PDA

Voir la version complète : Dessalement d’eau de mer : GDF Suez voit géant en Arabie Saoudite


zek
28/10/2009, 08h18
Coup de projecteur sur le colossal projet d’électricité et de dessalement d’eau de mer de Marafiq, en Arabie Saoudite.

Si les plus gigantesques tableaux doivent être vus d’un seul coup d’œil, le projet de Marafiq (utility, en arabe) en est une imposante transposition industrielle. Ce projet auquel participe GDF Suez est situé dans la cité industrielle de Jubaïl, là-même où Total prépare une raffinerie qui crachera 400 mille barils de pétrole par jour. Le nom de cette machine à digérer l'eau de mer : IWPP, comme Independent Water and Power Project.

Le principe est simple : dessaler l’eau de mer et utiliser une partie de cette eau pour nourrir des turbines qui fourniront de l’électricité, l’autre pour répondre aux besoins en eau douce de la ville. La démesure se situe dans les volumes impliqués. En 2010, quand le projet sera entièrement opérationnel, l’installation offrira une capacité de production d’électricité de 2 750 MW (un peu moins de deux EPR) et permettra le dessalement de 800 000 m³ d’eau de mer par jour. Rien que ça.

Finance islamique

L’investissement total est lui aussi conséquent : 3,4 milliards de dollars. 22 millions de dollars ont d’ailleurs été apportés par le biais de la finance islamique, dont la ministre de l'économie Christine Lagarde souhaite aujourd’hui drainer une partie des flux vers la France. Un exotisme qui a au départ déboussolé les partenaires occidentaux du projet : ces derniers préféraient l'impôt sur le revenu dévolu aux entreprises classiques, plutôt que le "Zakat" de 2,5%, pourtant inférieur, réservé aux entreprises financées par des prêts islamiques.

contrat de 20 ans

La construction du projet de Marafiq a débuté en avril 2007. En raison d’une demande record en électricité et en eau, celui-ci fournit déjà depuis juillet plus de 500 MW d’électricité et plus de 100 000 m3 d’eau par jour à la ville industrielle de Jubail. La vente totale de l’énergie et de l’eau produite est garantie dans le cadre d’un contrat d’achat d’électricité et d’eau sur 20 ans. « Le rendement de la production d’eau permettra de couvrir les besoins quotidiens de 5,5 millions de personnes », précise GDF Suez.

La capacité électrique de la centrale représente environ 10 % de la puissance installée actuelle du pays, laquelle s’élève à 29 000 MW. Cette puissance devrait être portée à 60 000 MW à l’horizon 2020 « pour permettre de répondre à la croissance rapide de la demande en énergie du Royaume ». Dans l’une des quatre unités de production d’électricité, trois turbines à gaz fournies par General Electric tourneront par exemple à plein régime. Une énergie des plus carbonnée, malgré l'assurance de la part du consortium porteur du projet de l'attention portée aux procédés respectueux de l'environnement.

Que fait GDF Suez ?

Pour les études d’ingénierie et le suivi de la construction, GDF Suez s’est appuyé sur l’une de ses filiales de services, le belge Tractebel Engineering. Avec plus de 15 ans d’expérience dans les pays du Golfe, GDF Suez est le "premier développeur privé d’électricité dans la région". Au sein de Marafiq, le Groupe détient « une participation directe dans près de 14 000 MW de capacité de production d’électricité et une capacité de dessalement d’eau de plus de 2,5 millions de m³ par jour ».

Par ailleurs, il « gère dans la zone plus de 400 000 m3 d’eau recyclée et réutilisée par jour », et « offre des solutions d’ingénierie et de gestion des déchets ».

Ana Lutzky
Usine Nouvelle

Cookies