PDA

Voir la version complète : Hommage à Hamidouche en France


Thirga.ounevdhou
25/12/2005, 14h18
L’association « Les Artistes algériens en France », va rendre hommage a Hammidouche, par l’organisations d’un Galas de soutient aux familles des artistes décédés…,très bonne et chaleureuse initiative. Un Grand Merci!

====
La toute nouvelle association Les Artistes algériens en France organisera le 7 janvier prochain un hommage au regretté chanteur kabyle Hamidouche. Selon le président de l’association Les Artistes en France, Omar Aït Mokhtar, d’autres galas de soutien auront lieu au profit des enfants et des familles des artistes décédés.
« A chaque fois, nous commémorons la mémoire de ces artistes disparus, nous commencerons d’abord à Paris, au Centre culturel algérien ensuite, le week-end suivant, à la maison de la culture de la wilaya de résidence de l’artiste défunt et bien sûr les recettes intégrales de ces galas seront remises à la famille de l’artiste décédé », confie-t-il. Ainsi, l’hommage au chantre de la musique kabyle se déroulera le 7 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris et le 19 janvier à la maison de la culture Mouloud Mameri de Tizi Ouzou. L’artiste Hamidouche est né le 14 août 1956 à Agouni Bouaklane, commune de Makouda dans la daïra de Tigzirt. Il est mort le 5 juin dernier à Marseille suite à une longue maladie. C’était un artiste à la voix cristalline et au talent avéré qui s’était fait connaître à travers sa première chanson A Ouiza Semahasse. Un succès qui l’avait propulsé au devant de la scène et qui lui a permis d’enregistrer ce tube en 1978 en France. Après cet hommage à Hamidouche, un autre gala de soutien aura lieu en avril prochain en souvenir du défunt chanteur de raï cheb Aziz, natif de Skikda. Une autre date est à retenir, celle de juin où Athmane Dali sera honoré, lui aussi, à travers un gala de soutien. « Tous les artistes qui désirent rendre hommage ou participer seront les bienvenus, il suffit juste de prendre contact et de s’inscrire à la Maison de la culture de Tizi Ouzou », conclut l’organisateur.

El Watan,

Cookies