PDA

Voir la version complète : La création d'un institut algérien de bonne gouvernance à l'étude


icosium
26/10/2009, 23h51
La création d'un institut algérien de bonne gouvernance est actuellement à l'étude par les pouvoirs publics, a indiqué hier, à Alger, le directeur de la compétitivité et du développement durable du ministère de la PME et de l'artisanat, M. Abdelkrim Boughadou. Cet institut "qui devrait prendre forme prochainement, serait l'aboutissement logique de la création récente du Code de bonne gouvernance", a déclaré à l'APS ce responsable en marge d'un forum sur le thème de la bonne gouvernance organisé à Alger. Selon ce responsable, l'Etat a mis tous les moyens à la disposition des entreprises pour la promotion de la bonne gouvernance en Algérie.

"Aujourd'hui, il existe un code de bonne gouvernance en Algérie, et le ministère encourage pleinement cette démarche", a indiqué ce responsable.

"L'idée de créer un code de bonne gouvernance en Algérie a germé en mars 2007, lors d'une rencontre internationale au cours de laquelle des organisations patronales ont évoqué ce concept", a rappelé M. Boughadou.

Un groupe de travail avait alors rédigé les textes de ce code de bonne gouvernance aujourd'hui disponible, a-t-il souligné.
"Tous les ministères ont contribué à cette charte mais le ministère de la PME a joué un rôle particulier du fait qu'il est le département le plus proche du monde de l'entreprise et le plus au fait de leurs préoccupations", a ajouté ce responsable.

Le code de bonne gouvernance, élaboré en concertation avec le patronat et portant notamment sur la gestion transparente de l'entreprise (organisation, conseils d'administration, relations employés-employeurs, communications) "est aujourd'hui au chevet de tous les chefs d'entreprise", a souligné ce responsable précisant que la prochaine étape sera la création d'un institut algérien de bonne gouvernance.

De son coté, le directeur général du département de l'intelligence économique, des études et de la prospective au ministère de l'Industrie et de la promotion de l'investissement (MIPI), M. Mohamed Bacha a exprimé le soutien de son département ministériel à cette initiative.

"Le MIPI encourage les entreprises à se transformer parce que maintenant elles fonctionnent selon des schémas éculés ou la gouvernance se ramène parfois à la décision d'une seule personne il faut donc renforcer les capacités de l'entreprise à prendre davantage ses responsabilités. La bonne gouvernance va les aider en cela", a-t-il dit.

D'après lui, en améliorant la gouvernance, les entreprises vont améliorer leurs performances, c'est important du fait qu'une entreprise bien gouvernée utilise bien ses ressources, atteint ses objectifs et arrive à répondre aux besoins du marché en ouvrant des perspectives d'exportation.

El-Moudjahid

Cookies