PDA

Voir la version complète : production ceréalière record au Maghreb en 2009


riad020
27/09/2009, 17h02
production de céréales en Algérie a atteint 6,1 millions de tonnes en 2009 selon le ministère de l’Agriculture.vendredi 25 septembre 2009.
http://www.algerie-dz.com/IMG/jpg/machine254855.jpg Certes, la campagne moissons-battages de la saison 2009 a été exceptionnelle avec une récolte de céréales en Algérie qui dépasse les 6,1 millions de tonnes, mais le ministre estime qu’il n’y a pas lieu de pavoiser tant qu’on n’aura pas consolidé ce résultat pour les prochaines années. D’autant plus que le bilan rendu public hier a démontré l’existence de certaines insuffisances notamment en matière d’équipements et de stockage qui nécessitent qu’on y remédie. D’ailleurs, c’est ce qui a poussé M. Benaïssa à user un ton prudent et d’éviter les discours triomphalistes. « On ne doit pas crier victoire », a-t-il affirmé. Il ne s’agit pas, selon lui, de dévaloriser le travail accompli par les 700 000 personnes qui ont contribué à la performance enregistrée cette année mais de penser d’ores et déjà à la nouvelle saison.
Le premier défi que les céréaliculteurs algériens devront relever sera de minimiser les pertes qui ont atteint 12% de la production de céréales de l’Algérie cette année, soit un peu moins de 800 000 tonnes. Ces pertes sont imputables à la non-maîtrise de l’itinéraire technique, à la vétusté des machines utilisées et à un degré moindre aux incendies et reconversion en fourrages. « Plus on avancera en termes techniques, plus ce taux va diminuer », estime le ministre, qui notera qu’une amélioration a été constatée par rapport au début des années 1990 où les pertes étaient entre 20 et 30%, selon une étude de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le ministère espère en outre orienter les agriculteurs vers la production de blé tendre qui reste faible par rapport aux autres céréales (blé dur et orge).

riad020
27/09/2009, 17h08
26 Août 2009
<LI class=surTitre>Tunisie – Production céréalière : <LI class=titre>11 millions de quintaux collectés
<LI class=contenu>Jusqu’au 20 août 2009, près de 11 millions de quintaux de céréales ont été collectés en Tunisie. Lors de la dernière réunion du comité national de suivi de la récolte, le 24 courant, on a dénombré 6,2 millions de quintaux de blé dur, 1,8 million de quintaux de blé tendre, 2,6 millions de quintaux d’orge et 52 mille quintaux de triticale.
D’un autre côté, le remboursement des dettes dans les grandes cultures a atteint 61 millions de dinars contre 41 millions de dinars en 2008, souligne la TAP. Le taux de remboursement s’élève à 71%, le plus élevé depuis 15 ans. Ainsi, le taux de paiement des agriculteurs a atteint 80%.
- Tous les articles sur Agricoles (http://www.*********************/recherche/search.php?cx=008556457556102409165:xbef9e7wnkg&cof=FORID:11&q=agricole&typesearch=2&x=8&y=7#949)

riad020
27/09/2009, 17h10
Récolte de blé sans précédent au Maroc pour la saison 2008-2009 (Magazine)


Paris, 26/09/09- Le Maroc a connu une récolte de blé sans précédent pour la saison 2008-2009 qui démontre qu'il est possible d'améliorer les rendements et de réduire à moyen-terme le déficit céréalier, souligne l'hebdomadaire international "Jeune Afrique".



