transport aérien, sont également mis en avant en tant que points forts du Royaume.

« Les conclusions du rapport font valoir les mesures prises pour renforcer la prospérité à longterme du pays et les engagements du gouvernement pour créer un environnement économique attractif pour des entreprises internationales cherchant à pénétrer les marchés du Golfe en pleine croissance », selon Sheikh Mohammed bin Essa Al Khalifa, Directeur général du Conseil de Développement Economique du Bahreïn (EDB). Sheikh Mohammed est en ce moment-même en Chine, où il a pris la parole lors du Forum de Davos d’été au cours duquel le rapport a été publié.

Le Golfe est en passe de devenir un seul et unique marché ; une région de croissance à considérer avec la même attention que les géant que sont la Chine et L’Inde. Accéder à ce marché par un point d’entrée unique n’a jamais été aussi simple et aussi rentable. Au Bahreïn nous avons beaucoup investi dans les infrastructures et dans la formation de notre main d’oeuvre afin d’optimiser notre position stratégique de porte d’entrée sur le Golfe qui, soutenu par notre expérience, notre régulation solide et efficace et nos faibles coûts d’exploitation, offrent aux entreprises internationales une base attractive pour faire des affaires au Bahreïn d’une part, et depuis le Bahreïn avec les autres pays du Golfe d’autre part.

Stabilité macroéconomique : Le Bahreïn a pris un certains nombre de mesures conçues pour préserver et stimuler la prospérité que Royaume connaît et encourage depuis de nombreuses années. Celles-ci comprennent une politique financière prudente, une stratégie de diversification à long-terme et un environnement réglementaire reconnu avec pour exigence de satisfaire les normes de qualités les plus élevées. Cette approche est désormais inscrite dans le rapport Bahrain’s Vision 2030 et dans la Stratégie Economique Nationale, ayant tous deux pour vocation de maintenir des conditions optimales pour favoriser les affaires et les investissements étrangers et dont le but ultime est d’élever le niveau de vie de tous les Bahreinis en créant toujours plus d’opportunités en leur faveur.

Infrastructures : La situation géographique unique du Bahreïn en fait une plateforme florissante pour les entreprises souhaitant effectuer des transports logistiques multimodaux par la mer, les airs ou la terre. Le royaume offre un accès routier aux économies en plein essor du Golfe, dont un pont des 25kilomètres vers l’Arabie Saoudite et un nouveau pont actuellement en construction qui reliera le Bahreïn au Qatar. De nouveaux développements comme la Bahrain Logistic Zone (BLZ) et le port Khalifa Bin Salman (KBSP) viennent renforcer les atouts du Royaume en matière d’accessibilité. De même, le Royaume prévoit de tripler la capacité de chargement actuelle de l’aéroport international de Bahreïn pour atteindre un million de tonnes par an, soit un niveau comparable avec l’aéroport de Londres Heathrow. Grâce à sa plateforme logistique, à son aéroport international et à son port maritime, le Bahreïn se prévaut des temps de transports les plus courts de tous les autres pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Éducation et formation : L’économie du Royaume est soutenue par la main d’oeuvre la plus productive, la mieux éduquée et la plus qualifiée du Golfe. Le Royaume a mis en place de nouvelles réformes qui permettront de continuer à améliorer le système éducatif du pays – le premier à avoir vu le jour dans le Golfe – en accord avec les besoins du secteur privé. Les récents développements ont notamment mené à la l’établissement d’une Autorité d’Assurance Qualité, à la création de l’Ecole Polytechnique du Bahreïn et du Bahrain Teachers College. L’investissement continu du Royaume dans l’éducation et la formation est au coeur de sa Vision 2030 et de sa Stratégie Economique Nationale. L’initiative The Education Project, qui aura lieu du 15 au 17 octobre dans la capital du Bahreïn Manama, sous l’impulsion de H.H. Sheikh Salman bin Hamad Al-Khalifa, Prince du Bahreïn et Président de l’Economic Development Board du Bahreïn, témoigne de l’engagement du Royaume en faveur d’un système éducation mondial plus équitable et mieux adapté aux défis du 21ème siècle : www.educationprojectbahrain.org

