PDA

Voir la version complète : Les italiens s'intéressent aux filières lait et pêche


icosium
24/09/2009, 20h50
Le marché algérien continu d'attirer la convoitise des entreprises italiennes de plus en plus nombreuses en Algérie. En effet, l'Italie, qui représente le deuxième important client de l'Algérie, ne cesse de décrocher des contrats et des partenariats dans divers secteurs dans notre pays, notamment l'énergie, les BTPH, l'hydraulique, soit les plus important projets d'envergure tels les chemins de fer, l'autoroute Est-Ouest, les barrages.. etc. Mais l'ambition des Italiens va au-delà de ces secteurs.

Les filières de la pêche et du lait sont en effet, parmi les principaux secteurs où l'Italie compte apporter son savoir-faire et son expertise ainsi que son assistance technique afin d'aider les Algériens a promouvoir ces secteurs encouragés d'ors et déjà par l'aide de l'Etat dans le but de réduire les importations, à en croire dans ce contexte, les propos de l'ambassadeur d'Italie en Algérie M. Giampaolo Cantini qui a animé hier une conférence de presse au siège de son ambassade portant sur la présentation des " Journées italiennes d'Oran " qui se tiendront du 4 au 7 octobre prochain. M. Giampaolo Cantini à tenu à expliquer qu'un riche programme d'activités culturels et économiques est prévus dans le cadre de cette manifestation.

Une série d'interventions et de présentations à caractère économique, des rencontres bilatérales entre des entreprises algériennes de la région et des entreprises italiennes, ainsi que diverses activités à caractères culturel marqueront ces journées. Selon M. Cristofaro Matteo, responsable de la section économique et financière au sein de l'ambassade, " l'objectif à travers cette manifestation économique et culturelle est le lancement de projets de coopération dans divers domaines notamment, des partenariat entre des régions du nord et sud d'Italie (Milan, Sicile), dans les filières tels la pêche et le lait" a-t-il souligné. De son côté, le directeur de l'Institut italien pour le commerce extérieur (ICE), M. Samuel Porsia, à fait savoir " qu' après les journées de formation et d'études destinées aux secteur du plastique et de l'huile d'olive, il est temps de se pencher sur d'autres secteurs intéressants tels les services d'arbitrage, le lait et dérivés et le secteur de la pêche, qui bénéficient de l'aide de l'Etat, afin de relancer ces deux importantes filières dans le but de réduire la facture d'importation du pays ".

M. Porsia a, dans ce contexte, souligné que l'Algérie a besoin de l'expertise italienne pour effectuer des études de faisabilité dans ces deux secteurs, d'ailleurs, dans la wilaya d'Oran, il existe quelques producteurs, a-t-il fait remarquer. A une question sur l'impact des dernières mesures de l'ouverture du capital des sociétés étrangères à un partenaire algérien, imposé par le gouvernement, l'ambassadeur M. Giampaolo Cantini ne s'est pas montré inquiet, mais par contre s'est contenté de dire que " les entreprises italiennes affichent un grand intérêt ont tout à fait particulier pour l'investissement en Algérie, et dans divers secteurs, à savoir le BTPH, l'énergie, l'hydraulique, il y a donc des possibilités énorme pour réaliser des synergies, de promouvoir les rapports entre entreprises et opérateurs italiens et algériens, même l'expertise italienne dans les PME peut être utile pour l' Algérie " a-t-il indiqué.

Par ailleurs, les échanges commerciaux de l'Italie avec l'Algérie ont atteint durant le 1er semestre 2009 un montant de 4 milliards de dollars enregistrant par là même une baisse de près de 30% par rapport au premier semestre de l'année précédente induite, faut-il le rappeler, par les effets de la crise financière mondiale et ses effets sur les cours du marché pétrolier. Ainsi, les marchés attribués aux entreprises italiennes durant le 1er semestre de cette année ont atteint 4,5 milliards d'euros dont 80% dans le secteur énergétique,bien que l'Italie continue d'être assez présente dans le secteur des travaux publics à travers ses compagnies majorslesquelles sont concurrencées en revanche par les entreprises chinoises, selon les dires de M. Porsia ". A noter les entreprises italiennes présentes en Algérie qui sont au nombre de 150 environ qui opèrent dans les secteurs de l'énergie, BTPH, PME, services, plastiques, imprimeries, céramique,..etc.

Samira Hamadi
Le Maghreb

Cookies