PDA

Voir la version complète : L'Algérie a mis en place un plan pour l'élimination progressive des HCFC


nassim
29/10/2009, 00h21
Un atelier de travail a été organisé, avant-hier, au siège du Centre national d'études et d'analyses pour la population et le développement (CENEA),en coordination avec l'Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (Onudi), afin d'éliminer l'utilisation des gaz nocifs pour l'environnement dans les équipements de réfrigération, de climatisation et d'industrie "HCFC". Cette stratégie a pour objectif, dans le cadre du programme national d'élimination des HCFC nocifs pour la couche d'Ozone et le climat, de mettre un terme à l'utilisation des gaz polluants à l'horizon 2010-2013. Ainsi, cet atelier a été rehaussé par la présence de M. El Hadi Makboul, directeur général du Ceneap, et M. Sidi Menad Si Ahmed, un expert international et représentant de l'Onudi. Au cours de cet atelier il a été procédé à la présentation des lignes directrices visant à éliminer graduellement les HCFC en Algérie à travers les aspects juridiques et techniques. Il s'agit également de connaître l'éligibilité des projets au financement du Fonds multilatéral.

Les participants ont pu également, durant cette rencontre, échanger les points de vue et les expériences sur les moyens permettant l'élimination des HCFC en vue de protéger la couche d'ozone. A ce propos, M. Makboul a souligné que les groupes de travail mobilisés pour l'élaboration de cette stratégie ne ménageront aucun effort pour préparer ce projet dans le but de protéger l'environnement, notamment la couche d'ozone. Cette démarche, a rappelé le responsable, s'inscrit dans le cadre de l'engagement de l'Algérie à respecter et mettre en oeuvre le Protocole de Montréal qu'elle a ratifié en 1993. Dans ce contexte, il a précisé que le Ceneap vient d'achever un premier projet sur l'élaboration d'un code "de bonnes pratiques pour le secteur de la réfrigération et de la climatisation ainsi que la mise à jour des programmes de la formation professionnelle". Pour sa part, M. Sidi Menad a souligné l'importance de l'élaboration de cette stratégie nationale pour l'élimination progressive des gaz causant l'appauvrissement de la couche d'ozone, et la nécessité de respecter le tableau des horaires fixés pour la préparation du programme national pour éliminer graduellement ces gaz et le soumettre au comité exécutif du Fonds multilatéral avant la fin juillet 2010 en vue de bénéficier d'aides financières.

Ainsi, l'expert a souligné l'impératif de recourir à l'utilisation des technologies propres et renouvelables et de renoncer à l'utilisation des équipements industriels polluants, à l'origine de l'émission de ces gaz. "L'Algérie qui, à ce jour, a contribué à l'élimination de 2000 tonnes de gaz HCFC et du dioxyde de carbone doit respecter son engagement visant l'arrêt de l'utilisation de ces gaz en 2013", a ajouté M. Sidi Menad. Par ailleurs, M. Menad a rappelé l'importance de faire appel aux compétences dans la réalisation de ces projets "qui doivent aussi tenir compte de la problématique des changements climatiques". Finalement, selon un participant à cet atelier, un premier projet destiné à l'élimination des HCFC est actuellement en dernière phase d'élaboration, précisant que l'Onudi a envoyé des équipements de transfert au profit de 100 entreprises publiques et privées concernées par le projet.

source : Le Maghreb DZ

Cookies