PDA

Voir la version complète : Les matchs de l’Algérie au Caire


DZone
16/10/2009, 19h59
Le chauvinisme bat son plein et les deux équipes se voient arracher le billet pour l’Afrique du Sud.

Au coup de sifflet final du match contre le Rwanda, celui que jouera l’Algérie le 14 novembre prochain au Caire a commencé à tonner dans la tête des supporters des deux peuples. L’on se surprend de part et d’autre à verser dans les supputations et les conjectures. Le chauvinisme bat son plein et les deux équipes se voient arracher le billet pour l’Afrique du Sud. Qui aura le dernier mot ? Sans doute le plus vaillant, qui saura parler moins et se concentrer sur l’essentiel, pour être prêt au combat le jour du duel. Entre-temps, la passion du football n’empêche pas de refaire les anciennes confrontations entre les deux pays, histoire de se baser sur des résultats concrets pour juger un peu du match à venir. Même si les statistiques ne sont jamais fiables à 100%, il est toujours intéressant de jeter un œil sur les chiffres afin de voir si l’espoir est plus permis que le doute. Et dans le cas qui nous intéresse justement, les défaites de l’Algérie en Egypte se comptabilisent au nombre de quatre.

En 1969, 1-0, à la 58’ pour l’Egypte La première défaite des Verts au Caire remonte à l’année 1969, au temps de Lalmas, Selmi et Salhi. On peut constater que cette équipe d’Algérie entraînée par Zouba et feu Bentifour n’avait pas cédé à la pression de la première mi-temps en terminant à la pause sur un score vierge. Contrairement à la seconde, où les Egyptiens sont passés à la vitesse supérieure en marquant après seulement 13 minutes de la reprise. C’est donc le premier quart d’heure qui n’a pas réussi aux Algériens. C’est ce moment justement que Saâdane et sa défense devront gérer plus prudemment.

EN 1984, un autre 1-0 pour l’Egypte à la… 56’ ! La deuxième défaite des Algériens au Caire a été identique à celle de 1969. C’était en 1984, lors du dernier match qualificatif aux jeux Olympiques de Los Angels. Là encore, on remarque aisément que le but égyptien a été marqué dans le premier quart d’heure de la deuxième mi-temps. Onze minutes après le retour des vestiaires. Les Egyptiens avaient poussé, l’arbitre n’avait rien dit et le but a été inscrit. Le même scénario et les mêmes méthodes d’intimidation et de mesquinerie à l’égyptienne, quoi ! C’est dire s’il faut redoubler de vigilance dans ce fichu premier quart d’heure.

En 1989, aussi dans le premier quart d’heure : 4’ ! En 1989, la qualification au Mondial italien avait donné une sorte de finale au Caire lors du dernier match. Exactement comme ça va être au mois de novembre, avec il est vrai, quelque variante dans la forme, puisque l’Algérie part avec un léger avantage psychologique cette fois. Là encore, les Egyptiens avaient poussé comme à leur habitude pour faire craquer la défense algérienne. Tactique payante après seulement 4 minutes de jeu. Une fois de plus, ce premier quart d’heure nous a été fatal.

__ En 1995, un match nul (1-1) au Caire
__ Ce n’est qu’en 1995 que l’Algérie n’avait pas encaissé dans les premières quinze minutes, allant même à faire tomber les Egyptiens dans les dernières minutes de la première mi-temps. Ce qui peut nous donner de sérieuses indications sur la capacité de résistance des Egyptiens.
En effet, ces derniers finissent souvent par s’épuiser lorsque l’adversaire leur résiste dans les moments de rush. L’Egypte devient vulnérable dès que le doute commence à les prendre. C’est là que les Ziani, Matmour et Ghezzal doivent frapper le plus.

__ En 2001, le 5-2 et la faiblesse de son exception
__ En 2001, le score de 5-2 a fait la fierté des Egyptiens qui ont toujours peiné à marquer autant de buts aux Algériens, leurs bourreaux. Mais en réalité, ce score ne reflète nullement la physionomie du match pour plusieurs raisons. D’abord, parce que l’Algérie avait égalisé à deux reprises (1-0, 1-1, puis 2-1 et 2-2) avant de voir le troisième but des Egyptiens arriver deux minutes après celui de l’égalisation de Meçabih. La mi-temps a été sifflée sur 3-2. Les Algériens avaient tenu jusqu’aux dernières minutes de la partie 87’ et 92’, donnant souvent des sueurs froides à la défense égyptienne.

Saâdane et ses joueurs ne retiennent que 2004 et 2009 ! Mamouni avait été en plus expulsé, et Dziri devenait… arrière gauche ! Lorsqu’on ajoute à cela la sortie du gardien Bougherara, la situation devient encore plus pénible pour le coach et son équipe. Il n’y a donc jamais eu de raclée comme veulent le faire croire les Egyptiens d’aujourd’hui. En fait, Saâdane et ses joueurs s’en f… éperdument de ces défaites, car cette génération, ce qu’elle retient le plus de l’Egypte, ce sont ces deux victoires qui ont tordu le coup aux Pharaons à deux de leurs meilleurs moments : la CAN 2004 et le dernier match de Blida et cette belle raclée de 3-1. C’est cela qui leur sert de starting-block avant le match du Caire. Rien de plus.

lafouinekabyle

Cookies