Dans un article intitulé "Afrique du Nord: le bonheur est dans le blé", le magazine relève qu'au Maroc, qui affiche 10,2 millions de tonnes, "c'est du jamais vu depuis les années 60".
Et de faire observer que durant le premier semestre 2009, les factures des importations de blé et du maïs au Maroc ont baissé respectivement de 42 et de 22 pc, et que les experts annoncent que cette tendance devrait se poursuivre au cours des prochains mois.
Le Maroc, dont la production est fortement volatile du fait des caprices climatiques, "veut stabiliser la production moyenne à 7 millions de tonnes par an (au lieu de 6 actuellement) et réduire les importations de 15 à 20 pc d'ici à 2020", ajoute la publication.
L'Egypte, le Maroc et l'Algérie, qui représentent moins de 2 pc de la population de la planète, absorbent à eux seuls 15 pc des importations mondiales de blé, selon l'hebdomadaire panafricain.

riad020
27/09/2009, 17h16
Marché du blé – 4 septembre 2009
Situation et perspectives pour l’Afrique du Nord

La production céréalière 2008/2009 s’avère favorable pour les pays de l’Afrique du Nord. Ces bons résultats sont notamment liés à des conditions climatiques propices à la production et aux efforts développés par les autorités nationales pour soutenir le développement agricole et les céréaliculteurs. Toutefois, quelles que soient leurs récoltes, l’Algérie, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie sont structurellement déficitaires sur le plan de la couverture céréalière. Ces quatre pays figurent ainsi, depuis de nombreuses années, dans la liste des principaux importateurs mondiaux de blé.

A ce titre, le rapport de prospective que vient de publier le FAPRI (Food and Agricultural Policy Research Institute), basé aux Etats-Unis, vient confirmer la forte dépendance des pays nord-africains envers le marché international de blé. Intitulé « FAPRI 2009 U.S. and World Agricultural Outlook », ce rapport consacre un chapitre important aux dynamiques du commerce céréalier, rappelant que ce sont essentiellement la croissance démographique et une consommation élevée qui tirent à la hausse les importations de blé en Afrique du Nord. Ainsi, les quatre pays de cette zone, qui importent environ 18,7 millions de tonnes de blé en 2008/2009, en achèteraient 25,6 millions à l’horizon 2018/2019 selon les perspectives établies par le FAPRI. Ces chiffres permettent de souligner que l’Algérie, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie, comptant pour 19% des importations mondiales de blé en 2008/2009, passeraient à une part d’environ 22% à la fin de la décennie 2010. L’Egypte, actuellement premier importateur mondial de blé, avec près de 7,8 millions de tonnes (soit 8% des achats mondiaux), atteindrait un volume d’importations de 10,3 millions de tonnes en 2018/2019. L’Algérie, troisième acheteur de la planète, avec 6% des importations mondiales (5,6 millions de tonnes), passerait dans dix ans à 6,8 millions de tonnes. Selon le scénario tendanciel, le Maroc et la Tunisie verraient également leurs importations augmenter pour atteindre respectivement 6,1 et 2,3 millions de tonnes de blé acheté en 2018/2019. En matière de production de blé, les niveaux devraient demeurer stables dans les dix ans à venir en ce qui concerne l’Algérie (autour de 2,5 millions de tonnes), l’Egypte (entre 8,3 et 8,9 millions de tonnes), et la Tunisie (1,2 million de tonne en moyenne), mais pourrait fléchir au Maroc (passant de 3,5 à 2,7 millions de tonnes entre 2008/2009 et 2018/2019). Sur le plan de la consommation de blé, les populations d’Afrique du Nord se situent très au-dessus de la moyenne mondiale, notamment les Tunisiens qui sont à 280 kilogrammes par habitant en 2008/2009. Et les chiffres de cette consommation sont annoncés à la hausse pour les années à venir.

Selon les projections du FAPRI, c’est surtout l’Argentine qui parviendrait à augmenter ses exportations de blé, se rapprochant davantage dans les années à venir des capacités d’exportations de blé des cinq grandes puissances céréalières mondiales (Etats-Unis, Russie, Union européenne, Canada et Australie). Ces dernières assurent actuellement 80% des exportations mondiales de blé

Rif1979
27/09/2009, 17h36
In the future North Africa will have less rain and that means wheat production will decrease extreme.

:confused:

Cookies