PDA

Voir la version complète : La connexion EEPAD rétablie cette semaine


icosium
28/09/2009, 18h21
Le différend commercial qui oppose depuis plusieurs semaines le groupe Algérie Télécom et l'établissement d'enseignement à distance (EEPAD) devra connaître son dénouement «heureux» dans les «tout prochains jours, peut-être ce lundi», selon des sources proches du dossier. Les derniers rounds de négociations entre les deux parties ont été sanctionnés par un arrangement pour le règlement des 3,5 milliards de dinars de créances réclamées par AT.

La proposition soumise il y a une dizaine de jours par l’EEPAD a été, semble-t-il, bien accueillie par le conseil d'administration de l’opérateur public. Les 35.000 abonnés de l'EEPAD seront reconnectés à la grande toile après une coupure de près d’un mois, AT ayant déconnecté le provider depuis le 2 septembre dernier. Depuis cette date, des réunions de négociations ont été constamment tenues entre le ministère, l'Eepad et Algérie Télécom dans le but de régler cette question.

Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Hamid Bessalah, avait privilégié, durant toute la durée de ce bras de fer, les négociations entre Eepad et Algérie Télécom pour résoudre le problème des dettes. Il a intervenu à plusieurs reprises sur les colonnes des journaux pour affirmer que le différend entre les deux parties était «purement commercial et devait être réglé entre les deux opérateurs dans le cadre de négociations bilatérales». Le ministre avait, en fait, changé de ton après avoir évoqué, mi-septembre à la Chaîne III, «la possibilité d’assurer un basculement au profit des clients de l’Eepad vers les réseaux d’Algérie Télécom».

Il avait également écarté la proposition d’une éventuelle prise de participation d’Algérie Télécom dans le capital de l’Eepad. Concernant le basculement des abonnés de l’EEAPD vers AT, l’option n’avait finalement pas convaincu Algérie Télécom elle-même, car c’est une opération qui demande beaucoup de temps. Deuxième argument contre cette démarche : pourquoi basculer alors que l’opérateur public n’a pas l’ensemble des prestations fournies par l’Eepad? Cette opération est-elle faisable sur le plan juridique? D’autres questions peuvent être posées : que faire des 1.500 à 1.800 personnes (600 emplois directs et près de 1.200 indirects) qui vivent de cette société? Que faire des 35.000 citoyens (étudiants, enseignants et professionnels) qui s’appuient sur le réseau Eepad pour étudier et s’informer? Que faire des 2.000 cybercafés et 700 PME qui utilisent les produits d’Eepad pour leurs activités commerciales? Le ministre est revenu à de meilleurs sentiments après avoir pris conscience des enjeux. Il avait déclaré, il y a quelques jours, «vouloir maintenir Eepad en tant que partenaire important de son secteur».

B. Mahmoud
Le Financier

amoun
28/09/2009, 19h00
tout se qui disent cetain journaux online genre financier et enahar et ********** c est du pure intox eepadienne le vrai se qu a dit le minstre a algerie chaine 3 aujourdhui

Algérie Télécom n'est pas intéressé par le rachat de l'Eepad tsa algerie

Par ali idir , le 28/09/2009 | réactions : 0

Près d'un mois après l'éclatement du conflit entre Algérie Télécom et Eeapad, aucune solution ne semble en vue. L'opérateur historique de télécommunication réclame toujours 3,5 milliards de dinars au provider privé. Cette somme correspond au montant de la dette détenue auprès de cette entreprise privée.

L'opérateur historique a rejeté l'offre du PDG du provider privé de prendre une participation dans son capital en échange de l'effacement de ces dettes. "L'offre de l'Eepad d'entrer dans son capital n'a pas été acceptée par le conseil d'administration d'Algérie Télécom qui a demandé davantage d'éléments économiques sur cette entreprise", a déclaré, lundi 28 septembre, à la radio chaîne III le PDG d'Algérie Télécom, Moussa Benhamadi.

Le patron de l'opérateur historique a affirmé que son entreprise réclame le paiement de ses dettes auprès de l'Eepad. Il a réfuté les accusation selon lesquelles Algérie Télécom cherche à faire disparaître l'Eepad. "Il y a deux échéanciers de paiement de cette dette qui n'ont pas été respectés par l'Eepad pour des raisons que nous ignorons", a dit M. Benhamadi.

Le PDG d'Algérie Télécom a expliqué que la concrétisation du plan gouvernement de développement des télécoms et technologies de l'information (TIC) baptisé e-2013 nécessite l'apport des providers et des opérateurs privés.

M. Benhamadi a également exprimé ses regrets aux 40.000 abonnés internet d'Eepad, dont la connexion est suspendue depuis plusieurs semaines, faute d'un accord entre les deux parties en conflit. M. Belhamadi n'a avancé aucun délai pour le règlement du conflit qu'il a qualifié de « purement commercial ».

Cookies