PDA

Voir la version complète : Un gouvernement d'union nationale en Afghanistan?


morjane
19/11/2009, 18h51
Investi pour un nouveau mandat de cinq ans, Hamid Karzaï invite son rival Abdullah Abdullah à participer à un gouvernement d'union nationale. Au cours de son discours d'investiture jeudi 19 novembre, il a promis d'"apprendre de ses erreurs". Il a prêté serment, au cours d'une cérémonie placée sous haute sécurité, en présence de 800 invités, parmi lesquels 300 responsables étrangers, dont le président pakistanais Asif Ali Zardari et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Le président Karzaï estime que l'Afghanistan sera en mesure de prendre en main sa sécurité dans 5 ans. "Nous espérons que les forces afghanes pourront prendre en charge la responsabilité de la sécurité dans cinq ans", a-t-il dit.

Combattre la corruption

Selon lui, la "culture de l'impunité" doit prendre fin en Afghanistan. "La corruption est un phénomène dangereux", a-t-il estimé dans son discours d'investiture, devant les représentants d'une communauté internationale qui le presse de mettre un terme à ce fléau qui gangrène le pays jusqu'au sommet de l'Etat.

"Nous allons mettre prochainement en place une conférence à Kaboul qui devra lancer des initiatives efficaces pour combattre" la corruption, a ajouté le chef de l'Etat, en promettant notamment de mettre fin à la "culture de l'impunité".

Deux vice-présidents

Hamid Karzaï a ensuite lui-même investi ses deux vice-présidents, deux anciens chefs de guerre à la réputation controversée, le Hazara Karim Khalili et surtout le "maréchal à vie" Mohammad Qasim Fahim, un Tadjik accusé de violations des droits de l'homme et de trafic de drogue.

Hamid Karzaï a été réélu à la tête de l'Etat à l'issue d'un scrutin présidentiel calamiteux, marqué par des fraudes massives en sa faveur lors du premier tour le 20 août, et le retrait de son adversaire, Abdullah Abdullah, avant le second tour prévu début novembre.

Par nouvelobs

Cookies