PDA

Voir la version complète : Le meilleur livre jamais lu


Page : [1] 2 3

absente
09/01/2006, 01h33
Salam tlm,

Quel est le meilleur livre que vous ayez jamais lu...celui qui vous a le plus marqué...celui que vous lisiez sans pouvoir arrêter!

???

irene
09/01/2006, 02h40
Bonsoir,
" La nuit des temps " de René Barjavel ;)

Adhrhar
09/01/2006, 08h13
Le rouge et le noir de Standhal
Quelques critiques :
"Un de vos crimes c'est d'avoir exposé à nu et au grand jour certaines plaies du cœur humain trop ******s pour être vues... Il y a dans le caractère de Julien des traits atroces, dont tout le monde sent la vérité mais qui font horreur. Le but de l'art n'est pas de montrer ce côté de la nature humaine."
Prosper Mérimée, Lettres à Stendhal


"Beyle, un scélérat d'idées, je le sais, mais l'écrivain qui a pensé avec tant de vigueur Le Rouge et le Noir et la Chartreuse de Parme, cet homme qui, avec sa noirceur et ses perversités, brille d'une lueur sombre et dure au premier rang des puissances littéraires de son temps."
Jules Barbey d'Aurevilly, Le Pays, 11 mai 1855


"Notre plus grand romancier, Stendhal, étudiait les hommes comme des insectes étranges, qui vivent et meurent, poussés par des forces fatales; son seul souci était de déterminer la nature, l'énergie, la direction de ces forces; son humanité ne sympathisait pas avec celle de ses héros, il restait supérieur à leur misère et à leur folie, il se contentait de faire son travail de dissection, exposant simplement les résultats de ce travail. L'œuvre du romancier doit cesser où commence celle du moraliste."
Emile Zola, causeries dramatiques, 1881


"Pas une ligne pour le joli, pour le pittoresque, pour l'amusement. Toujours quelques chose, toujours de l'intérêt."
Paul Léautaud, Journal Littéraire, 1905


"Pourquoi Julien hésite-t-il entre l'uniforme et la soutane ? ... parce qu'il est un jeune homme de la restauration, encore enchanté du prestige de Napoléon et qui, dévoré d'ambition, se rend compte que le moyen de parvenir n'est plus au bivouac... Cette continuelle oscillation entre l'Armée et l'Eglise devrait nous donner l'idée d'un temps bien vieux. Il n'en est rien parce que l'auteur a su mettre un dessous permanent à ses accidents. Si Julien hésite dans sa carrière, s'il est ému jusqu'à la frénésie par son adaptation à la vie parisienne, c'est qu'il est un plébéien en transfert de classe... Plus nous avançons dans la démocratie, plus le chef d'oeuvre de Stendhal devient actuel."
Paul Bourget, Préface au Rouge et le Noir, 1923


"Le Grand secret de Stendhal, sa grande malice, c'est décrire tout de suite... De là, ce quelque chose d'alerte et de primesautier, de disconvenu, de subit et de nu qui nous ravit toujours à neuf dan son style. On dirait que sa pensée ne prend pas la peine de se chausser pour courir."
André Gide, Journal, 3 septembre 1937


"Cet homme que j'aime si peu et dont je ne puis ouvrir un livre que je n'en dévore aussitôt quelques pages, comme il me déplaît et comme je l'admire."
Julien Green, Journal, 1948

Tizinissa
09/01/2006, 10h37
@Adhrar

Bonjour,

La premiere chose qui m'est passé par la tete en lisant le titre du topic etiat le "rouge et le noir" de Stendhal. Et voila dé que je l'ouvre je vois des citations du meme livre !!! ca m'a fait vraiment plaisir :p

En faite je sais pas si c'est le meilleur livre (y en a beaucoup) mais c'est surement un des livres qui m'a le plus marqué !! c'etait le premier grand livre d'un grand ecrivain que j'ai lu. Ma soeur l'a gagné comme meilleur eleve de son lycée cette année là.

