PDA

Voir la version complète : L’IMPACT DE L’ACCORD DE LIBRE ECHANGE -arabe- SUR LES EXPORTATIONS ALGERIENNES H.H


jawzia
17/09/2009, 16h09
L’IMPACT DE L’ACCORD DE LIBRE ECHANGE SUR LES EXPORTATIONS ALGERIENNES H.H VERS LA GZALE

Après six mois d'entrée en vigueur de la convention régissant les produits bénéficiant d'un régime tarifaire préférentiel au sein de la Grande Zone Arabe de Libre Echange - GZALE, le volume des échanges hors hydrocarbures entre les pays de la GZALE et l’Algérie est de 742,7 millions USD (693 millions USD d’importations et 49,76 millions USD d’exportations) contre 675,8 (540,61 millions USD d'importations et 135 millions USD d’exportations) au 1er semestre 2008. Nous notons ainsi une hausse de 28,2 % des importations et une régression de 63 % des exportations hors hydrocarbures.

Pour l'année 2009, le marché de l'Algérie au sein de la GZALE est à 75 % dominé par la Tunisie, le Maroc, la Libye, le Koweït, la Syrie, et les Emirats Arabes Unis. Le Maroc a occupé durant le 1er semestre 2008, la place du premier client avec une valeur de 48 millions USD pour une part de 35,8 % et a régressé à 14,4 % en 2009.

Les produits industriels exportés vers la GZALE, d'une valeur de 33 millions USD, représentent 66 % des exportations hors hydrocarbures vers cette zone et ont diminué de 69,5 % par rapport au 1er semestre 2008. Les principaux produits exportés sont notamment : Zinc et alliages de zinc ; Dérivés sulfonés ; Ciment Déchets de fer ou d'acier ; Pièces détachées de véhicules.

Concernant les produits manufacturés, les principaux produits sont : Pneumatiques neufs en caoutchouc ; Objets en verre ; Bonbonnes en plastiques. Les produits agricoles et agro-al imentaires d'une valeur de 15,8 millions USD occupent une part de 31,75 % du total des exportations hors hydrocarbures vers la GZALE, durant le 1er semestre 2009.Ce secteur a enregistré une valeur de 17,58* millions USD durant le 1er semestre 2008. Il est dominé par: Truffe ; Yoghourt ; Oignons et échalotes ; Couscous et pâtes alimentaires.

Pour le 1er semestre 2009, l'exportation des produits de la pêche occupe une part de 0,1 % du total des exportations algériennes hors hydrocarbures vers cette zone est évaluée à 0,053 million USD contre près de 1 million USD au 1er semestre 2008. Soit une diminution de 94 % en valeur par rapport à la même période 2008.Les principaux produits exportés durant le 1er semestre 2009 sont notamment : Les poissons frais ou réfrigérés : 43,10 % du total des produits de la pêche et ils ont enregistré 23 000 USD (1er semestre 2009) contre 146 000 USD (1er semestre 2008).Les poulpes : 22,42 % du total des produits de la pêche. En valeur : 12 000 USD (1er semestre 2009) contre 36 000 USD (1er semestre 2008).La destination de ces produits est la Tunisie (100 %).

Par ailleurs, pour l'année 2008, l'exportation des produits de la pêche est dominée par les escargots qui représentent une part de 76 % et dont la destination est la Tunisie. Un rapprochement des données se rapportant aux exportations des produits h.h. de l'Algérie vers la GZALE, fait ressortir qu'il n'y a pas eu de produits émergents, à l'exception de: l'alcool méthylique (610.000 USD) ; la harissa (3 000 USD) et les lentilles (3000 USD).

Algex

Geass
17/09/2009, 16h13
Merci pour l'article. Intéressant de voir que l'ouverture peut profiter à l'Algérie quand elle se donne les moyens de ses ambitions.
Bonne continuation.

Atlantic
17/09/2009, 16h14
Un rapprochement des données se rapportant aux exportations des produits h.h. de l'Algérie vers la GZALE, fait ressortir qu'il n'y a pas eu de produits émergents, à l'exception de: l'alcool méthylique (610.000 USD) ; la harissa (3 000 USD) et les lentilles (300 USD).C est vrai que ca a bien émergé les lentilles! (300 USD):mrgreen:.

La c est pas les chiffres qui sont frelatés. C est ce que boit le M. qui a écrit ça!

