PDA

Voir la version complète : Changement de stratégie, la fin de l'état palestinien?


Ismail2005
07/11/2009, 11h48
Je pense que les palestiniens auraient du faire ça dés le début,ne pas réclamer un état qui leur est propre,mais réglamer leur droits dans un état binational,une idée qui fait peur a israeil comme le prouve la panique face a la démission de abbas qui était l'un des plus grands fervents de cette idée.

Israel a cherché en faisant miroiter l'idée d'un état palestinien a gagner du temps pour augmenter les colonies,que les palestiniens dés demain réclament un état binational et la fin de l'appartheid, et c'est israel qui paniquer,Hassan2 avait déja conseillé aux arabes cette idée ainsi que khaddafi avec "isratine".

Je pense que le meilleur a faire en çe moment pour les palestiniens c'est réclamer un état binational,c'est pas plus mal d'ailleurs pour eux finalement.

Une douche froide ! C'est l'effet, en Israël, de la décision de Mahmoud Abbas de ne pas briguer un second mandat à la présidence de l'Autorité palestinienne. Dès cette annonce solennelle, faite jeudi soir au siège de l'Autorité, à Ramallah (Cisjordanie), le président israélien, Shimon Peres, a décroché en toute hâte son téléphone, espérant persuader Mahmoud Abbas de revenir sur cette décision « irrévocable ».

Le compte rendu de leur conversation figurait, hier, dans les journaux israéliens. Shimon Peres, qui se souvient avoir reçu le prix Nobel de la Paix, aurait dit à Mahmoud Abbas combien il était « profondément inquiet » d'un tel retrait, susceptible de causer une crise majeure au sein de l'Autorité palestinienne et de favoriser la prise de contrôle de la Cisjordanie par les islamistes du Hamas.

Peres aurait tenté sur Abbas une thérapie de choc : « Si vous abandonnez le peuple palestinien, il perdra toute chance de créer son propre État... » Puis il l'aurait presque supplié, sans doute avec des trémolos : « Restez en place pour le salut du peuple palestinien ! »

Quant à Benjamin Netanyahou, il refuse de s'immiscer dans les affaires palestiniennes. Mais l'entourage du Premier ministre de droite se montre plus prolixe : « Il est de l'intérêt d'Israël de renforcer Mahmoud Abbas à la tête de l'Autorité palestinienne. » D'ailleurs Netanyahou déclarait, il y a peu : « Si nous voulons un accord de paix, Abbas est notre meilleur partenaire. »

La fin de l'État palestinien ?

Netanyahou, qui s'envolera dimanche pour Washington, s'attend à la pression accrue d'une administration Obama inquiète. Elle le pressera d'arrêter la colonisation juive en Cisjordanie afin de relancer un processus de paix. Son blocage total a précipité la décision d'Abbas.

Mais c'est le ministre de la Défense et chef du Parti travailliste, Ehoud Barak, qui résume le mieux l'angoisse fondamentale : « Il est important, a-t-il déclaré, que, des deux côtés, on continue à croire à la solution dite à deux États », autrement dit Israël et un État palestinien vivant côte à côte.

Saeb Erakat, l'un des proches conseillers de Mahmoud Abbas, a affirmé que les Palestiniens étaient poussés à renoncer à leur propre État, rendu impossible par la colonisation. Et qu'ils pourraient réclamer leurs droits dans le cadre d'un État unique binational. État où les juifs seraient minoritaires. Le cauchemar absolu des Israélien

ouest-france.fr

Galaad
08/11/2009, 01h58
Si seulement c'était aussi simple, les Israéliens n'accepteront jamais la solution à un état avec le droit de vote aux Palestiniens à cause du déséquilibre démographique.

Ce qui les arrange vraiment : Prendre encore le maximum de terres et enfin partager les parties indésirables (avec leur populations ! ) entre les voisins : Jordanie, Égypte, Liban et il va falloir convaincre ces pays. Personne ne veut de Palestiniens chez lui et on a vu le traitement qui leur a été réservé par le roi Hussein.

En tout cas, la perspective d'un état Palestinien n'a jamais semblé aussi lointaine. La résistance armée n'a pas marché, les pays arabes on abandonné la lutte, le défaitisme et l'aplaventrisme de Abbas n'a rien apporté non plus. :confused:

Je vois pas ce qui risque de changer la donne dans un futur proche. Même la possibilité d'un affrontement entre Israël et l'Iran s'éloigne avec les récentes négociations.