Apres j'ai lu "terre des hommes" et au plus a ce moment j'etais persaudé qu'il y a bien de belles et importantes choses a decouvrir dans ses livres.

Absente5
09/01/2006, 12h11
les sens interdits de Mourad DJEBEL.
un bijou de littérature de culture et de connaissance.

Adhrhar
09/01/2006, 12h53
Tzinissa bonjour

Tu as été marqué comme moi par cette œuvre. Tu as bon goût …

Oui, la lecture de ce livre remonte à une vingtaine d’années. Mais j’en garde un profond trouble.

C’est le type de livre qui me touche au point que cela m’empêche de dormir quelques nuits. Je me suis bien sur vu dans le personnage de Julien Sorel.

karimhani
09/01/2006, 13h03
Da Vinci Code, de Dan Brown,

Cela faisant longtemps que je n'ai pas été aussi pris par un livre, lorsqu'on commence à le lire on ne veut plus le lâcher.

stranger011
09/01/2006, 16h53
peut etre 1984 de orwell c'est une critique sauvage et puissante d'un système totalitariste.
aussi L'étranger de Camus
le passeur de Loïs Lowry
et biensure la nuit des temps de Barjavel

Virginie
09/01/2006, 17h53
Je ne sais pas pourquoi tout le monde aime la nuit des temps qui ne m'a rien inspiré de particulier (il faudrait peut-être que j'y rejette un oeil) !

IL y a beaucoup de livre que j'ai aimé, je ne saurais dire lequel était le meilleur...:rolleyes:
Je vais y penser.

J'ai beaucoup aimé Stendhal dont je crois avoir tout lu, y compris les chroniques italiennes...

La rue des maléfices ! Peut-être pas le meilleur livre mais je ne le conseillerais jamais assez. De Yonnet (je n'ai plus le prénom en tête)

Zoubir8
09/01/2006, 20h25
de Sylvain Cypel Edition La Découverte 2005.
Un beau livre.

caillera
09/01/2006, 21h00
les croisades vues par les arabes .amin maalouf.mais tout le monde l'a lu je crois.
si je retrouve les references d'un livre irakien qui se passe pendant la 1ere guerre
:1 témoignage déjanté plein de surprises.

alamut
10/01/2006, 01h04
Bonsoir,

Cela devrait être simple à deviner, c "alamut" de Vladimir Bartol , j’ai frissonné lors de la naissance d’Avani.

Saha Aidkoum...

sentenza
10/01/2006, 07h46
Difficile voire impossible de dire quel est le meilleur livre que j'ai lu : de l"on l'africain d'amin maalouf aux caves du vatican d'andré gide ou miramar de naguib mahfoux, etc ... je ne saurais en désigner un meilleur.

Mais un livre m'a touché énormément : le Pull Over Rouge de Gilles Perrault.
Ce n'est pas un roman mais des faits réels qui se ont déroulés en 1976.
Chrsitophe Rannucci avait été condamné à mort en France à la guillotine pour le meurtre d'une petite fille de huit ans. Les preuves étaient très faibles, l'enquête douteuse, et aujourd'hui encore la famille du condamné réclame une révision du procès.
Christophe Ranucci a toujours clamé son innocence.

yassmine
10/01/2006, 07h53
J'ai plein de livres préféré....."Le Dieu fleuve" de wilbur Smith, "Les enfants de la terre" de J.M Auel ou encore "Les enfants du Graal" de Peter Berling.....et Amin Maalouf !!! j'adore ! et encore plein d'autres....j'aime lire tout simplement !