Travail : Le Ministère du Travail supervise actuellement une restructuration en profondeur du marché du travail bahreïni, en redéfinissant les règlements en matière de bénéfices, d’assurance, de droits de l’Homme, de commerce, de syndicats, de formation et de liberté de mobilité. Le 1er août dernier, le Royaume est devenu la première nation du Golfe à modifier son système de tutorat pour les travailleurs étrangers, posant la première pierre à une prochaine liberté de mobilité professionnelle. La nouvelle « loi de mobilité professionnelle » rapproche le Bahreïn des normes des pays développés et fait partie d’un ensemble plus large de réformes vouées à offrir de nouvelles opportunités aux Bahreïnis et aux travailleurs étrangers. Cette évolution a reçu les encouragements d’organisations internationales donc le Human Rights Watch et L’organisation Internationale du Travail. Les classements du Rapport de Compétitivité Mondial sont basés sur l’Indice de Compétitivité Mondial (GCI) qui évalue les pays dans 12 catégories, offrant une photographie complète du paysage compétitif dans 133 pays du monde à tous niveaux de développement.

À propos du Rapport de Compétitivité Mondial du Forum Economique Mondial

Les classements du Rapport de Compétitivité Mondial sont basés sur l’Indice de Compétitivité Mondiale (GCI), développé par le Forum Economique Mondial. L’Indice de Compétitivité Mondial repose sur 12 piliers de compétitivité offrant une photographie complète du paysage compétitif dans les pays du monde évalués, tous niveaux de développement confondus. Ces piliers sont les institutions, les infrastructures, la stabilité macroéconomique, la santé et l’éducation primaire, l’enseignement supérieur et la formation professionnelle, l’efficacité du marché des marchandises, l’efficacité du marché du travail, le niveau de sophistication du marché financier, le développement technologique, la taille du marché, le niveau d’évolution commerciale et l’innovation. Les classements sont calculés à partir de données publiquement disponibles d’une part et de l’Executive Opinion Survey, une étude annuelle complète menée par le Forum Economic Mondial en collaboration avec son réseau d’instituts partenaires situés dans les pays couverts par le rapport. Cette étude est conçue pour embrasser une large gamme de facteurs ayant une influence sur le climat économique d’un pays.

À propos du Forum Economique Mondial

Le Forum Economique Mondial est une organisation internationale qui réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents à l’échelle mondiale comme régionale et de réfléchir ensemble aux solutions possibles. Devenue fondation en 1971 et basée à Genève en Suisse, le Forum économique Mondial est indépendant et à but non-lucratif ; il n’est lié à aucun intérêt politique, partisan ou national. (http://www.weforum.org).

À propos du Conseil de développement économique du Bahreïn (Bahrain Economic Development Board ou EDB) http://www.bahrainedb.com

Le Comité de développement économique du Bahreïn (EDB) est une agence publique dynamique dont la responsabilité est de formuler et superviser la stratégie de développement économique du Bahreïn. Travaillant en étroite collaboration avec les institutions gouvernementales et les entreprises du secteur privé, la mission de l’EDB Bahreïn est de soutenir et diversifier l’économie du Bahreïn en développant une stratégie en faveur d’un environnement économique moderne, qui encourage les investissements étrangers et permette au pays de se positionner comme un acteur de choix sur le marché mondial. L’EDB Bahreïn a pour vocation de contribuer à l’élévation du niveau de vie en créant de plus grandes opportunités pour les citoyens et de faire du Bahreïn le pays le plus accueillant et le plus propice aux affaires du Golfe. L’EDB Bahreïn est également le garant de la mise en place de toutes les initiatives et réformes économique du gouvernement. Ses activités se concentrent actuellement sur six secteurs économiques cibles dans lesquels le Royaume offre des avantages considérables : les services financiers, les industries en aval, tourisme, les services commerciaux, la logistique, et l’éducation et la formation.

Contact presse
Pauline Foucher

azouz75
16/09/2009, 15h50
C'est très bien, mais il faut juste ajouter qu'ils sont 500 000 sur une superficie de 700 Km², je ne pense pas que ça aurait été la même chose s'ils étaient quelques 40 millions éparpillés sur quelques 2 millions Km².

zek
16/09/2009, 19h31
La bonne gouvernance n'a rien a voir avec la distance ou alors aux Etats-Unis, ils devraient être les derniers de la liste, nous somme à l'heure d'internet et du TGV, la diligence postale ou le transport par caravane appartienne au passé.

Cookies