Geass
08/11/2009, 04h27
Mahmoud Abbas a fait de son mieux, il a choisi l'option de la paix et toutes les compromissions qui vont avec, mais les israéliens lâches et traitres ont refusé cette main tendu, ils l'ont poussé à se déshonorer et n'ont même pas daigné tenir leurs promesses.
Il n'y a pas de négociation possible avec Israel, cette amère expérience de Mahmoud abass est là pour le confirmer.

sako
08/11/2009, 16h18
Saeb Erakat, l'un des proches conseillers de Mahmoud Abbas, a affirmé que les Palestiniens étaient poussés à renoncer à leur propre État, rendu impossible par la colonisation. Et qu'ils pourraient réclamer leurs droits dans le cadre d'un État unique binational. État où les juifs seraient minoritaires. Le cauchemar absolu des Israélien


Quelle naïveté ce Saeb Erakat !! Avec son argument démographique, il voit déjà un Arabe à la tête cet " État unique binational " où les juifs seraient minoritaires.

Voici ce que disait en 1945, Youssef Weitz, directeur du « Fond national juif :

"Il doit être clair pour nous qu’il n’y a pas de place pour deux peuples dans ce pays. Si les Arabes le quittent, il nous suffira ..... Il n’existe pas d’autre moyen que de les déplacer tous ; il ne faut pas laisser un seul village, une seule tribu .... Il faut expliquer à Roosevelt et à tous les chefs d’états amis que la terre d’israel n’est pas trop petite si tous les arabes s’en vont, et si les frontières sont un peu repoussées vers le nord, le long de la litani, et vers l’est, sur les hauteurs du golan".

noubat
08/11/2009, 16h28
Mahmoud Abbas a fait de son mieux, il a choisi l'option de la paix

on sait surtout servi de lui pour accélérer les implantations de colonies juives en Cisjordanie!

Dandy
08/11/2009, 17h59
Déjà que l'Etat hébreux ne veulent plus des arabes israéliens....

oko
08/11/2009, 18h19
Si seulement c'était aussi simple, les Israéliens n'accepteront jamais la solution à un état avec le droit de vote aux Palestiniens à cause du déséquilibre démographique.

Ce qui les arrange vraiment : Prendre encore le maximum de terres et enfin partager les parties indésirables (avec leur populations ! ) entre les voisins : Jordanie, Égypte, Liban et il va falloir convaincre ces pays. Personne ne veut de Palestiniens chez lui et on a vu le traitement qui leur a été réservé par le roi Hussein.

En tout cas, la perspective d'un état Palestinien n'a jamais semblé aussi lointaine. La résistance armée n'a pas marché, les pays arabes on abandonné la lutte, le défaitisme et l'aplaventrisme de Abbas n'a rien apporté non plus.

Je vois pas ce qui risque de changer la donne dans un futur proche. Même la possibilité d'un affrontement entre Israël et l'Iran s'éloigne avec les récentes négociations

Je pense que ce que tu dis est très important. En effet, les isréliens n'accepteront pas un etat pour les deux peuples, je pense que la démographie galopante des palestiniens leur fait peur (d'ailleurs ça commence même a faire peur en occident avec la communauté musulmane), sans compter que les réfugiés palestiniens sont estimés a 6.5 millions (c'est le chiffre qu'a donné Khaaled Machaal) autant dire que même un état pour les deux peuples aura un mal fou a intégrer ce nombre (la france avec 1.5 million de pieds noirs a eu de gros problèmes et pourtant c'était en période de croissance a deux chiffres) l'économie isrelienne risque de ne pas pouvoir subir le choc

Le problème vient aussi du fait que les palestiniens ne sont pas d'accord sur le choix de société, laïc ou religieux ?

Donc effectivement, isréal cherchera par tous les moyens a ce que la Cisjordanie soit annexée par la jordanie et gaza par l'Egypte si un etat palestinien n'est pas a l'ordre du jour. Et je pense qu'avec cette option, israel sera même disposée a faire d'importantes concession territoriales et même financières. les pays occidentaux auront plus de confiance a financer l'egypte et la jordanie (deux etats relativement stables avec un pouvoir fort) pour intégrer les palestiniens que de financer un etat palestinien qui risque a tout moment d'exploser (comme nous l'avons vu a gaza entre le hamas et le fatah)

hben
08/11/2009, 18h27
Il est loin le temps du triple Non!!!

sako
08/11/2009, 18h34
Dans le grand journal Israélien Yediot Aharonoth, du 14 juillet 1972, Yoram Ben Porath, rappelait avec force l’objectif à atteindre " C’est le devoir des dirigeants Israéliens d’expliquer clairement et courageusement à l’opinion un certain nombre de faits, que le temps fait oublier. Le premier de ceux-ci, c’est le fait qu’il n’y a pas de sionisme, de colonisation, d’Etat juif, sans l’éviction des Arabes et l’expropriation de leurs terres"


Le but d’Israël est de gagner du temps afin d’exproprier le maximum de terres palestiniennes. Avec un président faible politiquement comme Abbas, cette tache devenue encore plus facile.
Israël, l’Europe et les US, s’opposent farouchement à tout accord de réconciliation entre Abbas et le Hamas, sous peine de leur couper toutes les aides financières.

Cookies