elisa
11/01/2006, 12h37
C est que comme Yasmine, il m est difficile de choisir , je vais essayer de ne pas détourner le topic mais je suis obligee d en choisir plusieurs car sinon ils pourraient(les livres) etre jaloux les uns des autres !!! et je ne voudrais pas devoir faire la police sur les étagères de ma bibliothèque!!!!donc en 1 - "les malheurs de sophie" L C de Ségur: il est un peu déchiré dans sa tranche rouge et or malmenée mais il est Là avec son parfum d enfance! puis en 2- "Jane Eyre" C Bronté : pour une adolescente un peu romantique ,c était trop beau et larmes aux yeux ,à la fin, le bonheur!!en3-( mais c est dur ce que tu demandes!!)"l éternité n est pas de trop" F.Cheng :là c est l adulte; un roman envoutant , spirituel. Mais dernièrement c est " le blanc de l Algérie" A Djébar ou les romans d Anna Gavalda et j arrete là sinon.......amicalement.

absent
11/01/2006, 14h40
Moi c'est incntestablement 1984 de Orwell. Puis Léon l'africain de Malouf et la Métamorphose de Kafka.

Zoubir8
11/01/2006, 20h49
Connais pas, tu peux nsous en dire plus.

Zoubir8
11/01/2006, 20h51
Eh bien qu'elle envie de lire que tu donnes là.
J'ai lu Samarcande et j'ai découvert Alamout.

capuccino
11/01/2006, 20h56
peut etre "Le desordre des choses" ou "La maceration" de Boudejdra.
bcp de livres que j ai bien aime ....
ca va me revenir ...


capuccino.

Goodfella
12/01/2006, 03h49
<<<-- Harry Potter :mrgreen:

Zoubir8
12/01/2006, 11h13
Réponse à Alya. Je suis allé sur google. Voila ce que j'ai trouvé.
Les Sens interdits


Mourad Djebel, qui a vécu en Algérie jusqu'en 1994, livre un texte puissant sur la vie d'une jeunesse confrontée à la barbarie et à l'insécurité permanente.

Plonger dans le roman de Mourad Djebel, Les Sens interdits, c'est accepter de revenir sur des années de massacres sanglants dont les commanditaires ne sont pas encore clairement définis. En France, loin du danger, il serait facile de se laisser gagner par la compassion ou une indignation bon teint. Seule l'émotion que suscite la lecture du livre permet pourtant une véritable prise de conscience. Sans juger, Mourad Djebel a entrepris de définir les responsabilités. Il n'envoie pas les coupables devant les tribunaux, mais parle tout simplement de la vie des gens et des petites lâchetés qui font, par négligence, les grands drames.
À Constantine, Maroued pleure la disparition de Yasmina, mais aussi celle de plusieurs de ses amis. Lorsque la parole est muselée dans la vie de tous les jours, qu'elle s'enlise après des années de pression sociale, se confier sur la révolte n'est pas facile : "ce qui l'entourait -cette guerre larvée contre toute forme de vie et de liberté- avec son contingent d'annonces macabres de cadavres, de meurtres au quotidien de gens qu'il admirait, était aussi en quelque sorte irréel, puisqu'il n'avait jamais pu s'y faire et le vivre en tant que réalité, il le vivait plutôt en tant que cauchemar".
Mourad Djebel, qui cite Kateb Yacine dans son exergue, signale d'emblée ses références. Considéré comme l'apôtre de la liberté de penser et d'agir, refusant toute étiquette, l'auteur de Nedjma demeure pour beaucoup le symbole du respect des droits essentiels. Ces positions lui valurent beaucoup d'ennemis, notamment des représentants religieux, qui ne manquèrent pas de faire entendre leur voix à sa mort, refusant de le voir enterré en Algérie, refusant de le voir inhumé dans un cimetière musulman. La foule en décida autrement. Kateb Yacine est peut-être ce "poète excommunié", souvent convoqué dans le roman lorsqu'il s'agit d'évoquer les persécutions et l'intégrisme.
Lancé à corps perdu dans ce merveilleux témoignage, Djebel additionne les pièces à charge avec une conviction jamais démentie. Il décline ses arguments et fustige "les pères et leur machisme notoire, leur complaisance à l'égard de l'ordre (...) qui les a figés dans des postures de patriarches anachroniques, refusant par la violence de céder une part de leur pouvoir". Mais aussi les étudiants pas assez conscients de leur rôle dans la société. Et tous ceux qui, "troquant à présent l'after-shave contre le musc (...) se parent, par le biais d'une pitié de circonstance, de l'illusion de la respectabilité (...) prêts à pactiser non seulement avec Allah mais avec tous les diables, pourvu que cela rapporte un sou de plus (...) arborant la barbe comme la meilleure garantie d'arriver à leurs fins". Ses coups de boutoir trahissent l'envie de comprendre, de raconter et de changer les choses par l'écriture, sans pour autant balayer tous les doutes. "Est-ce que tu crois qu'on pourra un jour transmettre tout ce qu'on est en train de vivre à quelqu'un qui ne l'aura pas vécu? (...) Tu sais, c'est une histoire simple. Trois jeunes gens qui scellent quelque chose dans une révolte urbaine qu'ils voulaient ou croyaient renaissance. (...) Une histoire banale en somme, si ce n'est le sang qui continue à couler." Enfin une oeuvre qui s'éloigne des analyses d'experts internationaux, une histoire d'amour et de mort admirablement contée.

