PDA

Voir la version complète : La contrefaçon des pièces de rechange automobile au Maghreb: L’Algérie prend des mesu


DZone
29/10/2009, 13h00
La contrefaçon des pièces de rechange automobile au Maghreb: L’Algérie prend des mesures drastiques

La contrefaçon continue de faire ravage dans le Maghreb. Aujourd'hui, elle franchit la zone rouge en s'attaquant aux pièces de rechanges automobile. Cela est sans conteste, un danger pour la vie des citoyens, car cela contribue à la recrudescence des accidents de la route.

L'Algérie, un des pays les plus touchés, décide d'interdire l'importation des pièces de rechange automobile, notamment celles en provenance d'Asie. Une nouvelle mesure qui entrera en vigueur à compter du 2 novembre prochain. Le ministre du Commerce algérien a annoncé en précisant « qu'aucune pièce de rechange ne sera admise en Algérie si elle n'émane pas de la maison mère ou d'une usine qui travaille sous licence du fabricant d'origine.»

Les importateurs algériens s'adonnant à des transactions des pièces de rechange en provenance d'une région différente de celle du pays d'origine, sont tenus de justifier d'un titre de conformité attestant que « les produits sont conformes à ceux de la maison mère ». A défaut de ce document, la marchandise importée ne sera pas admise. En outre, le ministre de Commerce algérien a affirmé que la mesure en question s'étendra sur d'autres catégories de produit, une mesure qui entre dans le cadre de la lutte anti-contrefaçon que mène l'Algérie. De plus, en ce qui concerne les produits d'origine arabe, il a été décidé l'installation auprès de la Chambre de Commerce d'Algérie, d'un comité technique rassemblant l'ensemble des secteurs concernés. Ce comité a pour mission l'élaboration d'une liste des produits interdits à l'importation des pays arabes. Le ministre de Commerce algérien a précisé que « le comité gouvernemental chargé des accords commerciaux est présidé par le Premier ministre pour définir les produits inscrits dans la listes négative.»

Par ailleurs, les produits figurant sur la liste, qui sera adressée prochainement à la Ligue des pays arabes, sont interdits de circulation sur le marché algérien durant une période de trois à quatre années. Le but étant d'accorder suffisamment de temps aux unités de productions algériennes de devenir compétitives et de pouvoir faire face ainsi à la concurrence étrangère. Rappelons que lors de son intégration à la Zone Arabe de Libre Echange, l'Algérie n'a pas connu de variation du volume de ses importations provenant de la région. Le volume demeure, en effet, de l'ordre de 3%, plutôt faible en comparaison à celui de la France qui est de 25%.

Les dispositions entreprises par l'Algérie pour lutter contre la contrefaçon des pièces de rechange automobiles sont drastiques. Car, elles permettent, dans un premier temps, aux entreprises algériennes de profiter d'un délai suffisant pour s'aligner sur les standards internationaux et devenir compétitives. Aussi, dans un deuxième temps, permettront-elles de protéger le marché local des produits contrefaits, des plus dangereux, surtout pour la sécurité et la santé du consommateur.

Nadya B'CHIR LOUATI

----------------------------------

- l'Algérie importe 80 % des pièces de rechange principalement d'Asie.

- La nouvelle mesure intervient après l'interdiction de l'importation de véhicules de moins de 3 ans, l'institution du contrôle technique obligatoire et l'interdiction de circulation de véhicules de plus de 30 ans.

- Les produits contrefaits représentent entre 25 et 30 % du marché national de l'Algérie. 90 % de ces produits se vendent dans des marchés informels.

© Copyright Le Temps (Tn)

Cookies