Sinon. C est bien le commerce. Vous aller un jour le comprendre et ouvrir les frontières.

jawzia
17/09/2009, 16h16
Merci pour l'article. Intéressant de voir que l'ouverture peut profiter à l'Algérie
Je trouve les résultats bien médiocres comparés à ceux de 2008 (qui est une année un peu particulière).
C est vrai que ca a bien émergé les lentilles! (300 USD)
Rectifié !
Vous aller un jour le comprendre et ouvrir les frontières.
Tu ne vas pas nous faire la "complainte à Momo". Depuis qu'il a la d*****, on a la paix de ce côté !:mrgreen:

Geass
17/09/2009, 16h30
Je trouve les résultats bien médiocres comparés à ceux de 2008 (qui est une année un peu particulière).
Restons dans le sujet voulez-vous?
2008 est une année plus qu'exceptionnelle pour tous ceux qui ont des matières premières à vendre. Donc en comptabilité on ne doit même pas la prendre en compte.
Après là les prix remontent doucement mais surement, avec cet ALE l'Algérie s'ouvre de nouvelles opportunités et plus d'argent donc.

jawzia
17/09/2009, 16h38
Des produits agricoles algériens placés en Europe

Aghilès Rebrab, Ahmed Boumezbeur et Karim Bensalah, parce que c’est d’eux qu’il s’agit, sont Algériens et font partie du Reage (Réseau de Algériens diplômés des grandes écoles et universités françaises). Ils se sont connus grâce à cet espace. Par leurs spécialités, ils ont décidé de promouvoir et placer les produits agricoles “made in Algeria” sur le marché européen sous la marque “Djazagreen”. “Djaza” qui est le diminutif d’Algérie et “green” (vert) pour l’agriculture.

Dans le cadre de discussions du Reage entrepreneur, ils ont largement abordé la question des exportations hors hydrocarbures et le potentiel de l’agriculture en Algérie. La marque “Djazagreen” a déjà été déposée. Dans cette initiative, ils ont associé Georges Helfer, le premier client spécialisé dans le domaine. En France, qui demeure le premier pays à conquérir, ils sont déjà en coopération avec le marché de Marseille, le plus important de l’arrivage des produits du Maghreb. Du côté algérien, sur une base de données, ils rencontrent les agriculteurs et leur proposent leurs services. Pour le moment, une cinquantaine d’agriculteurs sont prêts à l’exportation.

Les principaux produits sont l’abricot, la datte, le melon, le raisin, le poivron et la tomate. Pour la première année, l’objectif est d’exporter vers l’Europe une centaine de containers. Le but est de le faire tout au long de l’année et d’établir un véritable partenariat entre Djazagreen et les agriculteurs. algériens. Dans cette optique, un bureau de Djazagreen va bientôt s’ouvrir sur Alger. Une présence indispensable sur le territoire algérien car la première vocation de Djazagreen, est de “trouver des produits de qualité et de préserver notre image de marque en Europe”.

Pour le vieux continent, un bureau va être installé à Londres avant la fin de l’année. La capitale anglaise a été choisie pour son statut de plaque tournante du marché des fruits et légumes de la Grande-Bretagne et du marché nordaméricain. L’année prochaine, un autre bureau entrera en fonction à Rotterdam (Pays-Bas). Il va desservir toute l’Europe de l’Est. Une fois en place dans le réseau européen, Djazagreen développera sa stratégie. Car l’agriculture algérienne étant bio, il ne suffit que de faire passer les certificats. À long terme, nous comptons développer le commerce équitable.

En Europe, les consommateurs commencent à faire attention aux produits alimentaires qu’ils consomment, surtout pour les fruits et les l égumes. Le b io est t r è s en vogue particulièrement chez les jeunes cadres. Par conséquent, la demande est là. En 2008, la France, selon les chiffres douaniers, a importé 2,8 millions de tonnes de fruits et 1,7 million de tonnes de légumes. En cas de succès, la marque Djazagreen pourrait s’étendre vers le domaine de l’agroalimentaire.

Liberté

Atlantic
17/09/2009, 16h45
Rectifié !

Parité rétablie avec l harissa. Mais avouez qu appliquer le terme d'émergence à 3000$ de lentille ou d'harissa est ...original

Tu ne vas pas nous faire la "complainte à Momo". Depuis qu'il a la d*****, on a la paix de ce côté !:mrgreen:

Le marocain est patient quand il le faut!

bbyasmo
17/09/2009, 18h20
Les chiffres montrent l'etat de faiblesse de ces échanges, le chemin a parcourir reste tres long.

Le marocain est patient quand il le faut!

C un peu vrai mais ce n'est pas la patience qui va resoudre la faiblesse des echanges.

Cookies