Les Sens interdits
Mourad Djebel
La Différence
332 pages, 20,58 e (135 FF)

bauréal
04/02/2006, 03h52
........................

irene
04/02/2006, 04h34
" Les Dames du lac " en trois volumes - De Marion Zimmerman Bradley- 1986
La légende d'Avalon, le roi Arthur et ses chevaliers, Excalibur l'épée magique, Lancelot du Lac, etc...
Les légendes me font rêver, eh oui, encore à mon grand âge ! :60:
J'ai commencé à les lire à l'adolescence et j'ai continué, je rêve toujours ! :13:

kellybund
08/02/2006, 17h00
Moi ce ne sont pas des bouquins de très grands auteurs, mais je les cites quand même car ils m'ont marqués: "la ligne verte" de Stephen King qui m'a tout bonnement fait pleurer, et "l'homme qui murmurait à l'oreille des cheveaux" c'est vrai que c'est un roman à l'eau de rose mais je ne suis qu'une pauvre femme... lol
Pour citer un classique, je dirais "les fleurs du mal" ça se relit facilement et toujours avec le même plaisir, on ne s'en lasse pas, l'ouvrir au hasard et revoir des vers qu'on a dèjà lut 1000 fois.

cavia
08/02/2006, 17h05
Alors moi j'en ai lu deux qui m'ont marqué profondément c'est "L'or" de blaise cendrars, je trouve que c'est le meilleur auteur que j'ai lu, j'aime aussi ses poèmes.
Et le second est un classique c'est "La métamorphose" de Kafka quand on lit ce livre on garde une sensation de malaise pendant pleusieurs jours, c'est le seul livre qui m'a fait ça!

PS Et un dernier pour la route pour rire c'est "Des femmes qui tombent" de Pierre Desprosges humour noir garanti.

Bachi
08/02/2006, 19h46
les sens interdits de Mourad DJEBEL.
un bijou de littérature de culture et de connaissance.


Merci, je vais essayer de me procurer ce bouquin.
Je ne connais pas M Djebel, mais je fais confianc à tes goûts littéraires.

:)

Absente5
08/02/2006, 19h55
merci beaucoup, c'ets un compliment qui me va droit au coeur
:redface:

Absente5
08/02/2006, 20h00
AliKaddour, il a d'ailleurs sorti un nouveau roman, les cinq et une nuits de shahrazad...un orgasme intellectuel et cérébral

cavia
08/02/2006, 20h02
orgasme intellectuel
ca laisse dubitatif!

Bachi
08/02/2006, 20h05
C'était sincère, Alya
Je t'avais lu ici parler de littérature et je sais que t'es connaisseuse.

:)


Ma participation au topic

Je crois me souvenir que j'en avais déjà parlé mais je le suggère fortement, encore une fois.
Au-dessous du volcan
Malcolm Lowry

Cookies